Les Mahorais appelés à participer massivement à la loi programme

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Le projet de loi pour Mayotte annoncé par le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, fera ses premiers pas dès ce lundi 3 mai. Le calendrier s’étale sur un peu moins d’un mois. Toute la population de l’île aux parfums pourra contribuer à la concertation à travers différents forums. Cinq axes seront abordés, l’objectif pour le préfet est de rendre la copie le 1er juin.

« Le ministre souhaite que ce projet soit inspiré par les Mahorais pour qu’il corresponde aux attentes des Mahorais. » Le préfet Jean-François Colombet donne le la pour la fameuse loi programme annoncée par Sébastien Lecornu à l’occasion de la commémoration des dix ans de la départementalisation. La population de l’île est fortement conviée à prendre part aux échanges qui se dérouleront du 3 au 21 mai. Pour cela, la préfecture met en place des forums de concertation pour les citoyens lambda d’une part, et pour les institutions et les élus d’autre part.

Le premier sera un forum citoyen qui aura lieu ce lundi 3 mai à Dembéni. Le deuxième sera organisé à Sada le 14 mai et le troisième forum citoyen se tiendra à Tsingoni le 19 mai. Et pour s’assurer que chacun puisse réellement s’exprimer, il y aura des traducteurs de shimaoré et de kibushi. Plusieurs adresses mails seront également créees pour ceux qui ne pourront pas se déplacer. Les mairies et le lieu d’accueil de la préfecture à Mamoudzou seront également mis à contribution puisque les habitants pourront écrire leurs bonnes idées dans des cahiers installés dans ces différents lieux.

En parallèle, le délégué du gouvernement ira directement au contact de la population à travers cinq audiences libres dans différentes communes, où encore une fois chacun pourra faire part de ses ambitions pour Mayotte. L’objectif est de récolter toutes les bonnes idées, les regrouper afin d’en faire une synthèse. « Ce n’est pas un rendez-vous parisien en chambre, c’est Mayotte qui va se saisir et écrire ce projet de loi », martèle Jean-François Colombet. La dernière consultation aura lieu le 21 mai. Un gros travail de rédaction devra ensuite être effectué pour rendre le dossier des propositions le 1er juin au ministre des Outre-mer.

 

Un projet de loi qui s’articule autour de cinq axes

 

Si au départ, quatre thématiques avaient été évoquées pour ce projet de loi, le gouvernement a décidé d’en rajouter une cinquième. La consultation portera sur l’égalité des droits sociaux, le renforcement de l’état régalien, l’accélération du développement de Mayotte, le renforcement du conseil départemental, et la jeunesse et l’insertion. « Le ministre a parlé de projet sans tabou, inspiré, pensé et nourri par les forces vives de Mayotte », insiste le locataire de la Case Rocher. Et pour trouver cette force vive, le calendrier du préfet s’adapte à la réalité mahoraise. Pendant le mois de ramadan, toutes les réunions se dérouleront dans la matinée pour rassembler plus de monde.

Les projets visant à développer Mayotte ne manquent pas. Au fil des gouvernements, les Mahorais ont vu défiler plusieurs plans, mais peu de concret. Alors beaucoup de scepticisme rode autour de cette loi programme. Jean-François Colombet en est conscient et répond aux polémiques. « Ceux qui disent que ce projet de loi est de la poudre de perlimpinpin sont des gens qui ne connaissent pas la vie publique française, qui manquent de culture générale. » Il le sait, le calendrier parlementaire est saturé, le projet de loi ne sera jamais adopté avant la fin du quinquennat. « Ce qui nous intéresse est l’adoption au conseil des ministres. Parce que si un texte est adopté au conseil des ministres, il sera obligatoirement présenté au Parlement, même si ce gouvernement n’est pas reconduit », explique le haut fonctionnaire. Ce dernier espère un réel engouement autour de ce projet de loi qui est « une chance historique ». Attendons la concrétisation de cette loi pour l’affirmer.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...