100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Docteure en pharmacie : le parcours de Limouandjilati Ymamou donne de l’espoir à Mayotte

À lire également

Deux lycéens mahorais admis à Sciences Po, un espoir pour la jeunesse

La fin de l’année scolaire approche et une grande partie des élèves de terminale savent désormais vers quelles études supérieures ils vont s’orienter. Cette...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

CUFR : la laïcité à l’honneur avec le DU Valeurs de la République et Religions

Samedi 11 juin 2021, 29 étudiants de la promotion 2020-2021 se sont vu remettre leur diplôme universitaire Valeurs de la République et Religions. L’occasion...

Inauguré, le campus connecté d’Hajangua n’attend plus que ses étudiants

Mardi 21 septembre, le président de la communauté d’agglomération Dembéni-Mamoudzou, Rachadi Saïndou, a inauguré le tout nouveau campus connecté d'Hajangua. L’objectif ? Permettre aux...

À 26 ans, Limouandjilati Ymamou vient d’obtenir son doctorat en pharmacie. Le parcours n’a pas été de tout repos pour cette jeune mahoraise originaire d’Acoua. Livrée à elle-même dans un monde qu’elle ne connaissait pas, la jeune femme a dû faire preuve de détermination pour réussir à gravir les échelons. Elle veut désormais être utile à son île.

« Limou est une personne ambitieuse et très exigeante avec elle même ! » C’est en ces mots qu’Assou Ymamou décrit sa petite sœur Limouandjilati Ymamou. Cette dernière a passé sa soutenance de doctorat en pharmacie et a relevé le défi avec brio. Elle fait la fierté de toute sa famille. « Je suis très heureuse pour mon enfant. Je l’ai laissée partir tôt en métropole pour faire ses études et je suis heureuse qu’elle revienne avec le diplôme qu’elle voulait », ajoute Haffissoi, la maman. Mais le parcours universitaire de sa fille n’a pas été de tout repos.

docteure-pharmacie-parcours-limouandjilati-ymamou-espoir-mayotteÉlève studieuse à la Cité du nord, elle obtient son baccalauréat scientifique avec la mention bien. Elle se sent alors prête à entamer des études de santé pour devenir médecin. Mais une fois arrivée à l’université de Besançon, rien ne se passe comme prévu. « La première année a été très difficile. Je me suis sentie différente, parce que je suis arrivée dans une ville où je ne connaissais personne. Je devais tout faire toute seule et les démarches administratives empêchent de se concentrer pleinement dans les cours », raconte Limouandjilati. Elle doit alors s’habituer à sa nouvelle vie loin de sa famille, et se confronter à la dure réalité des études supérieures. « Il y a un système de sélection et les étudiants font tout pour te déstabiliser. De plus, le travail exigé à la fac n’est pas le même qu’à Mayotte. J’ai donc raté ma première année », continue la jeune diplômée. Déçue, elle songe un instant à abandonner, mais elle se raisonne rapidement et réussit un an plus tard le concours de PACES, exigé pour passer en deuxième année.

Mais patatras. À ce moment-là, l’étudiante qui voulait être médecin se retrouve face à une autre impasse… « Je n’étais pas admissible en médecin, car j’étais loin dans le classement, mais je pouvais aller en pharmacie. » Ne voulant pas perdre une autre année, Limouandjilati décide de se réorienter. Une décision qu’elle ne regrette pas aujourd’hui. « J’ai bien fait de ne pas être allée en médecin, parce que j’avais fait un tour à l’hôpital et je me suis rendue compte que je ne supporte pas le sang », rit-elle aujourd’hui.

« Les étudiants mahorais ont besoin de plus de préparation »

docteure-pharmacie-parcours-limouandjilati-ymamou-espoir-mayotteAprès avoir pris ses repères dans sa nouvelle vie, Limouandjilati se dévoue corps et âme à ses études. Elle valide chaque année et se spécialise en pharmacie d’officine. Elle a deux ans pour passer son doctorat, mais pressée d’en finir, elle décide de le passer en un an. « C’est beaucoup d’heures de travail. En journée, je travaillais à la pharmacie pour me faire de l’expérience et le soir, je me penchais sur ma thèse », se souvient-elle. Acharnée, elle passe sa soutenance, il y a de cela une semaine, et valide son diplôme. Mais elle n’oublie pas les moments de doutes rythmés par ses études. Un phénomène qui touche la plupart des étudiants, notamment ceux en provenance de Mayotte… « Les étudiants mahorais ont besoin de plus de préparation avant d’aller en métropole. Quand on arrive à la fac, c’est très difficile ! Beaucoup ratent leur première année ,mais il ne faut pas voir cela comme un échec. C’est plutôt une année d’adaptation pour voir comment les choses fonctionnent », confie-t-elle comme pour donner un peu d’espoir aux étudiants mahorais. Limouandjilati veut faire de son cas un exemple pour tous ceux qui vivront la même chose qu’elle. Sa réussite, elle la doit à son travail, à sa détermination et à rien d’autre. « Certains pensent que j’ai réussi parce que je viens d‘une grande famille, mais ce n’est pas du tout le cas. Ma mère et mon père n’ont jamais eu l’occasion de faire des études, et je viens d’une famille modeste. Mes parents ne pouvaient même pas me payer la prépa que tous les autres faisaient en première année. Ce sont les bourses qui m’ont maintenue jusqu’au bout », rappelle-t-elle. « Je suis fière d’elle et de toutes mes petites sœurs car elles cassent les préjugés que l’on peut avoir sur les familles nombreuses à Mayotte et sur les ambitions des femmes mahoraises », ajoute sa grande sœur.

Se rendre utile à son île

La docteure en pharmacie pense désormais à la suite. Et son avenir, elle ne le voit nulle part ailleurs qu’à Mayotte. Elle est persuadée qu’elle sera plus utile à sa communauté. « En métropole, il n’y a pas de manque de pharmaciens et en plus, les gens sont déjà habitués aux médicaments. Alors que chez nous, le travail d’un pharmacien est beaucoup plus intense et riche. Les personnes ont grandement besoin qu’on les accompagne dans leurs traitements », explique-t-elle. Limouandjilati a l’ambition d’ouvrir sa propre officine dans son village d’origine à Acoua, mais en attendant elle se fera la main en travaillant avec des collègues dans l’une des pharmacies de l’île.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Piste longue : la solution en remblai-digue privilégiée

La direction générale de l’aviation civile vient de publier une plaquette intitulée « Remblais ou pilotis » qui compare les solutions envisagées pour la construction de...

Un petit pas pour Mayotte, un grand pas pour le droit du travail

Mardi 18 janvier, les premiers conseillers prud'homaux de Mayotte ont prêté serment devant le président du tribunal, Laurent Ben Kemoun, et le procureur de...

Gendarme renversé : un individu en garde à vue, deux autres à l’hôpital

Lundi soir, vers 21h, lors d’un contrôle lié au couvre-feu à Chirongui, un véhicule a foncé sur un gendarme de 25 ans. Plaqué sur...

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...