test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Ça peut faire peur, mais vous pouvez croire en vous »

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Étudiante à Sciences Po Paris, Beverly Carpin était de retour, ce jeudi matin, au lycée des Lumières à Kawéni. Elle y a échangé avec les élèves de première et terminale de l’atelier sciences politiques de l’établissement pour leur faire partager son expérience et les encourager à deux mois des concours.

ca-peut-faire-peur-mais-vous-pouvez-croire-en-vous
Entre deux semestres, Beverly Carpin fait un passage par Mayotte où vivent sa famille et ses amis.

« J’étais terrifiée avant l’oral d’admission de Sciences Po », admet une Beverly Carpin pourtant pleine d’assurance aujourd’hui. Arrivée à Mayotte à l’âge de 4 ans, l’étudiante de 18 ans a fait toute sa scolarité sur l’île. Élève brillante, baccalauréat avec la mention très bien, elle a intégré Sciences Po Paris via son campus de Poitiers (Vienne) en 2023, avec la spécialisation Amérique latine, péninsule ibérique et Caraïbes. Un grand pas pour elle et surtout une entrée dans une filière dans l’excellence où les Mahorais se comptent sur les doigts de la main. C’est donc avec intérêt que quatorze élèves de l’atelier sciences politiques du lycée des Lumières de Kawéni (une première et treize terminales) ont pu échanger avec elle pendant presque deux heures, jeudi matin. L’échange est plutôt facile, il y a un an, c’est elle qui était à leur place. Contenu des cours, matières enseignées, rythme de travail, voire questions très pratiques, Beverly répond avec le sourire à ses interlocuteurs. Par exemple, quand une élève lui demande les objectifs à se fixer en arrivant à Sciences Po ou à l’université, celle-ci rétorque : « C’est un grand changement. Il n’y a personne qui vous suit derrière. Il suffit d’être organisé, à la fois dans le travail et la vie étudiante ».

Sur les concours ou Parcours sup aussi, elle prodigue de précieux conseils à ceux qui y sont confrontés. « N’hésitez pas à parler de Mayotte, ça intéresse. Lors de l’oral par exemple, on m’a posé des questions sur l’opération Wuambushu, j’ai pu expliquer l’histoire de l’île », raconte-elle. Interrogée sur le niveau au lycée de Mamoudzou et celui attendu dans sa formation, elle rassure. « J’avais peur au début. Finalement, je trouve que le retard n’est pas considérable », analyse celle qui a validé toutes ses matières au premier semestre. S’estimant bien aidée à Mayotte, elle rappelle qu’elle s’est entrainée en passant des oraux blancs avec Alix Jeu, professeure de lettres et responsable de l’atelier Sciences po, et a pu se rendre à Paris où le sénateur mahorais Thani Mohamed Soilihi avait emmené son groupe au Sénat. « Je mesure la chance aujourd’hui », estime l’ancienne élève en section européenne. Espérant la même réussite pour son auditoire, elle les motive avant les grandes échéances : « Ça peut faire peur, mais vous pouvez croire en vous ».

« On partage le fait d’être loin de chez nous »

Depuis la métropole, elle n’oublie pas l’île sur laquelle elle est revenue pour un mois de vacances entre ses deux semestres. Elle fait d’ailleurs partie d’une association culturelle, Sciences ô, qui promeut l’outremer sur le campus. « Je suis la seule de Mayotte, mais il y a une grande solidarité entre les ultramarins. On partage le fait d’être loin de chez nous et de nos familles », explique celle qui côtoie aussi des étudiants étrangers, nombreux sur le site. Elle dit vouloir promouvoir la culture mahoraise en métropole et compte d’ailleurs faire venir à Poitiers l’écrivaine mahoraise Yasmina Aouny pour une conférence sur les Chatouilleuses.

Concernant son avenir, la jeune femme veut faire un master en relations internationales et travailler « dans la diplomatie », avec comme objectif de pourquoi pas faire son retour dans l’océan Indien. « Je pense revenir à Mayotte. J’ai grandi ici », fait-elle remarquer. Alix Jeu regarde son ancienne élève avec un grand sourire. « C’est bien qu’elle revienne témoigner, ça va motiver les élèves », assure la responsable de l’atelier sciences politiques.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1094

Le journal des jeunes

À la Une

Désormais 210 cas de choléra à Mayotte

L’Agence régionale de Santé (ARS) de Mayotte a publié un nouveau bulletin relatif au choléra sur le territoire. Il fait état de 210 cas...

Incendie au collège de Dzoumogné : les épreuves du brevet seront déplacées au lycée professionnel

Après l’incendie qui a ravagé le collège de Dzoumogné, ce dimanche 23 juin, la piste criminelle est privilégiée (voir encadré). L’établissement étant fermé jusqu’à...

Le personnel du dispensaire de Kahani en droit de retrait ce lundi

Depuis ce lundi matin, le personnel du dispensaire de Kahani, dans la commune de Ouangani, est en droit de retrait. Ils sont actuellement environ...

L’usine sucrière d’Hajangoua vers des travaux en 2025

En 2022, l’ancienne usine sucrière d’Hanjagoua, dans la commune de Dembéni, a été sélectionnée par la mission Bern. La subvention pourtant obtenue depuis, les...

« Le clandestin à Mayotte ne doit avoir qu’une seule certitude, celle d’être renvoyé »

Circonscription sud. Manon Moreno (Reconquête) fait ses premiers en politique à l’occasion des élections législatives qui auront lieu les 30 juin et 7 juillet...