test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La vérité sur l’affaire Nemo

À lire également

Amour, sexe & séduction

Un salouva pour souligner les formes, une danse pour être sexy, des regards et des senteurs, ou encore des soins du corps : à Mayotte, la séduction est un art. Mais comme tout dans cette société en constante évolution, cette séduction change et s'adapte, tout en gardant ses caractéristiques. Une séduction qui s'encanaille aussi, car aujourd'hui le sexe est de moins en moins tabou sur l'île aux parfums. Et si la pudeur est encore de mise, on hésite de moins en moins à se faire plaisir avec des jouets coquins. À l'occasion de la Saint-Valentin, Mayotte Hebdo s'est penchée sur les petits secrets des unes et des autres. Croustillant !

Tradition : la circoncision, ça se fête ! 1/3

On entend un peu tout sur la circoncision, affolant parfois certains et heurtant d'autres cultures. Les anciens sont pour, les nouvelles générations aussi, mais à condition que la pratique soit fiable et exercée par un professionnel de la santé, loin de ce qui se faisait jadis. D'autres plus réticents s'interrogent : Est-ce dangereux ? Pourquoi le jeune garçon doit être circoncis ? Comment se déroule l'acte ? Et de l'autre côté, qu'en est-il des événements religieux et culturels en lien ? Mais en fait, tout simplement, la circoncision, quésaco ? Quelle place tient-elle dans notre société mahoraise ? Autant de questions qui subsistent. Réponses dans notre série de la semaine.

 

Le voulé: toute une histoire

Amical, politique, pédagogique, sportif ou encore électoral, mais toujours festif : à mayotte, le voulé se consomme à toutes les sauces. mais si l'évènement est courant, pour ne pas dire obligatoire, peu savent à quand il remonte et quelles sont ses racines.

« J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée »

À 25 ans, Naima* est maman d'un garçon de dix ans. Ayant arrêté l'école au collège après sa grossesse, l'habitante de Trévani, originaire de Koungou, n'a jamais travaillé. Les écueils de la vie l'ont mené petit à petit à se prostituer durant quelques années pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Depuis un peu plus d'un an, Naima a pris un nouveau tournant : elle ne fréquente plus ses clients et suit une formation professionnalisante dans l'espoir de trouver rapidement un emploi. 

 

Le célèbre film de Pixar a rendu les poissons-clowns très familiers auprès du grand public. Mais le studio nous a-t-il vraiment dit toute la vérité sur ces poissons ? Enquête.

Le Monde de Nemo, avec près d’un milliard de dollars de recettes, est devenu un classique du cinéma d’animation, et a participé à une meilleure connaissance des écosystèmes marins pour un vaste public, grâce à des représentations remarquablement fidèles de différentes espèces tropicales. On a ainsi pu découvrir la vie des poissons-clowns, ces charmants poissons orange qui vivent dans les anémones de mer, à travers l’histoire du bon père veuf Marin, qui part à la recherche de son fils Nemo, capturé par des aquariophiles – l’histoire est librement adaptée de l’Odyssée d’Homère, inversant les personnages d’Ulysse et Télémaque. En tout cas, voici la version officielle, présentée par Pixar. Notre enquête va cependant révéler bien des parts d’ombre dans cette histoire en apparence si gaie.

 Dans les lagons tropicaux, les anémones sont en effet souvent habitées par ces petits poissons orange, blancs et parfois noirs, qui forment le genre Amphiprion au sein de la famille des poissons-demoiselles. Endémiques du bassin indo-pacifique tropical, on en connaît une trentaine d’espèces, dont plusieurs à Mayotte : A. akallopisos, orange à bande dorsale blanche, et trois espèces plus sombres à bandes verticales, A. clarkii (le plus courant, 3 bandes), A. latifasciatus (2 bandes chez les adultes), et A. chrysogaster (noir à ventre jaune). Tous vivent en symbiose avec de grosses anémones, souvent des genres Heteractis et Stichodactyla. Certains clowns ne tolèrent qu’une seule espèce-hôte (la belle anémone-sac Heteractismagnifica est l’hôte la plus plébiscitée), et d’autres comme A. clarkii sont moins tâtillons et acceptent 10 espèces d’anémones différentes. Normalement, ces anémones sont toutes des prédateurs mortels des petits poissons, mais les poissons-clowns sont couverts d’un mucus reconnu par l’anémone, qui inhibe ses cellules chasseresses, et leur permet d’y vivre confortablement pendant une à plusieurs dizaines d’années (certaines crevettes nettoyeuses et le crabe-porcelaine sont aussi des hôtes réguliers des anémones).

 Mais cet équilibre est bien précaire : si un poisson-clown malade ou vieillissant ne parvient plus à entretenir ce voile de mucus sur son corps, il subira comme n’importe qui le feu de l’enfer des tentacules venimeux de son hôte ! Ainsi, si les poisson-clowns passent leur vie à l’abri des prédateurs, ils finissent souvent leurs jours dans l’estomac de leur ancienne amie, se rappelant qu’il n’est jamais très sûr de vivre à l’orée d’une bouche géante…

 Nous avons dit que Nemo avait été élevé par son père veuf Marin. En réalité, si les mâles passent en effet toute la semaine d’incubation à prendre soin des œufs en les oxygénant de la nageoire et en chassant les prédateurs, la larve est planctonique, et à l’éclosion elle va dériver dans le courant, et ne se métamorphosera qu’une dizaine de jours plus tard, loin du foyer. Que se passe-t-il quand on les empêche artificiellement de se disperser ainsi ? Les poissons-clowns étant planctonivores, même les pères les plus responsables n’hésiteront pas à dévorer ces petites larves piégées à sa portée jusqu’à la dernière ! Nemo a donc bien fait de partir…

 A la fin du film, Nemo retrouve son père. Que se passe-t-il alors ? Les poissons-clowns vivent en groupes dirigés par une unique femelle, régnant sur plusieurs mâles dont seul le plus gros se reproduit avec elle – ceux-ci se livrent une compétition souvent féroce. A la mort de la femelle, c’est le mâle dominant qui prend sa place, et change de sexe en quelques semaines, pendant que le plus gros mâle immature prend la place de mâle reproducteur : Marin va donc changer de sexe pour pouvoir se reproduire avec son Nemo ! Voici un détail que Pixar nous avait bien caché…

 Vivement la sortie du DVD collector contenant les scènes coupées et les secrets du tournage !

 

 

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Crise de l’eau : la non-conformité est levée pour Passamaïnty et Bouyouni ce mardi soir

Les contrôles sanitaires sur les unités de distribution d’eau potable de Bouyouni-est et Passamaïnty avaient conclu à une non-conformité de l’eau, il y a...

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....