72 jeunes Mahorais récompensés à La Réunion

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

À l’occasion de la première journée des diplômés mahorais à La Réunion, des dizaines de jeunes ont été récompensés, samedi, pour leurs efforts et leur persévérance. Un moment particulièrement symbolique.

Un événement inédit pour encourager et récompenser la jeunesse. Samedi, le conseil départemental de Mayotte, via sa délégation sur l’île intense, mettait à l’honneur les étudiants locaux, à travers la première journée des diplômés mahorais à La Réunion. Après avoir été déprogrammé à plusieurs reprises en fonction de l’évolution du contexte sanitaire, le rendez-vous aurait pu ne jamais avoir lieu. Mais pour ses organisateurs, pas question de renoncer à cette occasion d’ampleur de soutenir, où qu’ils soient, les jeunes Mahorais ainsi que leurs talents et leur persévérance.

72-jeunes-mahorais-recompenses-a-la-reunion

« Il y a beaucoup de symboles derrière cette journée », a introduit Ali Debré Combo, président de la commission d’octroi des bourses et aides (Coba) et conseiller départemental, intervenant à distance par visioconférence. « De nombreuses familles mahoraises ont fait le choix de s’installer à La Réunion, en particulier pour l’éducation de leurs enfants. Ce que nous célébrons aujourd’hui, c’est votre succès obtenu grâce à votre travail, votre détermination et vos efforts. À nos yeux vous avez tous le même mérite : celui d’avoir su vous donner les moyens de réussir. » Actuellement, l’université de La Réunion compte 1.000 étudiants mahorais. 450 d’entre eux sont soutenus financièrement par la collectivité de Mayotte.

 

Des Mahorais aux quatre coins du monde

 

Au total, 72 jeunes ont été récompensés ce week-end. Parmi eux, des bacheliers, des étudiants en licence, en master, en BTS ou en DUT. Mais les festivités ne se sont pas finies là. Tout au long de la journée, une série d’intervenants mahorais et d’envergure internationale ont pu échanger avec les diplômés, leur donner des conseils et répondre à leurs questions. Parmi eux notamment, Fernand Keisler, premier officier pilote de ligne de l’île aux parfums, Karima Bourhani, jeune fille au pair actuellement aux États-Unis ou encore Youmna Mouhamad, docteure en physique et entrepreneure.

Et pour toujours célébrer un peu plus les talents de Mayotte, entre animations musicales et chorégraphiques, les trois lauréats de l’édition 2020 du concours départemental d’éloquence sont intervenus sur scène pour dévoiler leur savoir-faire. «  Je me suis juré de crier plus fort à chaque fois que mon île arrête de briller », a ainsi déclamé l’un d’entre eux. Vivement la deuxième édition !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°945

Le journal des jeunes

À la Une

Alison Morano, anthropologue : « Il n’y a pas de profil type du délinquant à Mayotte »

En 2016, Alison Morano se penchait sur « la catégorie sociale des mineurs isolés à Mayotte », dans le cadre de son mémoire d’anthropologie...

À Longoni, le futur lycée des métiers du bâtiment attend toujours sa viabilisation

Le rectorat organisait une visite sur le terrain du très attendu lycée de Longoni en compagnie des architectes mais aussi du président du SMEAM....

Diffamation : le président du syndicat de pompiers SNSPP-PATS de Mayotte devant le tribunal

Après une grève de plusieurs semaines qui a pris fin le 14 septembre 2020, l’ex-directeur du SDIS, le colonel Fabrice Terrien, cible de propos...

Soulaïmana Noussoura : « Il y a dix ans, les gens pensaient que j’étais un illuminé »

À l’occasion de la sortie de son livre, intitulé « Plan Marshall pour Mayotte », Soulaïmana Noussoura revient sur un projet qui lui tient...

48 étrangers en situation irrégulière interpellés à Koungou dans une opération de grande envergure

Après les violences du week-end dernier, une vaste opération menée par la gendarmerie nationale et la police aux frontières a été conduite à Koungou...