100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Le président du Medef France en visite à Mayotte : “Il faut un taux de chômage beaucoup plus bas avant de commencer à remonter les salaires”

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Geoffroy Roux de Bézieux a posé quelques jours ses bagages sur l’île aux parfums, dans le but de s’imprégner des réalités du territoire. Mais aussi de communiquer sur les opportunités des Outre-mer pour la France. Pour le Medef Mayotte, c’était aussi l’occasion de rappeler certaines de ses revendications, comme les moyens à mettre sur la table pour envisager sereinement la convergence sociale.

Après un passage de trois jours à La Réunion, le président du Medef France, Geoffroy Roux de Bézieux, a fait son premier déplacement à Mayotte, accompagné d’une délégation nationale. L’occasion de rencontrer les différents acteurs institutionnels et économiques à l’assemblée générale du Medef Mayotte, vendredi, après deux années de pandémie qui ont durement frappé l’économie mondiale et les territoires ultramarins, lesquels n’ont pas été épargnés par la crise.

president-medef-france-visite-mayotte-taux-chomage-beaucoup-plus-bas-avant-remonter-salaires

J’ai voulu me rendre compte par moi-même des problèmes, mais aussi des opportunités de ce territoire”, a expliqué le patron des patrons, à l’issue de cette journée où les sujets spécifiques au 101ème département ont été largement évoqués par les entrepreneurs et les institutionnels présents. Gestion de l’eau, accès à l’éducation, à la santé, au logement… “Et évidemment, il y a le défi de l’insécurité. Je partage les constats faits tout à l’heure, le rapport du Sénat est lucide sur la réalité de la situation, et une grande partie des propositions sont issues des entretiens avec mes services”, a ainsi rappelé le préfet Thierry Suquet, en référence aux conclusions de la mission sénatoriale “Sécurité à Mayotte”.

“Les Outre-mer sont une richesse pour la France”

Face à ces nombreux enjeux, le président du Medef avait plusieurs messages à faire passer. “Le premier, c’est que nous sortons de la crise au niveau national beaucoup plus vite que prévu à part quelques secteurs. Mais il y a quand même des inquiétudes à l’horizon”, a-t-il évoqué. Si Mayotte semble pour l’instant épargnée par une nouvelle vague du Covid-19, elle a en tout cas déjà fait les frais des tensions sur les approvisionnements, liés à la rapide reprise économique mondiale qui pousse aujourd’hui les prix à la hausse. “Le deuxième point, c’est que oui, c’est une île, et un département d’Outre-mer, avec des contraintes très fortes. Mais il faut aussi y voir des opportunités : les Outre-mer sont une richesse pour la France, c’est le deuxième domaine maritime mondial. Malheureusement, ce n’est pas assez connu des Français”, a développé Geoffroy Roux de Bézieux.

president-medef-france-visite-mayotte-taux-chomage-beaucoup-plus-bas-avant-remonter-salaires

Une convergence sociale à surveiller de près

Cette journée était aussi l’occasion de donner un écho aux combats propres au Medef Mayotte. Comme l’alignement des droits sociaux avant la date initialement prévue de 2036. “S’il faut accélérer, il faut mettre les moyens sur l’accompagnement de l’État, nous le répéterons, le CICE et la Lodeom renforcée pour avoir plus d’exonération de charges. Et des études d’impact”, a rappelé Carla Baltus, la présidente de l’organisation patronale à Mayotte. “Est-ce qu’on est prêt à être au niveau du SMIC national ?”, a-t-elle aussi mis en garde en référence à l’application du code du travail en 2018, faite “sans prendre le temps d’en mesurer les impacts”. Un argument auquel ne s’oppose visiblement pas le chef du mouvement national. “Avec 30% de chômage, il faudrait être à un taux beaucoup plus bas pour commencer à remonter les salaires de tout le monde… Il faut d’abord employer plus”, a acquiescé le chef d’entreprise.

La défense des petites entreprises

En termes d’opportunités, le président du Medef a reconnu le fort potentiel de croissance de Mayotte, “département le plus dynamique”, notamment en termes de créations d’entreprises. Un nouveau record de 1.353 entreprises créées a en effet été atteint en 2020, soit 33% de plus qu’en 2019. Reste que la plupart de ces créations concernent des petites, voire très petites entreprises qui peinent parfois à se faire une place face aux grands groupes. “Cela fait partie de nos objectifs de défendre toutes les tailles d’entreprise. Nous conseillons aux collectivités et à l’État de réserver des parts à ces petites entreprises mahoraises”, a souligné Carla Baltus. “Quand Colas gagne un marché, ils créent de l’emploi, donc du point de vue prospérité de l’île, c’est positif”, a complété Geoffroy Roux de Bézieux. Quant à la démographie galopante de l’île, “un territoire qui perd de la démographie, c’est un territoire qui va s’enfoncer à la longue dans la décroissance”, a-t-il mentionné, même si cela “pose aussi des risques”. “Il faut que les moyens suivent.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...