100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Aux Comores, la polémique enfle autour du carburant vendu dans les stations

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Sur l’ensemble du territoire des Comores, les automobilistes n’arrêtent pas de pointer du doigt le carburant qui selon eux endommagerait leurs voitures. La société comorienne des hydrocarbures assure elle que ses produits pétroliers sont de bonne qualité. Mais certaines sources internes contredisent cette version.

Depuis deux semaines, l’information circule. Les médias ont même rapporté il y a quelques jours des témoignages d’automobilistes dont les voitures sont tombées en panne après avoir fait le plein dans des stations-service. Mais, l’entreprise nationale de distribution des produits pétroliers avait préféré opter pour le silence jusqu’à ce jeudi. Pointée du doigt, la société comorienne des hydrocarbures (SCH) a tenu un point de presse, ce jeudi 5 janvier, pour défendre son carburant dont la qualité est remise en cause par de nombreux usagers. C’est surtout l’essence qui se trouve sur la sellette. Par exemple, un internaute répondant au nom de Hassane Nourdine a partagé sur Facebook son cauchemar. Résidant sur l’île d’Anjouan, il n’a pas pu terminer sa course car son véhicule s’est arrêté subitement alors qu’il venait de quitter la station. « Je viens de mettre du carburant il y a trente minutes et voilà que ma voiture me lâche au beau milieu de la route », écrivait-il. Ce calvaire, il n’est pas le seul à le vivre. Pourtant, la société nationale en charge de la vente des produits pétroliers continue de soutenir que son carburant est irréprochable. « Nous procédons à des analyses avant la mise en vente. C’est la même méthode si une cargaison arrive. Nous dépêchons sur le bateau des agents pour prélever des échantillons, pour analyse avant le déchargement, une façon de s’assurer que le produit répond à nos exigences », ont défendu les conférenciers, devant la presse.

Les cuves des bateaux impropres ?

En gros, si problème il y a, il est à chercher ailleurs. On pointe souvent les stations-services. « En fait, la présence d’eau dans une cuve de gasoil est quasi-inévitable. Or, certaines stations de la capitale ne sont pas en règle, car ne disposant pas de point de purge, donc l’eau ne parvient pas à sortir, elle s’accumule à l’intérieur. Mais souvent, il se trouve que le propriétaire a les bras longs et notre hiérarchie n’ose pas prendre des mesures », déplore un cadre de la société comorienne des hydrocarbures. Notre source, qui a préféré intervenir sous le sceau de l’anonymat, qualifie de « mensongères » les déclarations de ses collègues qui animaient la conférence de ce jeudi. « Le transfert du carburant entre les îles se fait dans des bateaux pourris et pollués. Même les produits débarqués avant-hier ne seront pas épargnés. Aucun contrôle n’est effectué pendant la livraison du carburant vers les autres îles. Ils savent tous que les cuves de ces bateaux sont dans un sale état, mais personne ne s’en soucie », a conclu notre source. D’ailleurs, par précaution, a-t-elle illustré, la SCH ne livre jamais du kérosène en provenance des îles car il ne serait jamais validé. « Le pilote procède à un test rapide avant le chargement dans l’avion.  Donc on est prudents », a cité à titre d’exemple, notre informateur. En dépit de ces révélations, le fournisseur national de carburant refuse de se remettre en cause ne serait-ce qu’une seule fois. Alors que dans une déclaration rapportée sur les colonnes du quotidien Al-watwan, un responsable d’une station de la capitale confirme que l’essence distribuée dernièrement avait une couleur inhabituelle.

Sur l’île de Moheli, les réservoirs de plusieurs motos sont troués, selon un article de La Gazette des Comores. Tout comme les automobilistes, les motards pensent que l’essence y serait pour quelque chose. A la Grande Comore, depuis juillet 2022, les véhicules de haute gamme sont les plus touchés, à l’instar des 3008, DS7. La panne touche toujours la même pièce : les pompes à injection. L’affaire avait fait un peu de bruit, des annonces d’inspection ici et là. Mais au bout d’une semaine, rien. Six mois plus tard, le problème a refait surface avec des dégâts considérables. Mais personne ne doute que l’affaire s’effritera d’ici quelques jours au grand dam des citoyens qui doivent supporter les dommages.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...