asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Il nous faut rester sereins car ce n’est que le début »

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Alors qu’il juge que cette rentrée de septembre 2023 « s’est bien passée », Jacques Mikulovic n’a pas éludé les difficultés auxquelles l’académie mahoraise doit faire face, notamment la pénurie d’eau qui touche toute l’île. Devant les chefs d’établissements réunis à Dembéni, ce mardi après-midi, le recteur de Mayotte veut garder un cap, l’acquisition des savoirs fondamentaux « quoi qu’il en coûte ».

Crise de l’eau

C’était le premier sujet abordé et la fermeture temporaire du lycée Younoussa-Bamana, pendant deux jours, est venu rappeler que la rentrée 2023 n’est décidément pas comme les autres. Branché sur le mauvais conduit, l’établissement de Mamoudzou retrouve son réseau d’origine, ce mercredi matin. « Il nous faut rester sereins car ce n’est que le début. Si saison des pluies il y a, ça sera guère avant le mois de décembre. On a donc trois mois de gestion quotidienne difficile », lance Jacques Mikulovic, ce mardi, aux chefs d’établissement et à ses équipes réunis au CUFR de Dembéni. Il rappelle que seuls les collèges de Passamaïnty et M’gombani ne sont pas sur le chemin de l’eau parmi les établissements secondaires, une caractéristique qu’il espère voir disparaître « au 15 septembre » grâce à des travaux. Pour le premier degré, ce n’est pas encore ça. « On s’est aperçu qu’une quarantaine ne sont pas encore équipées de cuves », constate le recteur, rappelant qu’il s’agit d’une compétence communale. Concernant les établissements qui sont pourvus, « on va voir la capacité. Est-ce qu’elles pourront tenir 48 heures ? », s’interroge le représentant de l’Éducation nationale, n’excluant pas l’installation d’autres cuves ou de regrouper les cours sur une matinée s’il y avait de grandes difficultés.

Des enseignants qui répondent à l’appel

Il y avait une interrogation majeure pour cette rentrée 2023. Est-ce qu’il y aura du monde devant les élèves pour faire classe ? Le rectorat s’en sort pas trop mal avec 39 postes vacants sur les 3.476 qui existent à Mayotte dans le premier degré. Dans le secondaire, il n’y a pas à proprement parler de postes vacants, mais 105 BMP (blocs de moyens provisoires) qui ne sont pas encore fournis, dont 29 en lycée professionnel. Pour continuer à suivre la courbe démographique, il a été rappelé l’importance de « former localement ».

Violences à Mamoudzou

Il a été à peine évoquer, mais depuis la rentrée, les rixes entre le rond-point Baobab et le lycée Younoussa-Bamana empoisonnent la vie des lycéens et celle des collégiens se rendant au collège M’gombani. Les parents d’élèves de Doujani ont même bloqué leur collège, ce lundi matin, pour alerter sur le sort de leurs enfants. Jacques Mikulovic dit « en avoir ras-le-bol de cette violence ». Il les a même corrélés aux résultats de l’académie. Car si la réussite au baccalauréat général est de 72,7% à Mayotte, une autre statistique traduit les difficultés du territoire, l’automaticité de la lecture au cours de la Journée défense et citoyenneté. 74,4% des Mahorais de 18 ans qui y sont invités peinent dans cet exercice, alors que c’est le taux est entre 7% et 10% en métropole. « Les rapports sociaux tels qu’ils s’expriment aujourd’hui sont des mauvais indicateurs des compétences sociales qu’on a pu instruire », estime le recteur, qui n’est pas favorable à l’ouverture « d’un collège ou un lycée dans chaque quartier » pour résoudre les problèmes de violence. « Est-ce qu’on va apprendre à nos jeunes à vivre ensemble ? », s’inquiète-il.

« Académie expérimentale »

C’est le credo du recteur, il veut une amélioration de l’acquisition des savoirs fondamentaux « quoi qu’il en coûte », reprenant l’expression d’Emmanuel Macron. A ses côtés, graphique à l’appui, le directeur académique Thierry Denoyelle montre les courbes vertigineuses des évaluations en mathématiques et français dans les écoles mahoraises. Pour contrer cela, Jacques Mikulovic veut faire de Mayotte « une académie expérimentale ». « On est dans une académie d’opportunités, pour vous, toutes fonctions confondues. C’est un des rares lieux où les gamins ont une considération éducative. Comment on le transforme après en s’assurant qu’en sortant de chez nous ils ont acquis un minimum de compétences scolaires et sociales ? », insiste-il, se disant ouvert aux initiatives.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...