100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Crise de l’eau : la guerre est déclarée entre le SMEAM et la SMAE

À lire également

Santé mentale à Mayotte : les précisions du directeur par intérim du CHM

Après la lecture de notre article en date du 1er décembre intitulé « 15.000 personnes suivies pour des pathologies psychiatriques dans la nature ?...

Non à l’exclusion de nos journalistes

Ce 17 décembre 2021, un membre de notre rédaction a été exclu sans ménagement du pôle presse chargé de suivre la campagne de Marine...

De nouvelles directives pour le financement des structures qui œuvrent dans le social et le médicosocial

Ce lundi 22 novembre s’est tenue au conseil départemental la première rencontre entre le vice-président en charge des solidarités, de l'action sociale et de...

Départ pour Laurence Carval

Mardi 21 décembre 2021, la préfecture de Mayotte annonçait le départ officiel de Laurence Carval, sous-préfète et directrice de cabinet du Préfet de Mayotte....

Le syndicat de l’eau et de l’assainissement de Mayotte sort la sulfateuse à l’encontre de la SMAE, et plus particulièrement de sa directrice, Françoise Fournial, qui a martelé dans nos colonnes, ce mercredi 24 novembre, ne pas être responsable de la crise actuelle. « Elle soutient n’être tenue que d’exploiter les infrastructures mises à sa disposition, lesquelles ne suffiraient pas à répondre aux besoins de la population. Toujours selon la SMAE, il reviendrait au SMEAM à la fois de trouver un traitement contre le manganèse et de réaliser des investissements. »
De quoi faire bondir le syndicat qui n’y va pas avec le dos de cuillère. Il rappelle que la SMAE est tenue, par l’effet du règlement du service, à fournir une eau présentant constamment les qualités imposées par la règlementation en vigueur et de garantir la continuité du service sauf circonstances exceptionnelles : accidents et interventions obligatoires sur le réseau, incendie, mesures de restriction imposées par la collectivité ou par le préfet. Concernant les infrastructures, le SMEAM prend l’exemple du fiasco de l’usine de dessalement de Petite-Terre. « Ce délai (la mise en service devait intervenir avant le 31 janvier 2018) n’a pas été tenu et la production attendue n’est pas atteinte… »

« Le SMEAM connaît ses obligations et les assume. Elle attend d tous, et en particulier de la SMAE, de faire preuve du même esprit de responsabilité. À défaut, si les mesures permettant de lever les contraintes imposées à la population mahoraise ne sont pas mises en œuvre rapidement, le SMEAM en tirera toutes les conséquences. »

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des émeutes ont éclaté à Kawéni, ce mercredi

Des barrages enflammés ont compliqué le passage des véhicules par Kawéni, ce mercredi. En fin de matinée, une opération de la police aux frontières...

Inscription du « mawlida shenge » au patrimoine culturel immatériel, « une chance énorme »

Le 27 juin dernier, la direction générale des patrimoines et de l’architecture du ministère de la Culture a inscrit le « mawlida shenge » (une pratique...

L’intercommunalité de Petite-Terre incendiée, mercredi matin

Trois préfabriqués sont partis en fumée, tôt ce mercredi matin, sur le site principal de la communauté de communes de Petite-Terre. Situés près du...

Chiconi FM-TV arrive sur la TNT

Après neuf ans d’existence, l’association Chiconi FM monte d’un cran avec la création d’une chaîne de télévision émise sur la TNT. Elle se veut...

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...