Couvre-feu : Les commerçants mahorais obligés de se réorganiser à nouveau

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Couvre-feu oblige, les commerçants doivent revoir leur organisation. Horaires aménagés pour les salariés, baisse du chiffre d’affaires… La nouvelle mesure vient aggraver la situation des entreprises, déjà éprouvées par une année 2020 hors norme.

Ils ont tant espéré ne pas en arriver là. Mais les commerçants n’ont eu d’autre choix que de se plier au couvre-feu instauré sur l’île. Depuis hier, aucun magasin n’est autorisé à rester ouvert au-delà de 18h. Un nouveau coup de massue pour les entreprises déjà frappées par la pandémie en 2020. «Nous aimerions qu’on nous laisse travailler», réclame Marcel Rinaldy, président du groupe 3M. Le couvre-feu vient aggraver le cas déjà bien délicat de l’entreprise, lié à la montée de la violence. «Les horaires habituels sont de 8h30 à 20h, mais à cause de l’insécurité, nous étions déjà passés sur un palier de 19h pour que les collaborateurs puissent rentrer chez eux en toute sécurité. Avec le nouveau couvre-feu nous fermerons les magasins à 17h45 de manière à ce qu’ils puissent prendre la route à 18h munis de leur attestation», explique le chef d’entreprise. Même son de cloche pour la grande distribution alimentaire qui s’adaptera aux différentes situations des employés. «Nous avons mis en place une dérogation pour les salariés. Ils commenceront plus tôt pour finir plus tôt. Les gens de Petite-Terre vont rentrer un peu avant pour pouvoir attraper la barge et être chez eux vers 18h30-19h», détaille Eddy Dorla, directeur du centre commercial Baobab.

couvre-feu-commerces-mayotte-1

Autre point de vigilance : la fermeture avancée des magasins et donc le besoin de vigilance renforcée sur les sites. Du pain béni pour les entreprises du secteur ! Le directeur de la société de sécurité privée 13e Parallèle, Michel Taillefer, s’en lèche déjà les babines. «Nous travaillons pratiquement avec tous les grands groupes. Ils peuvent nous demander de prendre un poste à 17h au lieu de 19h. Il y aura 2 heures de travail en plus pour l’agent de sécurité mais ce n’est pas un problème. Nous arriverons à gérer.»

Une nette baisse du chiffre d’affaire

Tirer les rideaux plus tôt aura indéniablement un impact sur le chiffre d’affaires de ces entreprises. Le centre commercial Baobab en sait quelque chose… Perdre la clientèle sur le créneau de 18h à 20h ? «C’est entre 15 et 30% de notre chiffre durant ces heures. Le couvre-feu va nous faire mal», redoute Eddy Dorla, le directeur. Le groupe 3M qui a débuté la période de soldes, craint de ne pas pouvoir rattraper son retard. «Nous pensons que les clients vont être pressés de rentrer chez eux et vont privilégier les courses alimentaires. Les commerces en parfumerie, habillement ou bijouterie vont être délaissés. Les ventes seront peut-être reportées le week-end, mais elles ne suffiront pas à rattraper la perte de chiffre d’affaires», indique Marcel Rinaldy.

Gel hydroalcoolique, nettoyages fréquents des chariots, jauges… Les commerçants ont redoublé d’efforts pour assurer la sécurité sanitaire au sein de leurs enseignes. Raison pour laquelle certains ne comprennent pas l’obligation du couvre-feu. «Nous avons mis en place des procédures très strictes. Nous estimons avoir fait suffisamment d’efforts et d’investissements pour que nous nous permettions aujourd’hui de travailler. Donc nous ne comprenons pas trop pourquoi on nous impose cette fermeture. Nous vivons cela un peu comme une injustice», avoue avec regret le président du groupe 3M.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Participation, victoire, second tour… les premiers enseignements du scrutin à Mayotte

Le premier tour des élections a déjà livré ses premières leçons et surtout dévoilé les visages de deux conseillers départementaux à Dzaoudzi, avec le...

Des personnes radiées des listes électorales à Mayotte sans aucune explication

Le tribunal judiciaire de Mamoudzou était également pris d’assaut en ce jour de scrutin. Une centaine de personnes radiées des listes électorales se sont...

Le jeu de la drague électorale à Mayotte

À Mayotte comme dans les autres départements, les campagnes politiques sont des périodes riches en événements. Mais loin des meetings classiques que l’on peut...

Sénateur Thani Mohamed Soilihi : “Ni le département et encore moins la région n’ont été aboutis”

Le toilettage institutionnel est l’un de ses fers de lance. Car, depuis sa départementalisation, la collectivité unique de Mayotte doit également exercer des compétences...

Une charte d’engagement destinée aux candidats des départementales pour agir dès demain

À la veille des élections départementales, l'association Nayma a souhaité rappeler ce jeudi 17 juin aux candidats l’importance de la question environnementale sur l’île...