Au quartier M’Barazi, le temps venu des premiers logements moins chers mais décents

À lire également

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

À Kawéni Poste, zébus et bangas chassés à coups de tractopelle

Jeudi, tous les services techniques de la ville de Mamoudzou se sont mobilisés pour participer à une opération de nettoyage du site de l'école...

Mayotte accueille son conseil d’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement

Mercredi s'est tenue l'assemblée générale constitutive du conseil d'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement de Mayotte. Celui-ci a pour objectif d'accompagner gratuitement les particuliers...

“Oui à la piste longue à Mayotte, mais pas au détriment de l’environnement”

Le temps presse et le débat est loin d’être clos. L'allongement de la piste de l'aéro-port ne fait pas l’unanimité tant sur le fond...

Vendredi dernier, la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou a organisé une visite de projection pour évoquer le futur quartier M’Barazi à Cavani Sud. Un projet qui a pour but de lutter contre l’habitat insalubre. Les habitants ont pu découvrir les travaux qui les attendent dans six mois et imaginer leur avenir.

Vendredi. 9h. Le soleil fracasse la terre ocre du quartier M’Barazi à Cavani Sud. Assises sur un coin d’ombre devant des friandises et des boissons frelatées, de vieilles dames tendent péniblement l’oreille pour entendre les propos d’un agent de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, venu présenter les contours de l’opération de résorption de l’habitat insalubre. Le brouahah des allées et venues des deux roues saccadent la tenue des échanges. Au loin, les cris stridents des élèves de l’école maternelle résonnent sur les morceaux de tôle. Discrètement, la maman d’une petite fille s’approche alors de Jérémy et d’Alban, les représentants du bureau d’études ATU. « Ici, on ne touche pas hein Messieurs ?! », les alpague-t-elle, plan à l’appui entre les mains, histoire de s’assurer que son habitation ne s’écroulera pas comme un château de cartes lors des premiers coups de pelleteuse. Un balbutiement leur échappe, signe d’une réponse hasardeuse. Mais positive, semble-t-il, du moins sur le papier.

quartier-mbarazi-premiers-logements-moins-chers-mais-decents-

Après la concertation, place à la visite de projection. La troupe, entourée des habitants, s’enfonce en plein cœur de ce « village » dans la ville. À quelques encablures de la mosquée où un homme passe la serpillère, un nouvel arrêt s’opère pour montrer l’emplacement des dix logements tiroirs. « Ce sera confortable, mais cela ne ressemblera pas à la SIM », souligne d’emblée Julien Beller, l’architecte gérant de la société à son nom. Avec un budget limité de 50.000 euros pour construire un T4 d’une superficie de près de 70 mètres carrés, il faut savoir réduire les coûts de manière drastique. « Il n’y aura pas de fenêtres mais des ouvertures en façade et des volets », précise-t-il, en observant les grands yeux de son auditoire. Le but de la manœuvre : instaurer une ventilation naturelle, tout en apportant un gage d’intimité pour les foyers. « Le gros enjeu est de bien définir les critères d’essences. »

 

Six mois de travaux à partir de septembre

 

Les travaux doivent commencer à partir de septembre pour une durée de six mois. Le temps nécessaire pour ériger ce premier bloc, mais aussi pour enfouir tous les réseaux nécessaires (électricité, eau potable, eaux usées, téléphone) et refaire un chemin d’accès digne de ce nom. « Pour avoir une route bien stable, cela va quelque peu déranger le voisinage », prévient Julien Beller, au détour d’une conversation avec quelques curieux. D’ici un an, viendra l’heure de la seconde phase, avec au total pas moins de 162 nouveaux logements collectifs sur deux ou trois étages, ainsi qu’une aire de jeux, un équipement petite enfance et des commerces.

quartier-mbarazi-premiers-logements-moins-chers-mais-decents-

Si le projet global a de quoi faire saliver, plusieurs préoccupations occupent les pensées des uns et des autres. L’une d’elles revient couramment : « Y aurai-je droit ? » Une équation à plusieurs inconnues puisque tout dépend de la situation administrative de chacun. « Mes démarches sont en cours… Certains de mes enfants sont Français, d’autres non », s’inquiète un père de famille, effrayé à l’idée de se retrouver à la rue avec toute sa tribu. Seule certitude à l’heure actuelle : une équipe d’assistantes sociales doit procéder à un recensement pour déterminer leur devenir au sein de ce quartier. « Ce n’est pas la loi Elan, nous ne viendrons pas tout détruire du jour au lendemain », tend à rassurer Cathy Planty, de la Cadema.

Perché sur des pneus, Omar Abdallah écoute attentivement les annonces transmises au cours de la matinée et ne cache pas ses doutes. « On a tout compris ce que vous dites, mais on n’est pas tranquilles, on a peur », dit-il d’une voix tremblante. Avant que l’espoir d’un avenir plus radieux prenne le dessus sur ses craintes. « Ma mère est vieille, elle ne peut plus se déplacer… Ce serait merveilleux si on arrive à obtenir un logement », s’enthousiasme finalement le jeune homme. L’air songeur, il dévale la route à toute vitesse pour partager la (bonne) nouvelle entre deux sautillements.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...