test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Débordements de Kawéni : le bénévole a été libéré et comparaîtra en mai prochain

À lire également

Amour, sexe & séduction

Un salouva pour souligner les formes, une danse pour être sexy, des regards et des senteurs, ou encore des soins du corps : à Mayotte, la séduction est un art. Mais comme tout dans cette société en constante évolution, cette séduction change et s'adapte, tout en gardant ses caractéristiques. Une séduction qui s'encanaille aussi, car aujourd'hui le sexe est de moins en moins tabou sur l'île aux parfums. Et si la pudeur est encore de mise, on hésite de moins en moins à se faire plaisir avec des jouets coquins. À l'occasion de la Saint-Valentin, Mayotte Hebdo s'est penchée sur les petits secrets des unes et des autres. Croustillant !

Tradition : la circoncision, ça se fête ! 1/3

On entend un peu tout sur la circoncision, affolant parfois certains et heurtant d'autres cultures. Les anciens sont pour, les nouvelles générations aussi, mais à condition que la pratique soit fiable et exercée par un professionnel de la santé, loin de ce qui se faisait jadis. D'autres plus réticents s'interrogent : Est-ce dangereux ? Pourquoi le jeune garçon doit être circoncis ? Comment se déroule l'acte ? Et de l'autre côté, qu'en est-il des événements religieux et culturels en lien ? Mais en fait, tout simplement, la circoncision, quésaco ? Quelle place tient-elle dans notre société mahoraise ? Autant de questions qui subsistent. Réponses dans notre série de la semaine.

 

Le voulé: toute une histoire

Amical, politique, pédagogique, sportif ou encore électoral, mais toujours festif : à mayotte, le voulé se consomme à toutes les sauces. mais si l'évènement est courant, pour ne pas dire obligatoire, peu savent à quand il remonte et quelles sont ses racines.

« J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée »

À 25 ans, Naima* est maman d'un garçon de dix ans. Ayant arrêté l'école au collège après sa grossesse, l'habitante de Trévani, originaire de Koungou, n'a jamais travaillé. Les écueils de la vie l'ont mené petit à petit à se prostituer durant quelques années pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Depuis un peu plus d'un an, Naima a pris un nouveau tournant : elle ne fréquente plus ses clients et suit une formation professionnalisante dans l'espoir de trouver rapidement un emploi. 

Le membre de l’association « Les gardiens du littoral » interpellé mercredi dernier, a été libéré ce matin de sa garde à vue. Il avait été arrêté par la police lors des troubles survenus il y a deux jours à Kawéni.

 

Des débordements nés à la suite de la décision du tribunal correctionnel mercredi de condamner un jeune du quartier accusé d’avoir frappé un agent de police, à 2 mois de prison ferme. Le bénévole bien connu dans le village pour son engagement auprès des jeunes est poursuivi quant à lui pour outrage sur personnes dépositaires de l’autorité publique. Celui-ci nie ces allégations et dit au contraire avoir voulu assurer un rôle de médiateur. Ses soutiens organiseront un rassemblement demain dans le quartier afin de témoigner leur soutien à l’intéressé ainsi qu’à leur ami incarcéré « injustement » d’après eux. 

 

Ils étaient quelques dizaines de jeunes du quartier réunis sous un préau près de la poste de Kawéni ce midi pour décider de la marche à suivre pour soutenir leur ami qui milite depuis plus d’un an pour la cause de la jeunesse désœuvrée de l’île. Après environ 40 heures de garde à vue le métropolitain est sorti du commissariat ce matin même avant de rejoindre son comité de soutien. 

 

Celui-ci se dit victime d’une injustice. En effet, il comparaîtra en mai prochain devant le tribunal correctionnel car il est soupçonné d’avoir insulté des policiers lors des affrontements entre les jeunes et les forces de l’ordre. Mais Vincent* nie ces accusations. « D’après leur rapport, je les ai traités de « cowboys » et j’aurai dit, « on va tous vous niquer bande de trous du c** » mais c’est faux », jure-t-il avant d’ajouter, « la seule chose que j’ai dite c’est « dégagez, ça va mal finir » parce qu’ils continuaient d’avancer et ils risquaient de tomber dans un piège au croisement de plusieurs rues et finir encerclés par des jeunes ». C’est sa parole contre celle des policiers en question.

 

Vincent ajoute qu’un responsable de la Bac les aurait autorisés à intervenir en tant que médiateur. « Nous l’avons déjà fait par le passé avec l’ancien commissaire et cela avait permis de débloquer des situations », rappelle-t-il. Le militant associatif explique avoir du début jusqu’à la fin tenté de calmer la tension avec quelques comparses. « Certains policiers étaient tendus et me mettaient en joue avec leur flash-ball alors que j’essayais de leur faire comprendre qu’il fallait qu’ils se replient pour que les jeunes se calment et rentrent chez eux », argumente-t-il. S’en est suivi son interpellation pour les motifs présumés et évoqués plus haut. Le jeune homme va passer près de deux jours dans une cellule du commissariat ce qui paraît beaucoup pour quelques injures: « certains agents voulaient me mettre en détention provisoire à Majicavo et n’ont cessé de m’insulter », raconte le prévenu.  

 

Mais le plus dur est à venir pour le présumé auteur de propos outranciers à l’encontre des forces de l’ordre puisque son nom a d’ores et déjà été divulgué dans certains médias. Cette absence de préservation de l’anonymat de l’individu va malheureusement pour lui conduire indirectement à sa suspension par le Vice-rectorat puisqu’il est assistant d’éducation dans un établissement scolaire.  Un préjudice moral non-négligeable que certains confrères et consœurs n’ont, semble-t-il, pas pesé au moment de rédiger leur article ou de réaliser leur reportage. À cela s’ajoutent les conséquences pour son avenir professionnel ainsi qu’au niveau familial. « C’est comme si j’avais été condamné avant l’heure. Pour qui vais-je passer aux yeux de mes proches? »

 

 

*Nous avons volontairement changé le nom de l’individu afin de préserver son anonymat

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...