test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le maoulida shengué célébré en grand à Chiconi

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

La Meiitod d’Adrien

À Mayotte, presque tout le monde sait qui il est et ce qu’il chante. Il faut dire qu’aucun autre artiste mahorais ne peut se...

Magic System et Koba LaD à la deuxième édition du festival Sanaa

La deuxième édition du festival Sanaa est centrée autour des musiques à tendance urbaine et World music. Cette année, cinq artistes internationaux, trois régionaux...

L’inscription du maoulida shengué au patrimoine culturel immatériel (PCI) national est effective depuis juin 2022. Ce chant traditionnel est le premier élément du patrimoine de l’île de Mayotte à figurer dans la liste du PCI du ministère de la Culture. Ce samedi 25 février, le Département organise un grand événement à Chiconi, afin de célébrer l’inclusion de cette tradition locale dans l’inventaire national.

le-maoulida-shengue-celebre-en-grand-a-chiconi
Organisé par le Département, l’événement a été présenté par Zouhourya Mouayad Ben, vice-présidente, Abdoul Karim Ben Said, directeur du MUMA, Hakim Halidi et Mari Bé Ben Mari Souffou Ben, les deux fundis des communautés mahoraises de shengué.

« C’est une fierté pour Mayotte tout entière et pour tous les pratiquants de cet art culturel, spirituel et artistique », lance Zouhourya Mouayad Ben, vice-présidente du conseil départemental ce lundi, lors de la présentation de l’événement. Ce label national, gage de pérennité pour ce chant traditionnel, marque « une reconnaissance essentielle pour notre société mahoraise ». Les traditions, comme celle du maoulida shengué, connaissent souvent d’importantes variations et peuvent même être fragiles. « Je note, avec satisfaction, que cette tradition est de plus en plus pratiquée par des jeunes. Cette discipline étant jusqu’alors plutôt réservée aux personnes plus âgées », constate l’élue.

L’événement de grande envergure, organisé par le Département en collaboration avec la Ville de Chiconi, va réunir ce samedi 42 associations de communauté de shengué, représentant environ 900 personnes. De 8h30 à 17h, la place Sicotram de Chiconi accueillera donc les différentes communautés du maoulida shengué. A Mayotte, le territoire est divisé en deux zones placées sous l’autorité de deux fundis : la zone nord et la zone sud. Pour Mari Bé Ben Mari Souffou Bé, représentant des communautés du nord, « c’est une réelle satisfaction » de célébrer l’inscription du maoulida shengué.

Un événement pluridimensionnel

Pour cette journée, « il y aura plusieurs dimensions dans le programme », explique le directeur du musée de Mayotte, Abdoul Karim Ben Said. La première sera axée autour de la découverte et de la pédagogie, « pour tous ceux qui n’ont jamais pratiqué de shengué et qui veulent le découvrir, il y aura le matin une initiation au chant, à la danse et à la chorégraphie », ajoute-t-il. En parallèle, des tables rondes et une exposition seront également proposées aux visiteurs. Enfin, la dernière dimension sera plutôt festive et aura lieu tout au long de l’après-midi, avec « une cérémonie de shengué en bonne et due forme, avec les différentes communautés qui seront mises en avant », note le directeur.

Le patrimoine culturel immatériel (PCI) national englobe des pratiques et savoirs dont chacun hérite et qu’il s’efforce collectivement de faire vivre et transmettre. Ce patrimoine vivant découle de la convention Unesco de 2003 pour la sauvegarde du PCI. L’inscription de ce premier élément culturel mahorais permet « de valoriser l’humain, ainsi que la cohésion qui se créer lors de ces événements », affirme Zouhourya Mouayad Ben. D’autres fiches d’inscription au patrimoine culturel immatériel pourraient voir le jour pour le 101e département, notamment sur le debaa, le chigoma ou encore le m’sindzano.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1094

Le journal des jeunes

À la Une

Désormais 210 cas de choléra à Mayotte

L’Agence régionale de Santé (ARS) de Mayotte a publié un nouveau bulletin relatif au choléra sur le territoire. Il fait état de 210 cas...

Incendie au collège de Dzoumogné : les épreuves du brevet seront déplacées au lycée professionnel

Après l’incendie qui a ravagé le collège de Dzoumogné, ce dimanche 23 juin, la piste criminelle est privilégiée (voir encadré). L’établissement étant fermé jusqu’à...

Le personnel du dispensaire de Kahani en droit de retrait ce lundi

Depuis ce lundi matin, le personnel du dispensaire de Kahani, dans la commune de Ouangani, est en droit de retrait. Ils sont actuellement environ...

L’usine sucrière d’Hajangoua vers des travaux en 2025

En 2022, l’ancienne usine sucrière d’Hanjagoua, dans la commune de Dembéni, a été sélectionnée par la mission Bern. La subvention pourtant obtenue depuis, les...

« Le clandestin à Mayotte ne doit avoir qu’une seule certitude, celle d’être renvoyé »

Circonscription sud. Manon Moreno (Reconquête) fait ses premiers en politique à l’occasion des élections législatives qui auront lieu les 30 juin et 7 juillet...