100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

L’insertion et l’entrepreneuriat social à Mayotte, l’objectif commun de la CRESS et du RSMA

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Ce vendredi 25 juin, la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (CRESS) et le régime du service militaire adapté (RSMA) ont signé deux conventions de partenariat dans le but de faciliter l’insertion professionnelle et la création d’entreprises sociales sur le territoire. De quoi offrir de nouvelles perspectives aux 750 volontaires qui intègrent chaque année le détachement mahorais.

Vendredi 25 juin, 10h. Pas de levée du drapeau ou de chant au pas de course au régime du service militaire adapté (RSMA) de Combani, mais une signature de conventions avec la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire. L’objectif des griffes du jour ? « Accompagner le départ de nos volontaires vers l’entreprise », affirme le lieutenant-colonel, Pierre-Louis Dubois, qui voit défiler chaque année 600 stagiaires entre six et dix mois et 150 techniciens pour une période d’un an, renouvelable trois fois.

Si le cadre du détachement leur permet de côtoyer « le vernis militaire », l’idée est surtout de leur offrir une expérience professionnelle dans des secteurs d’activités aussi riches que variés, tels que le BTP, l’aide à la personne, la restauration ou encore la mécanique. Avant « qu’ils ne prennent leur envol dans la vie active », insiste l’adjoint-chef, Patricia Lallemand. « Quand ils arrivent ici, ils sont souvent perdus. » Et visiblement, le concept paie puisque 83% des jeunes sortis du RSMA en 2020 ont trouvé un emploi ou ont repris leurs études. Un motif de satisfaction pour le chef de corps.

 

Fanya Lab et clauses sociales

 

Alors pour aller encore plus loin, le renouvellement de ce partenariat paraphé pour la première fois en juin 2019 a pour ambition de faciliter toujours plus l’insertion professionnelle et la création d’entreprises sociales. Comment ? Avec des clauses sociales dans les marchés publics via le dispositif ASR (achat socialement responsable) et avec un accompagnement personnalisé via le Fanya Lab (accélérateur de l’économie sociale et solidaire et de l’innovation sociale). Ainsi, l’association s’engage à proposer des sessions collectives de six mois – les jeudis et vendredis matins – aux bénéficiaires qui ont des projets relevant de l’ESS dans la création de leur entreprise. « La prochaine doit commencer en septembre », indique Roukia Lahadj, la trésorière de la CRESS de Mayotte.

À titre d’exemple, « une esthéticienne passée par le RSMA pour réaliser sa formation s’installe aujourd’hui à Combani », informe l’ancienne maire de Chirongui. De quoi donner le sourire et le sentiment du devoir accompli au lieutenant-colonel Pierre-Louis Dubois. « Nous aussi on entreprend pour Mayotte », lance-t-il en guise de réponse. Une belle manière de « montrer qu’ils peuvent réaliser leur projet et leur concrétisation ». Et c’est par le désormais traditionnel « check » de poings que les deux signataires scellent leur collaboration à destination des volontaires, diplômés ou non et éloignés de l’emploi.

 

L’ASR et le Fanya Lab en quelques chiffres

 

Depuis le création du dispositif ASR (achat socialement responsable) en octobre 2016, ce sont 110 marchés publics ayant intégré une clause sociale, 341.442 heures d’insertion générées par les clauses sociales, soit 188 équivalents temps plein travaillés, 46 personnes insérées, 7 marchés réservés à des SIAE (structures d’insertion par l’activité économique) et 17 acheteurs publics associés à la démarche.

Depuis la naissance du Fanya Lab en juillet 2019, ce sont 96 porteurs de projets qui ont été accompagnés dans leurs démarches de création, consolidation et/ou développement d’entreprises de l’économie sociale et solidaire. Impact emploi de l’accompagnement : 244, dont 88 emplois créés et 156 emplois pérennisés.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Opération séduction du préfet et du directeur de l’ARS pour inciter les Mahorais à faire la 3ème dose

Le nouveau directeur de l’agence régionale de santé de Mayotte, Olivier Brahic, et le préfet, Thierry Suquet, ont visité le centre de vaccination de...

Journée mondiale de lutte contre le Sida : la sensibilisation ne suffit pas à Mayotte

Le 1er décembre marque la journée mondiale de lutte contre le Sida. Les actions de sensibilisation se multiplient sur l’île, et les différentes associations...

Les petites mains de Mayotte travaillent pour l’avenir

Ce mercredi 1er décembre, l’agence française de développement (AFD) organisait à l’hôtel Sakouli une cérémonie dans le cadre du programme Mouv’Outremer. L’occasion de récompenser...

Coupe de France de basket-ball : l’équipe féminine de Fuz’Ellipse de Cavani obligée de déclarer forfait, faute d’avion ?

Qualifiée pour la finale de la Coupe de France de basket-ball de la zone océan Indien, l'équipe féminine de Fuz'Ellipse de Cavani ne sait...

15.000 personnes suivies pour des pathologies psychiatriques dans la nature ?

Depuis juin 2020, près de 15.000 personnes jusqu'alors suivies pour des pathologies psychiatriques se retrouveraient livrées à elles-mêmes. Face à ce constat, le conseiller...