100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Laurent Lemaitre, président du Club Export Réunion : « Le rapprochement entre nos deux îles est une évidence »

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

De ce lundi 12 au vendredi 16 septembre, une vingtaine d’entreprises réunionnaises dans des secteurs divers et variés effectue un déplacement à Mayotte sur la thématique de la coopération économique régionale entre les deux départements d’Outre-mer. Le but : nouer et pérenniser des partenariats, et favoriser les relations et les échanges. Entretien avec Laurent Lemaitre, le président du Club Export Réunion depuis quatre ans.

Flash Infos : Le Club Export Réunion organise sa première mission collective à Mayotte. Qu’est-ce qui vous a décidé à venir passer cinq jours dans le 101ème département ?

Laurent Lemaitre : Cela fait plusieurs années que nos adhérents nous poussent à organiser une mission à Mayotte. À la suite de la crise sanitaire, nous nous sommes dit que c’était le bon moment pour nous y rendre. L’objectif de ce déplacement est de favoriser les relations économiques des entreprises entre La Réunion et Mayotte. Même si nous parlons de deux départements français et que nos deux territoires ne sont pas liés par l’exportation, nous avons des relations existantes ! Nous pensons que de multiples opportunités peuvent émerger de ces deux côtés de l’océan Indien.

FI : De nombreuses entreprises réunionnaises se trouvent déjà à Mayotte et participent à la forte croissance du département. Quelle est leur stratégie pour continuer sur cette lancée ? Et comment est-il possible de resserrer davantage les liens entre les deux îles ?

L.L. : La meilleure stratégie économique de fonctionnement à adopter consiste tout simplement à travailler ensemble, en dehors des aspects politique et administratif, c’est-à-dire de mener des projets en commun, de participer à la création d’entreprises… Ce renforcement tel que nous l’imaginons ne peut que favoriser le développement des entreprises mahoraises.

Vous savez, la typologie des projets qui sortent actuellement de terre à Mayotte intéressent grandement les multinationales installées en métropole. C’est très bien sur le papier, mais il faut surtout que cette entente économique reste favorable aux sociétés mahoraises. Et nous considérons que les entreprises réunionnaises sont les plus à même de [la] pérenniser puisque l’idée est d’ouvrir nos portes à nos voisins mahorais.

De nombreux entrepreneurs mahorais ont de la famille à La Réunion et multiplient les aller-retours entre les deux îles. Cela démontre bien que cette coopération existe déjà. Il suffit de l’améliorer et de la faire fructifier pour qu’elle soit bénéfique à tous. Après bien sûr, cela dépend également de la volonté de l’État…

FI : Vous expliquez que votre méthode d’approche économique se transporterait bien à Mayotte. En quoi consiste-t-elle ?

L.L. : Nouer toujours plus de partenariats ! C’est tout l’objet de notre visite : trouver des partenaires locaux qui puissent concrétiser des projets seuls ou à plusieurs afin de s’implanter durablement sur Mayotte et La Réunion. C’est le meilleur moyen de consolider nos liens économiques et de participer mutuellement à l’essor de nos territoires respectifs.

Le 101ème département a la chance d’être en plein développement. Dans une telle phase de croissance, les besoins en compétences pour se structurer sont indispensables. À la différence de la métropole, nous pouvons apporter cette expertise pour la simple et bonne raison que nous connaissons la réalité du terrain, les contraintes liées au fret, aux importations, à l’octroi de mer… À mon sens, ce rapprochement entre nos deux îles sonne comme une évidence. Nous pouvons parfaitement avancer dans le même sens.

Un programme intense pour « connaître le niveau de maturité des entreprises mahoraises »

Au cours des quatre prochains jours, la délégation du Club Export Réunion ne va pas chômer. Dès son arrivée ce lundi 12 septembre, une présentation du territoire est organisée par la préfecture du 101ème département, en présence de Maxime Ahrweiller, la secrétaire générale pour les affaires régionales, de Nadia Alibay, la directrice adjointe de l’IEDOM, de Patrick Oudin, le responsable du service Entreprises de la DEETS, d’Olivier Kremer, le directeur de la Deal, et de Feyçoil Mouhoussoune, le président du cluster Mayotte in Tech. « C’est une façon de nous sensibiliser sur la micro-macro, de découvrir les besoins et les thématiques d’avenir qui peuvent intéresser les entreprises réunionnaises par rapport à leur savoir-faire », dévoile Sandrine Adolphe, la responsable du développement international du club.

Au programme également : des rencontres B to B (business to business) et des visites du Data Center, de la Laiterie de Mayotte, de Panima et de AVM (abattoir de poulet) « pour connaître leur niveau de maturité ». L’aspect logistique a fait que ces secteurs d’activités ont été privilégiés. Les entreprises réunionnaises vont au cours de ce déplacement échanger avec une dizaine de leurs consoeurs mahoraises.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1013

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Le conseil départemental pris d’assaut par les travailleurs

Ce jeudi 29 septembre, l’appel national des syndicats à la grève a été entendu par près de 200 personnes, sur la place de la République,...

Logement : une aide à la pierre jusqu’à 100.000 euros pour près de 38 bénéficiaires

Mise en place par le Département, l’aide à la pierre vise à aider les familles ou personnes à faibles revenus à accéder à la...

Guet-apens de « Pilou » : L’auteur des coups de couteau condamné à quinze ans de prison

Le procès de la bande de Doujani, qui a agressé violemment un lycéen à l’intérieur d’un bus le 11 mai 2016, s’est terminé ce...

La laka de retour au premier plan, avec la course de pirogues traditionnelles de Mamoudzou

La mairie de Mamoudzou organise le dimanche 16 octobre la première course de pirogues traditionnelles sur le front de mer de la ville chef-lieu,...

Éric Dupond-Moretti veut créer une « task force » de magistrats

Outre un budget du ministère de la Justice en hausse de 170 millions d’euros, Éric Dupond-Moretti a annoncé plusieurs mesures, mardi 27 septembre, devant...