« Écriture de textes, poésies urbaines, musiques et chants traditionnels » : le projet de l’artiste Ahamada Smis avec les collégiens de Sada et Bandrélé

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

À Mayotte, le grand flou artistique autour des mesures de soutien

Les acteurs mahorais du spectacle restent dans la tourmente : alors que le gouvernement a déployé des aides aux intermittents lésés par l’annulation des événements culturels, leurs homologues locaux ne pourront pas y prétendre, ce statut juridique n’existant pas au sein du 101ème département. 

Flou artistique autour des arts de la scène

Les artistes et intermittents du spectacle ne peuvent, à Mayotte, prétendre au statut juridique spécifique pourtant de vigueur en métropole, du fait de l’application tardive du droit du travail dans le 101ème département. Une situation qui complique encore un peu plus l’avenir de ces professionnels, souvent écartés des décisions politiques.

 

Le 27 et 28 mai 2021, les élèves du collège de Sada et de Bandrélé se produiront au pôle culturel de Chirongui. Un concert inspiré des rythmes de l’océan Indien, entièrement pensé, écrit et composé par les collégiens.

Depuis le mois de novembre les élèves travaillent avec l’auteur, compositeur, musicien et ingénieur du son, Ahamada Smis, sur un projet d’expression par la musique. “L’objectif est de faire travailler leur imaginaire, tout raconter, tout faire vivre, puis arriver à le verbaliser en français. Le travail par la musique permet de créer une osmose, une confiance. Nous sommes partis de jeux pour amener l’expression orale puis écrite”, témoigne Ahamada Smis.

“Plus qu’un cours c’est un atelier de création”

Les séances musicales ont réuni pendant deux périodes de 15 jours chacune au mois de novembre puis au mois de mai, 32 élèves du collège de Sada et de Bandrélé. « J’ai constaté une évolution des jeunes dans leur expression, dans leur façon de s’affirmer. Avec l’écriture tout est possible. Nous sommes partis de la composition des musiques avec des percussions et des rythmes. Nous avons ensuite travaillé sur la mise en bouche du texte, le son des mots. Ils ont appris à utiliser leur corps en tant qu’instrument, à se mettre dans la peau d’un conteur et faire vivre une histoire”, argumente l’intervenant, très satisfait du travail réalisé avec les jeunes artistes en herbe. Nicole Jarousse, professeure de français au collège de Bandrélé, soulève quant à elle la dimension humaine de ce projet. “Pour ces jeunes qui n’ont pas toujours l’habitude de se déplacer, les trajets en car entre les deux collèges étaient de vrais moments de convivialité. Ils chantaient durant le transport et avaient hâte de se retrouver séance après séance.

“Un souvenir qu’ils garderont toute leur vie”

Le vendredi 28 mai, les enfants réaliseront la première partie du concert d’Ahamada Smis au pôle culturel de Chirongui. Victime de son succès, l’événement affiche déjà complet, mais une seconde date a été ajoutée le jeudi 27 mai afin de permettre à ceux qui le souhaitent de venir profiter d’un interlude musical à partir de 19h. Par ailleurs, l’artiste réalisera un enregistrement des trois chansons créées et interprétées par les enfants pour que ceux-ci puissent garder une trace de ces quelques semaines de création artistique.

Numéro de réservation pour le concert de jeudi 27 : 06 39 68 51 00

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Issihaka Abdillah : « Le paysage politique mahorais est encore très incertain »

À l’annonce des résultats du scrutin pour ce premier tour des élections départementales, certains candidats de l’île étaient déjà en train de nouer les...

Medef : Carla Baltus et sa liste reconduites à l’unanimité à Mayotte

Sans surprise, la présidente sortante du Medef Mayotte a été réélue par les adhérents du syndicat patronal. Elle repart donc pour un mandat de...

Abstention à Paris, renouvellement à Mayotte

Au centre du jeu politico-médiatique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, doit scruter les élections départementales et régionales avec une attention particulière. C’est un...

Après plus d’un an d’absence, les cafés Naturalistes signent leur grand retour à Mayotte

Crise sanitaire oblige, les Naturalistes de Mayotte ont dû mettre en stand-by leurs conférences mensuelles, qui signent leur retour ce mardi 22 juin au...

Le cabinet mahorais de conseil au service de l’entrepreneuriat féminin depuis 20 ans

Le 15 juin dernier, le cabinet mahorais de conseil soufflait ses vingt bougies. L’occasion pour sa fondatrice et gérante, Sanya Youssouf, de rappeler son...