L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les perspectives du projet gazier mozambicain présentées à Yaël Braun-Pivet

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

Yaël Braun-Pivet, la présidente de l’Assemblée nationale, venue pour trois jours à Mayotte, a visité le port de Longoni, dans la commune de Koungou, ce jeudi matin. L’intérêt de l’intégration de Mayotte dans le projet gazier de Total au Mozambique et les autres perspectives pour le port de Longoni lui ont été longuement présentés.

Ce jeudi matin, la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, a continué ses visites à Mayotte. La journée a commencé à la base vie de la Sécurité civile à Longoni et s’est poursuivie sur le site de gestion des déchets de Citéo. Le thème de l’attractivité de Mayotte a ensuite été mis sur la table sur le quai n°1, actuellement en travaux, du port de Longoni.

La députée Estelle Youssouffa s’est entretenue une vingtaine de minutes avec le quatrième personnage de l’État, notamment sur le projet gazier de Total au Mozambique, dans lequel le port de Longoni pourrait jouer un rôle bénéfique à l’économie mahoraise. En effet, étant politiquement stable et située à 500 kilomètres du futur site d’exploitation de gaz naturel mozambicain, Mayotte pourrait être une base arrière pour Total. Il est par exemple question que le centre hospitalier de Mayotte s’occupe des premiers soins lors des évacuations sanitaires. Mais pour intégrer ce projet, le quai n°1 doit être réhabilité. « Ce port, c’est notre poumon économique. [Notre but] est probablement d’arriver à ancrer Mayotte dans la locomotive gazière de la région. […] Une miette de l’immense gâteau suffit pour Mayotte », insiste l’élue mahoraise.

« Des kilomètres de pipeline, ça créé des emplois »

Vincent Liétar, directeur développement et infrastructures à Mayotte Channel Gateway (MCG), qui prenait également part à la conversation, est revenu sur l’impact positif que pourrait avoir la participation de Mayotte au projet. « Ce sont des kilomètres de pipeline, ça créé des emplois, il y a des équipages qui vont tourner, de l’accueil au niveau de l’hôtellerie, des transports en avion, etc. Les retombées pour Mayotte pendant plusieurs années seraient donc une véritable dynamique », indique celui dont l’entreprise assure la délégation du port pour le conseil départemental de Mayotte.

Estelle Youssouffa a également amené la conversation sur le sujet de l’immigration clandestine. « La deuxième chose très importante, c’est que dans la loi de programmation militaire, on a demandé à travailler sur la question d’avoir un quai et une partie qui soit militaire [pour] donner à la lutte contre l’immigration clandestine une base dans le nord de l’île et non en Petite-Terre », détaille-t-elle.

Après avoir écouté ces exposés pendant une vingtaine de minutes, la présidente de l’Assemblée nationale s’est dirigée vers le quai n°2. Elle a continué à s’entretenir avec Vincent Liétar et un membre de la Compagnie Maritime d’Affrètement – Compagnie Générale Maritime (CMA-CGM), notamment sur le trafic au sein du port ou encore la perspective de doubler la capacité d’accueil de celui-ci. « L’arrivée des conteneurs pour les distributions d’eau en bouteilles ont-elles perturbé votre activité ? », demande-t-elle au représentant de la CMA-CGM. « Non, cela a un peu augmenté notre activité », répond-il. Une opération de distribution d’eau en bouteilles attendait d’ailleurs Yaël Braun-Pivet plus tard dans la matinée, vers 11h, à Tsingoni.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1078

Le journal des jeunes

À la Une

Retour autorisé des manzaraka et des pool parties

La préfecture de Mayotte continue de desserrer la vis grâce à une saison des pluies particulièrement abondante qui a permis de remplir à la...

Une plainte déposée dans l’affaire des conteneurs de Bandraboua

Mayotte Nature Environnement (MNE), une association pour l’environnement à Mayotte, annonce avoir porté plainte à cause des conteneurs, bacs de tri et déchets présents...

Barrages : Une réunion de « sortie de crise » aboutit à un consensus

C’est officiel. Les barrages des Forces vives sont levés afin d’accorder « le bénéfice du doute » au gouvernement, après l’annonce de nouvelles mesures attendues au...

« C’est important que la population sache vers quels élus se tourner »

Alors que les barrages se lèvent, plusieurs manifestants veulent pouvoir suivre le travail des élus devant répondre à leurs revendications. C’est pour cela qu’à...

Habitat informel : Le délai de flagrance porté à 96 heures contre 48 heures auparavant

Le projet de loi sur la rénovation de l’habitat dégradé a été voté à l’unanimité, ce mercredi soir, au Sénat. Il inclut un changement...