100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Mayotte, futur territoire d’industrie ?

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Dans le cadre du 4ème forum économique de Mayotte, Guillaume Basset, délégué aux Territoires d’industrie auprès du ministre de l’économie et des finances et de la ministre de la cohésion des territoires, a présenté le programme national de reconquête industrielle « Territoires d’industrie » lancé, le 22 novembre 2018, par le Premier ministre. Un label qui fait encore défaut au 101ème département.

L’industrie à Mayotte : oui, mais sous quelle forme ? Alors que l’écrasante majorité des produits consommés et achetés à Mayotte proviennent de l’importation, la création d’une filière industrielle dans le secteur de l’agroalimentaire ou encore de l’économie bleue pourrait bien pallier les manques du territoire.

Le hic ? Sur les 146 “Territoires d’industrie” français qui bénéficient grâce à ce label d’un soutien prioritaire à des projets industriels, le 101ème département manque à l’appel. Et pour cause, l’île au lagon ne disposant pas encore d’un bassin industriel comparable aux autres circonscriptions… Or, ce programme de “reconquête industrielle par les territoires”, lancé officiellement par le Premier ministre le 22 novembre 2018, a d’ores et déjà permis de faire remonter 1.800 projets. Son objectif : favoriser une dynamique entrepreneuriale autour de l’industrie en associant un élu local et un industriel afin de mobiliser les acteurs publics et simplifier la vie des porteurs de projet.

Des atouts à faire valoir

Une manne qui pourrait donc bien profiter à Mayotte, qui a elle aussi de nombreux atouts, selon Guillaume Basset, délégué aux Territoires d’industrie auprès du ministre de l’économie et des finances et de la ministre cohésion des territoires. Grâce à sa situation géographique privilégiée dans le canal du Mozambique, elle pourrait devenir l’une des places fortes de l’industrie de l’océan Indien. “Mayotte est le seul département qui n’a actuellement pas de projet financé. Nous sommes désireux d’accompagner le premier projet à Mayotte et pouvoir labelliser le 101ème département territoires d’industrie « , affirme Guillaume Basset.

Par ailleurs, le programme s’inscrit au cœur du plan France Relance présenté par le gouvernement, le 3 septembre 2020. Avec 400 millions d’euros d’ici 2022 à l’échelle nationale, le “fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires” permettra de financer les projets industriels les plus structurants en France métropolitaine et dans les départements d’Outre-mer. “1.400 projets sont déjà inscrits au titre du plan de relance avec des extensions de sites et des modernisations, mais aussi le financement de nouveaux équipements pour les industriels”, détaille le délégué aux Territoires d’industrie. À l’occasion du premier jour du 4ème forum économique de Mayotte, le ministère a lancé une bouteille à la mer et attend avec impatience la mobilisation des porteurs de projet mahorais afin de développer la filière industrielle sur l’île aux parfums.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...