L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Mayotte a de l’industrie et veut le faire savoir

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) s’est donné comme objectif de mener le territoire mahorais vers l’industrialisation. Les appels à projets commencent donc pour labelliser Mayotte comme « territoire industriel ». Ce titre permettrait à l’île d’acquérir un financement et un accompagnement de l’État pour son développement industriel. Le temps est néanmoins compté pour déposer les candidatures, ce qui ne décourage pas malgré tout la CCI.

Faire de l’île un territoire d’industrie, c’est le nouvel objectif de la Chambre de commerce et d’industrie de Mayotte (CCI). Les appels à projets sont lancés pour décrocher la labellisation de Mayotte comme tel, afin d’acquérir une aide des pouvoirs publics. Pour ce projet, l’enveloppe est de 100 millions d’euros. « Ce dispositif est un moyen d’obtenir des outils financiers et ingénieurs pour développer l’industrie à Mayotte », affirme Raissa Andhum, responsable territoire du pôle développement industriel de la CCI. Lancé par le gouvernement en 2018, plusieurs objectifs sont ciblés. « Ce projet vise à la réindustrialisation mais aussi à se débarrasser de la dépendance aux autres industries », continue la responsable. Un travail de coopération entre les acteurs économiques est nécessaire pour mener à bien cette phase de lancement. Un élu de chaque intercommunalité et une personne du monde industriel s’allieront pour représenter un binôme pour le territoire. « Les élus et industriels vont décider de quel projet ils veulent porter au niveau du territoire. Notre volonté c’est de parvenir à convaincre les industries et les intercommunalités afin de les fédérer pour raisonner en matière de territoire », confirme Raissa Adhum.

Les critères qui doivent être définis dans les appels à projets sont les suivants : un périmètre et une gouvernance, donc un binôme composé d’un élu et d’un industriel par communauté de communes qui portera le projet de Mayotte. « Un projet territorial mais dont plusieurs intercommunalités peuvent bénéficier si nous obtenons le label », soutient la responsable territoriale. Le dernier critère est de porter « un plan d’action synthétique, avec une vision industrielle, qui prend en compte les besoins du territoire ». Pour mener à bien ce projet, les clés seront multiples, selon Denis Brichon, responsable du service compétitivité internationale à la CCI : « L’implication du binôme, bien définir le périmètre et également avoir un diagnostic partagé par les acteurs économiques ou autres partenaires ainsi que les élus intercommunaux seront primordiales pour réussir ».

Des défis à relever

« 100 millions d’euros, c’est peu et beaucoup à la fois », déclare Guillaume Rubin, directeur de la société Abattoir de Volailles de Mayotte. Une enveloppe, qui au niveau national peut paraître restreinte, mais ce n’est pas la seule dont peut bénéficier Mayotte. « C’est un budget qui est alloué pour le programme mais il y a d’autres dispositifs qui peuvent le combler. Nous avons donc 100 millions mais d’autres dispositifs comme l’aide VTE pour renforcer ce dispositif », répond la responsable.

Une autre critique qui s’est dégagée est celle du peu de temps accordé par ce processus. Trois mois, mais avec les vacances d’été au milieu. En effet, le dossier de Mayotte doit être déposé avant le 22 septembre, si elle veut pouvoir candidater. Cette limite n’est pas la seule au niveau temporel, puisque les projets en eux-mêmes doivent aussi rentrer dans des délais. « Il faut que les projets soit réalisable de 2023 à 2027 », confie Denis Brichon. « Si Mayotte ne se positionne pas là, on oublie l’industrialisation jusqu’en 2027 », affirme Riassa Adhum.

Un rush pour beaucoup des acteurs, qui n’est cependant pas si compliqué à gérer selon la CCI. « Par rapport aux objectifs, nous, on y croit. Ça fait déjà un moment qu’on attend cet appel à projets. On pense que c’est un outil important dont 149 territoires ont bénéficié, ce serait dommage que Mayotte passe à côté », soutient la responsable.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...