100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Chambre des comptes : le budget 2022 du Smeam toujours plombé par l’assainissement

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Particulièrement scrutés, les comptes du syndicat de l’eau de Mayotte ont fait l’objet d’un rapport de la Chambre régionale des comptes datant du 9 juin. Si le budget primitif 2022 est annoncé à l’équilibre en ce qui concerne l’eau, l’instance juge « les mesures de redressement prises par le Smeam insuffisantes au regard de son budget annexe assainissement ».

Les efforts pour sortir la tête de l’eau ne sont pas finis au syndicat mixte d’eau et d’assainissement de Mayotte. En charge de l’approvisionnement en eau potable des Mahorais et du réseau d’assainissement, il doit depuis quelques temps maintenant retrouver des budgets à l’équilibre, après des années de gestion chaotique. Pour cette raison, la préfecture doit régulièrement transmettre les budgets du syndicat à la chambre régionale des comptes, basée à Saint-Denis (La Réunion), afin de relever les incohérences. Dans leurs conclusions, ce 9 juin, peu de critiques sont émises hormis sur l’assainissement, un point noir régulièrement soulevé par la CRC. « La chambre des comptes constate que les mesures de redressement prises par le Smeam sont insuffisantes au regard de son budget annexe assainissement », affirme le rapport.

Un nouveau déficit d’exploitation prévue

En effet, si les comptes de l’eau s’équilibrent à hauteur de 17.009.835 d’euros en fonctionnement et 36.108.887 d’euros en investissement, ce n’est pas encore le cas de l’assainissement. Le budget primitif 2022 prévoit ainsi un déficit de 1.199.624 euros dans son fonctionnement, notamment en raison de « dépenses d’exploitation importantes ». Pour rappel, le déficit était déjà de 1.561.277 euros de 2021. La légère amélioration prévue par le syndicat concerne la baisse drastique de ses charges de personnel en 2022 (-43%) grâce à l’externalisation vers Vinci.

En conséquence, les Sages estiment que « les mesures nouvelles prises par le syndicat pour rétablir l’équilibre budgétaire sont insuffisantes, qu’à défaut de pouvoir proposer au syndicat des mesures complémentaires de redressement de l’équilibre budgétaire pour 2022, il y a lieu de continuer le plan de redressement du syndicat ». Ce nouveau plan prévu sur trois ans, soit « le nombre nécessaire d’années pour apurer son déficit d’exploitation reporté et s’assurer de son retour à l’équilibre ».

Des gros investissements prévus pour l’eau en 2022

La remise à niveau des comptes est d’autant plus importante que le syndicat se doit de préparer l’avenir. Dans les investissements prévus pour l’eau par exemple, celui-ci table ainsi sur une augmentation de 593% du total des dépenses réelles d’investissement par rapport à 2021. C’est beaucoup plus certes, mais une bonne part devrait faire l’objet de subventions selon les indications des services préfectoraux et du syndicat à la CRC.

Des arguments entendus par la chambre régionale, qui a noté « le caractère suffisant des mesures de résorption du déficit est vérifié, qu’il n’y a pas lieu de proposer de mesures complémentaires relatives à ce budget ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...

Le centre-ouest de Mayotte expérimente le projet alimentaire territorial

Mettre en place une politique alimentaire locale, tel est l’objectif de la communauté de communes du centre-ouest (3CO). Ce jeudi 26 janvier, elle réunissait...