100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Des logements décents en briques de plastique recyclé à Mayotte

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Créée en 2022 par Dominique Hannah, Habit’âme est une entreprise innovante qui a comme principal objectif de répondre à la lutte contre l’habitat insalubre et l’accès à un logement décent pour tous. Son concept assez particulier consiste à construire des logements à partir de briques de plastique recyclé. Les machines devraient d’ailleurs arriver en septembre. En outre, le projet vise également à l’insertion des mineurs de 14 ans et plus n’ayant plus de solution de formation ainsi que des adultes.

Faire des logements à moindre coût en recyclant en même temps le plastique, c’est le rêve de la jeune entreprise de l’économie sociale et solidaire, Habit’âme. Immatriculée en mars 2022 et installée pour l’instant à Tsararano, cette SARL (société à responsabilité limitée) est le fruit de plusieurs acteurs qui souhaitent avoir un impact positif sur le territoire. « Le but est de mettre un peu notre pierre à l’édifice pour tout ce qui est gestion des déchets, leur valorisation, ainsi que l’amélioration des conditions de vie des personnes à travers le logement », affirme la fondatrice d’Habit’âme, Dominique Hannah. Regroupant cinq porteurs de projet, trois architectes basés sur la partie technique et la conception du projet, un professeur d’histoire géographie qui s’occupe de l’insertion et des formations, ils forment un maillon qui se soucient de l’environnement et du bien-être de la population. « Notre objectif est de réussir à produire des logements à base de plastique recyclé qui s’encastre dans la structure métallique porteuse. Les logements doivent bien évidemment répondre aux normes auxquelles un logement doit se plier, notamment la norme RE20 », déclare celle qui a la charge de gérer la partie financement et recherche de partenariats.

« Pour en arriver là, nous allons proposer des premiers produits à base de plastique recyclé. Ça peut être des plaques de plastique avec lesquels on fait l’aménagement d’intérieur, des tuiles de bardage, des plaques perforés ou des objets divers tels que des bacs, des vases… Il ne faut surtout pas ce soit alimentaire », détaille Dominique Hannah. Cette première gamme de produit devrait permettre aux porteurs de projet de financer la recherche et le développement. En effet, la jeune entreprise veut au fur et à mesure acquérir diverses certifications pour produire les logements, celles-ci pouvant prendre parfois une dizaine d’années.

habitames-logements-briques-plastique
La startup mahoraise va acquérir d’ici la fin de l’année deux machines pour faire des briques en plastique recyclé.

Des écoles sur le même modèle

Outre l’habitat, l’équipe vise également la construction de bâtiments publics et d’établissements scolaires « puisqu’il y a un grand besoin de construction d’écoles pour le rectorat de Mayotte », avoue-t-elle. Son entreprise s’appuie d’ailleurs sur le soutien de deux cabinets d’architecture, Tand’m architecte et Co-architectes, d’Action logement et de l’Ademe (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), ce qui permettra de financer une partie d’un broyeur. « Nous sommes en train de faire des partenariats, notamment avec Citéo (l’entreprise en charge des déchets de la grande distribution) et avec le Sidevam (le syndicat intercommunal d’élimination et de valorisation des déchets de Mayotte) », révèle la patronne d’Habit’âme. Le groupe a également pour objectif de démarcher les entreprises du bâtiment pour réfléchir à une stratégie de mise à disposition du gisement de déchets et des casses automobiles.

En outre, toutes ces activités pourraient bénéficier aux travailleurs locaux. « Étant dans une revalorisation mécanique des déchets, nous allons développer des postes en insertion. Pour cela, nous allons demander à être entreprise d’insertion auprès de la SIAE (structure d’insertion par l’activité économique) fin juillet pour pouvoir être opérationnels en janvier. Six postes vont être ainsi créés », prévient Dominique Hannah.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...

Réouverture partielle de la pharmacie des Badamiers : le combat continue

Suite à la suppression de son officine de l’annuaire de l’ordre des pharmaciens le 6 juillet dernier, Mirasse Gataa, la pharmacienne titulaire de la...

Moins de touristes étrangers, mais plus de fréquentation par rapport à juin 2021

Une enquête menée auprès de professionnels du tourisme par l’agence d’attractivité et de développement touristique de Mayotte dresse la conjoncture de ce secteur d’activité...

Chez Mangrove Environnement, « je me sens vraiment bien ici, je m’amuse tout en travaillant »

En service civique depuis moins d’un an chez Mangrove Environnement, une association qui a pour objectif d’aménager et de protéger la mangrove du front...

La culture pour lutter contre la violence des jeunes à Mayotte

Forces de propositions dans le domaine culturel, socioculturel et socioéducatif, les centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa) de Mayotte veulent reconquérir l’espace laissé...