L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« J’ai voulu raconter ce territoire de la République en devenir »

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

La Meiitod d’Adrien

À Mayotte, presque tout le monde sait qui il est et ce qu’il chante. Il faut dire qu’aucun autre artiste mahorais ne peut se...

À Mayotte, le grand flou artistique autour des mesures de soutien

Les acteurs mahorais du spectacle restent dans la tourmente : alors que le gouvernement a déployé des aides aux intermittents lésés par l’annulation des événements culturels, leurs homologues locaux ne pourront pas y prétendre, ce statut juridique n’existant pas au sein du 101ème département. 

Une Chatouilleuse, un mariage à Kawéni, la réserve forestière des Crêtes du Nord… Dans « Répliques », le photographe Franck Tomps raconte le quotidien mahorais en s’interrogeant sur l’intégration de la société insulaire à la République.

« Répliques ». C’est le nom que le photographe professionnel Franck Tomps, installé à Nantes, a donné à un projet étalé sur cinq ans. Un projet qui prend la forme d’un livre, construit au fil de sept séjours de quatre à sept semaines à Mayotte répartis entre 2018 et avril 2023, en partie soutenus par la grande commande de la Bibliothèque nationale de France (BnF).

« Répliques ». Le mot fait référence aux tremblements de terre qui ont secoué l’île en 2018 et écho au mot « république ». Mais il s’agit surtout d’un clin d’œil, ou ici d’objectif, aux conséquences qu’ont les politiques anciennes et la départementalisation sur la société mahoraise d’aujourd’hui. « J’ai voulu raconter, à travers l’image, ce territoire de la République en devenir », explique l’auteur de l’ouvrage, qui paraitra en février prochain aux éditions Loco.

En d’autres termes, Franck Tomps a souhaité questionner l’État, mais aussi les Mahorais, sur l’intégration de Mayotte à la République. Quelles sont les attentes et les déceptions de la population ? Ce sont 190 pages de photographies, notamment de la vie quotidienne sur l’île au parfum, qui tentent d’offrir une réponse à cette interrogation. Pour construire ce livre, l’auteur a échangé avec des habitants de divers horizons. Il s’est également intéressé à l’histoire de l’île en se rendant aux archives départementales, mais aussi à l’environnement en danger de Mayotte.

« Je ne cherche surtout pas à apporter une vérité. J’ai essayé de comprendre la complexité de cette île qui m’a émerveillé », prévient le photographe, qui propose son travail au public en toute humilité, en le qualifiant comme un « tour d’horizon anthropologique » à travers un « récit imagé ».

« Ce territoire mérite d’être connu »

Il s’agit du deuxième ouvrage photographique de Franck Tomps. Le premier, « Des rives », publié en 2019, documente l’estuaire de la Loire. Si « Répliques » a bénéficié de plusieurs partenaires comme l’association Mlezi Maore, le budget de 88.000 euros, entre les séjours et l’édition du livre, n’est pas encore à l’équilibre. Pour y remédier, le photographe a lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme KissKissBankBank. Pour soutenir le projet, il est possible de faire un don du montant que l’on souhaite, ou bien de précommander une édition signée du livre et différents formats de tirage des photographies. « On arrive à la fin du stock disponible de l’ouvrage en précommande », alerte Franck Tomps. L’argent collecté servira également à promouvoir son ouvrage et à organiser une exposition à Mamoudzou. Jusqu’au 26 janvier, les 99 premiers contributeurs peuvent tenter de gagner différents lots s’ils relayent la campagne sur Instagram (plus de détails sur le profil @aj_francktomps).

Puisque les difficultés de Mayotte sont au cœur du sujet du livre, quid des frais de livraison pour une précommande depuis l’île ? « C’est bien là le problème… », constate l’auteur, qui recommande de faire envoyer les lots à une adresse dans l’Hexagone.

La diffusion et la promotion de cet ouvrage ont pour but de contribuer à faire connaître la société mahoraise en dehors de l’île : « Ce territoire mérite d’être connu. La plupart des gens en métropole ne savent même pas situer l’île sur une carte. » Il espère que « Répliques » permettra de brosser un portrait différent de Mayotte auprès des habitants du reste de la France.

« Répliques, Mayotte en république », Franck Tomps, 02/2024, éditions Loco, 45 euros en précommande.
Vous pouvez soutenir le projet sur la plateforme KissKissBankBank via le lien : www.kisskissbankbank.com/fr/projects/repliques_mayotte

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1078

Le journal des jeunes

À la Une

Retour autorisé des manzaraka et des pool parties

La préfecture de Mayotte continue de desserrer la vis grâce à une saison des pluies particulièrement abondante qui a permis de remplir à la...

Une plainte déposée dans l’affaire des conteneurs de Bandraboua

Mayotte Nature Environnement (MNE), une association pour l’environnement à Mayotte, annonce avoir porté plainte à cause des conteneurs, bacs de tri et déchets présents...

Barrages : Une réunion de « sortie de crise » aboutit à un consensus

C’est officiel. Les barrages des Forces vives sont levés afin d’accorder « le bénéfice du doute » au gouvernement, après l’annonce de nouvelles mesures attendues au...

« C’est important que la population sache vers quels élus se tourner »

Alors que les barrages se lèvent, plusieurs manifestants veulent pouvoir suivre le travail des élus devant répondre à leurs revendications. C’est pour cela qu’à...

Habitat informel : Le délai de flagrance porté à 96 heures contre 48 heures auparavant

Le projet de loi sur la rénovation de l’habitat dégradé a été voté à l’unanimité, ce mercredi soir, au Sénat. Il inclut un changement...