L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Vie chère en outre-mer : « si rien n’est fait de radical, ce problème va subsister »

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

La commission d’enquête relative au coût de la vie dans les collectivités territoriales d’outre-mer, nouvellement installée, et dont la députée Estelle Youssouffa est vice-présidente, s’est réunie ce jeudi 16 mars. Deux experts ont été auditionnés, pour poser les bases de cinq mois de travaux qui devront aboutir à la publication d’un rapport d’enquête.

Étudier les mécanismes et causes de la vie chère en outre-mer, et établir un diagnostic complet pour faire émerger des solutions afin de faire baisser les prix dans les territoires ultramarins. Tels sont les deux grands objectifs de la commission d’enquête relative au coût de la vie dans les collectivités territoriales d’outre-mer, créée en février dernier et dont nos deux députés – Mansour Kamardine et Estelle Youssouffa – font partie, la dernière en tant que vice-présidente. Une première réunion s’est tenue ce jeudi 16 mars, au cours de laquelle ont été auditionnées deux experts en la matière : Michaël Goujon – maître de conférences en économie et directeur adjoint du Centre d’études et de recherches sur le développement international (CERDI) de l’Université Clermont Auvergne – et Françoise Rivière – docteur en sciences économiques et responsable de la cellule Économie et Stratégie, au département Afrique de l’Agence française de développement (AFD).

« Les inégalités sont des freins au développement »

Le professeur Michael Goujon a essuyé les plâtres de la commission. Son travail repose notamment sur le calcul et l’étude d’indicateurs classiques des Nations Unies – tels que l’indice de développement humain (IDH) – appliqués aux territoires non-membres non couverts initialement par leurs travaux onusiens, dont les collectivités d’outre-mer. « Les inégalités génèrent des inefficacités économiques, et sont donc des freins au développement », résume-t-il. « Lorsqu’une partie de la population est maintenue dans une situation de pauvreté, l’on se prive d’un potentiel d’entreprenariat », explique-t-il à titre d’exemple. Son expertise macro-économique n’a pu satisfaire toutes les questions des députés présents, parfois extrêmement pointues et spécifiques à leurs territoires respectifs. « Nous n’avons pas le désir de vous mettre en difficulté, mais nous attendons beaucoup de ces auditions ! », admet Elie Califer, député de la quatrième circonscription de Guadeloupe. « Quels sont les secteurs à fort potentiel d’exportation ? » ; « La rente monopolistique ou oligopolistique en outre-mer est-elle mesurée ? » ; « Y a-t-il des normes qui n’ont pas lieu d’être dans nos territoires ? » ; « Le levier de l’innovation est-il à privilégier ? » Dans la salle, tous sont avides d’un éclairage technique, et de pistes pour lutter contre le problème de la cherté de la vie en outre-mer. « Dans les conditions actuelles, et si rien n’est fait de radical, ce problème va subsister et s’amplifier dans les décennies à venir. Vous devrez donc, dans vos recommandations, anticiper et réfléchir à traiter les défis futurs. Ce sont les problématiques d’inégalités et de changement climatique qui sont à prendre en compte, inévitablement », analyse le professeur en guise de conclusion.

« Des créneaux de niche »

Les échanges avec Françoise Rivière ont permis de s’intéresser aux questions du mal-développement, des effets délétères de la crise du Covid-19 et du conflit russo-ukrainien sur le pouvoir d’achat, ou encore de la coopération régionale – à la lumière des travaux universitaires que l’économiste a pu réaliser sur les économies de l’océan Indien, notamment. « Au-delà de la vie chère, se pose la question des revenus. La question est : comment créer de l’activité ? », interroge Françoise Rivière. « En répondant aux nouveaux besoins intérieurs – tels que le vieillissement de la population observé ou prévu dans la plupart des Dom – et en s’adressant aux économies extérieures sur des créneaux de niche », préconise-t-elle. « Pendant longtemps, on a cru que le Graal, c’était la coopération régionale. Force est de constater que c’est plus compliqué que cela », argue l’économiste. « Qu’échanger quand on produit un certain nombre de choses similaires ? Il faut trouver des complémentarités », plaide-t-elle.

Les deux experts ont été invités à compléter leurs interventions par des réponses écrites aux questions soumises par les différents députés. Une prochaine réunion de la commission est prévue ce vendredi 24 mars. Leurs travaux doivent déboucher sur la publication d’un rapport d’enquête avant le 8 août prochain.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...