test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Des savons made in Mayotte pour valoriser les plantes locales

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

Conçus à base de produits naturels mahorais, les savons (liquides ou en morceaux) et autres shampoings made in Mayotte sont au cœur du travail de Kalathoumi Ahamada Madi, qui met en avant le patrimoine naturel de l’île.

Kalathoumi Ahamada Madi est la fondatrice d’« Hippocampe Nature ». Elle fabrique des savons et des produits cosmétiques 100 % naturels et made in France. Membre d’un cluster local spécialisé dans cette activité, elle plaide pour une sous labellisation made in Maoré (Mayotte en shimaore). Que ce soit à l’occasion de foires commerciales ou de visites sur son lieu de production à Kahani dans le centre de l’île, elle explique longuement à ses clients le processus de fabrication de ses produits, les recherches préalables à leur conception, les produits locaux bio qu’elle intègre pour obtenir tel ou tel aspect, les senteurs, les formes et les mélanges de couleurs sur la base de fruits, de plantes ou de fleurs de Mayotte. « C’est au regard de tous ces aspects que nous sommes plusieurs créateurs à revendiquer une distinction spécifiquement locale à nos produits sous le label made in France. Nous n’utilisons pas le même process que nos collègues de métropole, nos créations répondent à une logique purement mahoraise et il importe de valoriser ainsi notre territoire », souligne-t-elle.

Pour Kalathoumi Ahamamada Madi, les savons qu’elle fabrique véhiculent avant tout une image, celle de l’authenticité de Mayotte. Les plantes diverses et variées qui entrent dans le processus de fabrication de ses savons n’existent qu’à Mayotte et c’est une touche particulière qu’elle estime indispensable à mettre en exergue. « Le moringa, le henné, le jujube et bien d’autres plantes sont des espèces endémiques aux effets connus apaisants et nourrissants pour la peau. Elles font partie du patrimoine traditionnel et ancestral de notre île et possèdent de réelles vertus », décrit-elle. Au premier rang de ses combats, Kalathoumi Ahamada Madi tient à fabriquer des savons 100 % naturels, sans colorant artificiel et avec des doses de parfums raisonnables.

« Je vous donne un exemple : lorsque vous travaillez le henné, la réaction immédiate au contact de l’huile (de coco) est une coloration marron. Il en résulte un savon qui s’adresse à des peaux très sensibles, que des parfums artificiels pourraient agresser », explique-t-elle. Au sein de son cluster d’artisans, chacun mène ses propres recherches, teste les produits mahorais, les parfums prisés par le marché local. Le recours aux senteurs n’est pas vraiment sa spécialité, elle préfère mettre en pratique un slogan simple, « de la racine aux feuilles d’un arbre ».

Des plantes endémiques au cœur des recettes

Elle a fait le choix du bio et des plantes endémiques plutôt que de l’exotisme classique, de travailler les fruits, les noyaux et les feuilles. Si elle reconnaît qu’il faut mélanger différentes huiles pour concevoir un savon, dont certaines indisponibles sur place, Kalathoumi Ahamada Madi explique privilégier l’huile de coco, le copra mahorais qui fait mousser ses savons. Outre les savons de douche, elle propose toute une gamme de produits cosmétiques, du shampoing à la vanille, et angaya bé.

Active depuis trois ans, elle a connu sa traversée du désert, en particulier durant sa première année où elle n’avait pas réussi à vendre un seul savon. « Je me suis concentrée à tester mes produits, à les montrer aux gens et à recueillir leurs impressions. Grâce au soutien apporté par notre cluster, les artisans en cosmétique de Mayotte, œuvrent pour aller de l’avant », confie-t-elle. Ses produits se déclinent sous différents formats tels que des paniers cadeaux prêts à offrir. Elle peste contre les barrages du mois de février 2024 qui ont failli ruiner sa profession et réduire à néant plusieurs années de dur labeur.

Un travail néanmoins récompensé par une participation à la Foire internationale des produits africains (FIPA) de Dakar dans trois semaines.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Un jeune homme de 22 ans tué à Bonovo ce samedi

Un jeune homme, âgé de 22 ans, a été retrouvé mort avec une large plaie à l’arrière du cou, dans la soirée de samedi,...

Elections législatives : douze candidats à l’assaut des deux circonscriptions mahoraises

La liste des candidats mahorais pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet est désormais connue. Quatre seulement se présentent dans la...

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...