asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Avant la rentrée prochaine, des professeurs déjà dans le grand bain

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pour la première année, le rectorat de Mayotte emploie des enseignants contractuels dès le mois de juin. L’objectif : les former pour qu’ils soient prêts pour faire cours dans les meilleures conditions possibles à la rentrée. Le dispositif concerne des enseignants en mathématiques et en français.

avant-rentree-prochaine-des-professeurs-deja-dans-grand-bain
Marine Oger et El-Hamid Aha Majani, enseignants contractuels en mathématiques, sont très satisfaits de cette formation pré-rentrée qui leur permet de « se confronter à la réalité, de voir le niveau des élèves et leurs difficultés ».

Depuis la salle de formation résonne les détonations des grenades de désencerclement. « Vous avez vu, nous avons des feux d’artifice », préfère ironiser Chérif Tahri, le principal du collège de Passamaïnty. Il s’adresse aux enseignants contractuels nouvellement recrutés par l’académie de Mayotte. « Il n’y a pas de danger au sein du collège », rassure-t-il, alors que ce vendredi 14 juin au matin, des violences ont éclaté entre bandes rivales au sud de Mamoudzou.

Ces enseignants ont été recrutés pour la rentrée 2024, mais pour la première année, leurs contrats ont démarré le 3 juin. Ce début anticipé vise à les former et à les accompagner afin qu’ils soient prêts et à l’aise lors du début de l’année scolaire. Au départ de la formation : un stage d’observation d’une semaine, « pour se rendre compte de la réalité des classes », explique Florian Corlais, inspecteur de mathématiques pour le second degré à l’académie de Mayotte. Suivie ensuite d’une formation transversale pour appréhender la mission du professeur et apprendre à gérer une classe. Enfin, les contractuels sont formés selon leur discipline « pour savoir faire une séance en maths ou en français ».

Des besoins accrus

Ce dispositif est actuellement une expérimentation, sont concernés : onze professeurs de mathématiques et treize professeurs de français. « Nous avons choisi ces deux disciplines pour renforcer les savoirs fondamentaux », indique-t-il. A la rentrée, les élèves de sixième seront désormais répartis par groupes de niveaux en mathématiques et en français. Ceux qui ont un niveau plus faible auront donc un volume plus important d’heures dans ces deux matières par autres. « Cela signifie que nous recrutons davantage de professeurs dans ces deux disciplines », souligne-t-il.

Cette formation de pré-rentrée a aussi pour but d’éviter les mauvaises surprises. « Il est fréquent que des contractuels ne puissent pas être présents dès le début de l’année, car ils sont toujours en métropole pour des raisons administratives et matérielles », décrit Florian Corlais. « Parfois, nous sommes confrontés à des professeurs qui changent d’avis, ils nous annoncent qu’ils ne viennent plus à Mayotte parce qu’ils ont été recrutés ailleurs », évoque Chérif Tahri, le principal du collège. Il observe cette expérimentation comme « une très bonne chose. A l’origine, enseigner est un métier, quand on embauche les néo-contractuels et qu’on leur demande le lendemain de prendre une classe, c’est un peu raide ». Selon le rectorat, cette formation a été « un argument décisif en faveur de la venue de [contractuels] sur notre territoire ».

Ce vendredi, El-Hamid Aha Majani participe à la formation en tant que contractuel en maths, il apprécie ce temps de formation : « Le stage la semaine dernière nous a permis de nous confronter à la réalité, de voir le niveau des élèves, leurs difficultés. Cela me donne de la matière pour voir ce que je pourrai mettre en place quand je donnerai cours », apprécie-t-il.

Il permet au jeune homme de 21 ans d’affiner ses méthodes d’enseignement : « Je me demande souvent à partir de quand punir l’enfant. Regarder comment les professeurs font et leur façon de gérer la classe, ça aide », raconte-t-il. « On s’inspire des professeurs, et ensuite, on fera notre propre tambouille », abonde Marine Oger, également enseignante contractuelle. Auparavant, celle-ci travaillait au parc marin dans le pôle Loisirs et Tourisme durable. « Là-bas, j’animais davantage des ateliers pour les wazungus que pour les Mahorais. Après un moment, je me suis dit que je serais plus utile en aidant la population locale et en particulier les jeunes en tant que prof », souligne l’enseignante de 31 ans. Parmi les 24 contractuels formés, une majorité vient de Mayotte, d’autres viennent de Guyane et certains de la métropole.

Le baccalauréat 2024, c’est parti

Le coup d’envoi du baccalauréat 2024 a été donné ce mardi 18 juin pour les 6.292 élèves mahorais qui passent les épreuves cette année. La philosophie a ouvert le bal. Les élèves de filière générale ont eu le choix entre deux sujets : « La science peut-elle satisfaire notre besoin de vérité ? » et « L’État nous doit-il quelque chose ? ». Ils pouvaient aussi choisir l’explication de texte avec un extrait de « La Condition Ouvrière » de Simone Weil. Pour les élèves de filière technologique, il était proposé de disserter sur « La nature est-elle hostile à l’homme ? » ou « L’artiste est-il maître de son travail ? ». Enfin, l’explication de texte portait sur un extrait des « Lois IX » de Platon.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Un bilan Mayotte Place nette « positif » selon le préfet

Ce mardi 16 juillet, le préfet a tenu une conférence de sécurité, en présence des élus mahorais, pour leur faire le compte-rendu de l’opération...

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...