test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La sixième se plie en quatre à partir de la rentrée prochaine

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Comme en métropole, Mayotte va connaître « un choc des savoirs » à la rentrée 2024-2025. Dès la sixième, les élèves seront répartis en « groupes de besoins », avec un renforcement du volume horaire en français et mathématiques pour ceux qui ont le plus de difficultés.

Création des groupes de besoins

C’est la nouveauté de la rentrée. « Le choc des savoirs » voulu par le gouvernement va se mettre en forme au mois d’août. À partir de la sixième, et sur la base d’évaluations faites avec les CM2, les élèves mahorais intègreront l’un des quatre parcours possibles. Le volume horaire reste le même, mais les 18 ou 19 heures par semaine seront partagées différemment dans les fameux « groupes de besoins ». Ainsi, une même classe pourra ainsi suivre des cours en commun (EPS, art plastiques, musique et enseignement moral et civique (EMC), soit sept heures de cours. Puis, pour toutes les autres matières, chaque groupe aura un enseignement spécifique. Ceux qui sont le plus en difficulté, dans des groupes réduits à treize, auront neuf heures de français et six heures de mathématiques. Les langues vivantes, l’histoire-géographie et les SVT (sciences et vie de la terre) seront réduits à une heure chacune. Les groupes de 22 auront aussi un renforcement en français (sept heures) et en mathématiques (5h30 contre 4h30 en parcours standard).

L’idée est de renforcer les savoirs fondamentaux pour les élèves les plus fragiles. À Mayotte, le système n’est pas nouveau. Des groupes de besoins pour les élèves en difficulté existent déjà dans les collèges. « On l’officialise », confirme Jacques Mikulovic, le recteur de l’académie de Mayotte, qui a pour objectif de « diviser par quatre » le nombre d’élèves non lecteurs du début à la fin de l’année de sixième.

Une filière d’excellence

Parmi les quatre parcours, celui appelé Anglais et Culture de l’océan Indien (ACOI) intégrera les éléments qui ont le plus de facilité de lecture. « C’est l’équivalent des classes européennes », compare le recteur. Il intègrera un renforcement en anglais, qui s’accentuera d’ailleurs en cinquième avec d’autres disciplines qui pourront être enseignées en anglais par des professeurs certifiés. Ils devraient y avoir « entre deux ou trois classes ACOI par collège ».

À l’inverse, le redoublement qui avait été envisagé quand « les actions mises en place n’ont pas permis de résoudre les difficultés de l’élève » ne sera pas possible à Mayotte. La poussée démographique et les établissements déjà surchargés limitent son recours.

« Pas de ségrégation scolaire »

La réforme du collège rencontre son lot d’oppositions en métropole. Et c’est souvent le risque d’une stigmatisation des élèves qui est pointée en fonction des groupes qu’ils intègrent. « Il ne faut pas qu’il y ait cette sensation. Il n’y a pas de ségrégation scolaire dans la mesure où il y a des temps communs. Rien n’empêche d’évoluer vers un autre groupe à chaque période », argue le recteur. « Les élèves ne le prennent pas mal, puisque ça répond à leurs besoins. » C’est ce qui pourrait d’ailleurs expliquer la faible opposition à Mayotte où les niveaux peuvent être très hétérogènes au sein d’une même classe.

Des professeurs à recruter

C’est un défi récurrent à Mayotte. Il faut trouver chaque année son lot de contractuels ou de titulaires pour remplacer les partants (avec 190 postes en plus sur le premier degré, 160 dans le second). Cette année est particulière puisque le rectorat a connu son record de demandes de mutation. Le recteur n’est pas forcément optimiste pour le nombre de professeurs de français. « On est un peu à la peine en physique-chimie et en philosophie. C’est le cas aussi dans les filières professionnelles », admet-il également.

Pour les heures de français supplémentaires dédiées aux groupes les plus faibles, l’académie compte sur les professeurs d’autres disciplines et ceux de Segpa (Section d’enseignement général et professionnel adapté), qui n’existeront plus en sixième. « L’idée est qu’on ait un professeur au moins pour cinq heures, et qu’éventuellement, on puisse compléter avec un professeur d’une autre discipline, mais qui travaille le français à partir de sa discipline. Tout le monde travaille sur ça », renchérit le recteur.

Concernant les autres matières, il indique que ses services « ont plutôt pas mal recruté jusqu’à présent ». Des contractuels ont eu ainsi des contrats commençant au 1er juin pour qu’ils puissent s’installer plus facilement et qu’ils puissent suivre des formations pour préparer « au choc » de la rentrée.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Un jeune homme de 22 ans tué à Bonovo ce samedi

Un jeune homme, âgé de 22 ans, a été retrouvé mort avec une large plaie à l’arrière du cou, dans la soirée de samedi,...

Elections législatives : douze candidats à l’assaut des deux circonscriptions mahoraises

La liste des candidats mahorais pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet est désormais connue. Quatre seulement se présentent dans la...

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...