100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Vatel

Atteint de schizophrénie, il proférait des insultes obscènes aux passants

À lire également

Santé mentale à Mayotte : les précisions du directeur par intérim du CHM

Après la lecture de notre article en date du 1er décembre intitulé « 15.000 personnes suivies pour des pathologies psychiatriques dans la nature ?...

Non à l’exclusion de nos journalistes

Ce 17 décembre 2021, un membre de notre rédaction a été exclu sans ménagement du pôle presse chargé de suivre la campagne de Marine...

De nouvelles directives pour le financement des structures qui œuvrent dans le social et le médicosocial

Ce lundi 22 novembre s’est tenue au conseil départemental la première rencontre entre le vice-président en charge des solidarités, de l'action sociale et de...

Sébastien Lecornu reporte sa venue à Mayotte

Sur son compte Twitter, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a annoncé ce lundi sa décision de reporter son déplacement à Mayotte et à...

« Vous voulez voir ma b… ? » C’est de cette manière que le prévenu s’est adressé aux gendarmes faisant leur footing à Dzaoudzi, le matin du 17 mai 2020. Ce jour-là, celui qui se présente mercredi matin au tribunal correctionnel de Mamoudzou « n’était pas dans son état normal » comme il l’explique aux juges. Diagnostiqué schizophrène, le jeune homme de 27 ans a un lourd passé psychiatrique. Alors qu’il habitait en métropole, il s’est retrouvé à plusieurs reprises hospitalisé. Pas aidé par l’alcool et les drogues, il avait même tenté de mettre fin à ses jours en 2016. Depuis, un traitement médical et un suivi l’avaient soulagé.

Mais son retour à Mayotte et la fin des soins l’ont fait de nouveau plonger le 17 mai 2020. Ses obscénités proférées à l’encontre d’une jeune femme qui faisait une marche près de la mer et le fait qu’il ait touché ses seins l’ont conduit à être poursuivi pour agression sexuelle. « Je ne sais pas l’expliquer. J’aurais dû voir un psychiatre pour continuer le traitement », raconte le jeune homme qui est actuellement détenu pour une affaire de mœurs. Alors qu’il est chargé d’affaires dans un bureau d’études et a une copine au moment des faits, cette nouvelle bouffée délirante témoigne davantage d’une maladie s’accordent à dire son avocat et le ministère public. Le tribunal a décidé sa relaxe et le déclare irresponsable de ses actes.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1000

Le journal des jeunes

À la Une

Toutes les informations à connaître sur vos candidats aux élections législatives

Le ministère de l’Intérieur a publié ce mardi 24 mai la liste des candidats officiels enregistrés en préfecture pour le 1er tour des élections...

La Cimade annule sa procédure judiciaire entamée contre le Collectif des Citoyens

Le procès à l’encontre de trois membres du Collectif des Citoyens poursuivi par la Cimade, qui devait avoir lieu ce mardi 24 mai, a...

Une boutique pédagogique pour former les futurs professionnels de la vente à Sada

Premier dispositif de cette envergure à Mayotte, la boutique pédagogique du lycée de Sada a ouvert ses portes salle B210, ce mardi 24 mai...

Débat télévisé : une question de légitimité …

Dans le cadre des élections législatives 2022, la télévision publique organise ses traditionnels débats permettant aux différents candidats en lice de défendre leurs programmes...

Diabète : « Si une personne est petite et en surpoids, il y a déjà un facteur de risques. »

Ce mardi 24 mai se déroulait une matinée de sensibilisation sur la thématique du diabète. Organisée par le centre communal d’action sociale de la...
/* CODE DE SUIVI LINKEDIN----------------------------------------*/