L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Quatorze millions d’euros pour désenclaver La Vigie

À lire également

“Oui à la piste longue à Mayotte, mais pas au détriment de l’environnement”

Le temps presse et le débat est loin d’être clos. L'allongement de la piste de l'aéro-port ne fait pas l’unanimité tant sur le fond...

Mayotte accueille son conseil d’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement

Mercredi s'est tenue l'assemblée générale constitutive du conseil d'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement de Mayotte. Celui-ci a pour objectif d'accompagner gratuitement les particuliers...

À l’hôtel La Résidence à Kawéni, l’enfer quotidien des pieds dans l’eau et la boue

Gérante de l'hôtel La Résidence à Kawéni depuis 18 ans, Sophie Bond s'en prend à l'immobilisme ambiant et aux manquements des autorités. En raison...

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

En visite à Mayotte, les présidente et directrice générale de l’Agence nationale de la rénovation urbaine (Anru), Catherine Vautrin et Anne-Claire Mialot, se sont rendues en Petite-Terre ce vendredi, pour découvrir le quartier de La Vigie. Celui-ci va bénéficier d’un projet de voirie nécessaire pour apporter, par la suite, une réponse en matière de logement.

« On vous a fait passer par ici pour vous montrer que c’est vraiment inaccessible La Vigie ! » « Et bien c’est réussi ! », s’exclame Catherine Vautrin, la présidente de l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru) aux côtés de sa directrice générale Anne-Claire Mialot, tandis que toute la délégation qui les accompagne patauge dans la bouillasse et les déchets ravinés par les pluies matinales.  « La nature a bien fait les choses ! Vous voyez la réalité du terrain », argue le maire de Pamandzi, Madi Madi Souf. Après avoir visité les sites de Majicavo Koropa et Kawéni, ce jeudi, les représentantes de l’Anru étaient accueillies ce matin à La Vigie pour évaluer de plus près le projet de voirie porté par la communauté de communes de Petite-Terre (CCPT) – projet destiné à « désenclaver le quartier », et pour lequel l’Anru s’est engagé à hauteur de quatorze millions d’euros, aux côtés du conseil départemental de Mayotte (1,5 millions d’euros) et de l’intercommunalité (quatre à cinq millions d’euros).

Pendant une bonne heure, Thomas Caselli, directeur de la rénovation urbaine à la CCPT, a guidé la délégation sur différents secteurs concernés par le projet. Les cadres de l’Anru appréhendent les difficultés spécifiques du site. « La physionomie du terrain génère de l’insécurité, […] les forces de l’ordre n’arrivent pas forcément à suivre les jeunes délinquants jusqu’ici », renseigne un habitant du quartier. A quelques mètres de là, un groupe d’enfants n’ayant pu se rendre à l’école en raison des précipitations observées plus tôt dans la matinée, épie l’attroupement. « C’est l’un des sites les plus difficiles que j’ai vus en termes d’aménagement urbain », admet Anne-Claire Mialot. Le quartier de La Vigie, qui s’étend sur près de 160 hectares, compte 9.000 habitants, dont 6.000 vivent dans des logements de fortune.

Des travaux à partir de juin 2023

Concrètement : près d’un kilomètre de voirie reliant la route Marcel-Henry au boulevard des Amoureux, via La Vigie, verra le jour. Les travaux seront initiés au mois de juin, et dureront trois ans, rapporte la CCPT. L’intercommunalité précise par ailleurs que sur les six démolitions de cases en tôle nécessaires à la réalisation du projet, quatre familles ont déjà une offre de relogement par la Société immobilière de Mayotte (Sim). Le chantier permettra « d’ouvrir le quartier » et de déployer le projet urbain de la collectivité – déjà acté – qui inclut une école, une maison pluridisciplinaire de santé et une maison d’assistantes maternelles, entres autres. « Ce que l’on attend des subventions de l’Anru, c’est un effet levier. Ce qui compte, c’est ce que ça va générer en matière de logements, d’équipements publics et autres. […] Nous sommes très attendus là-dessus », indique à ce titre Jérôme Josserand, directeur adjoint de la direction de l’environnement, de l’aménagement, du logement et de la mer (Dealm) de Mayotte. « On ne fait pas juste des routes, sinon on aura loupé le rendez-vous ! », résume la présidente de l’Anru.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...

Un marchand de sommeil de Pamandzi condamné à un an de prison

Un propriétaire de Pamandzi qui louait 17 logements insalubres à une cinquantaine de personnes a été condamné à un an de prison ce mercredi....