L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Un club des entreprises qui s’engagent à Mayotte

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

Le dispositif lancé en métropole en 2018 n’était pas encore arrivé dans le 101e département. L’objectif : inciter les entreprises à recruter des personnes éloignées de l’emploi et leur permettre de s’entraider. 

un-club-des-entreprises-qui-sengagent-a-mayotte
Sept représentants des entreprises qui souhaitent s’engager dans le réseau étaient présents ce vendredi 24 février. Au total, une dizaine ont annoncé leur volonté d’être membre du club.

« Aujourd’hui, nous voulons nous engager pour la jeunesse et pour le handicap. » Le représentant de la société Mactoo, qui met au point un système de géolocalisation pour suivre des véhicules en temps réel, vient de rejoindre le « club des entreprises qui s’engagent ». L’objectif : se réunir avec d’autres entreprises mahoraises afin d’agir pour une « société plus inclusive », en recrutant des personnes en situation de handicap et éloignées de l’emploi. Le dispositif, initié en 2018 par le Président de la République, n’avait pas encore été lancé à Mayotte. La BGE, qui aide à la création d’entreprise sur le territoire, a annoncé son lancement ce vendredi 24 février, après avoir répondu à l’appel à projets de la Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (DEETS) qui lui a octroyé 30.000 € pour animer ce réseau. 

Déjà une dizaine d’entreprises engagées

« L’objectif est de réunir une quinzaine d’entreprises, souligne Michel-Henri Mattera, directeur de la Deets à Mayotte. Et déjà une dizaine ont annoncé vouloir s’engager. » Aux côtés de Mactoo, de grands groupes comme Total, Colas ou Etic souhaitent rejoindre le club. Mais également de petites structures, telles que la Quincaillerie et alimentation générale de Sophiata Souffou, à Tsimkoura. « Au sein du réseau, les chefs d’entreprises pourront se conseiller et s’appuyer sur les dispositifs existants, souligne Christian Saint-Étienne, directeur de Pôle emploi à Mayotte. Une aide qui n’est pas suffisamment connue est l’emploi franc. Elle permet à un employeur de bénéficier de 15.000 € pour le recrutement d’un salarié. L’an dernier, nous pouvions financer 200 emplois ainsi et nous n’en avons aidé qu’une centaine. Alors qu’il y a un besoin majeur, il y a une sous utilisation de ce dispositif. »

En parallèle, les entreprises peuvent s’appuyer sur un autre outil de Pôle emploi appelé La bonne formation. Il permet aux entreprises d’identifier des demandeurs d’emploi ayant des formations qualifiantes. « Les recruteurs peuvent ainsi être autonomes dans leurs recherches », poursuit le directeur de Pôle emploi.

« Il faut créer de l’emploi »

Pour Saïd Kanbi Saïd, trésorier adjoint de la BGE, « l’objectif de ce club est en effet d’accompagner les personnes éloignées de l’emploi mais également, pour les entreprises, de créer leurs propres ressources et de se développer grâce aux dispositifs existants. » Dans le département où le taux de chômage s’élève à 34% en 2022, soit une hausse de 4 points depuis 2019, et où la moitié des emplois se concentre dans le secteur public, « il faut créer de l’emploi », insiste Michel-Henri Mattera, directeur de la Deets.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...