test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

À lire également

“Oui à la piste longue à Mayotte, mais pas au détriment de l’environnement”

Le temps presse et le débat est loin d’être clos. L'allongement de la piste de l'aéro-port ne fait pas l’unanimité tant sur le fond...

Mayotte accueille son conseil d’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement

Mercredi s'est tenue l'assemblée générale constitutive du conseil d'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement de Mayotte. Celui-ci a pour objectif d'accompagner gratuitement les particuliers...

À l’hôtel La Résidence à Kawéni, l’enfer quotidien des pieds dans l’eau et la boue

Gérante de l'hôtel La Résidence à Kawéni depuis 18 ans, Sophie Bond s'en prend à l'immobilisme ambiant et aux manquements des autorités. En raison...

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la valorisation des déchets. Hervé Madiec, directeur général océan Indien Suez recyclage et valorisation, a accepté de faire le point sur l’activité à Mayotte et les enjeux de la filière. Celui-ci s’intéresse également à la construction de futures usines de dessalement (voir encadré).

Dans quels domaines le groupe Suez intervient à Mayotte ?

Il s’agit essentiellement du traitement des déchets. Alors que la collecte est assurée par les collectivités (Cadéma et Sidevam), le seul site d’enfouissement de l’île qui les accueillent, à Dzoumogné, est géré par Star Mayotte. La société s’occupe également du traitement de déchets industriels, de leur recyclage via Citeo (un éco-organisme dédié aux entreprises), voire de produits dangereux (chimiques, pétroliers). « On se spécialise. La réglementation a beaucoup changé ces dernières années. Elle oblige les entreprises à faire beaucoup plus de tri », fait remarquer Hervé Madiec, en visite à Mayotte, la semaine dernière. Le directeur général océan Indien Suez recyclage et valorisation compte 400 salariés dans l’océan Indien, dont 90 en CDI à Mayotte. « Il y a également de la prévention. On accueille régulièrement des écoles », renchérit Sébastien Suchy, le directeur de Star Mayotte et Star « Urahafu » (propreté en shimaoré).

Où en est le site d’enfouissement de Dzoumogné ?

« Il y a de la place », assure le directeur local. Il évalue à « dix, treize ans » les capacités de stockage du site.

Quelle est la part des déchets recyclés à Mayotte ?

Elle est actuellement très réduite puisque seul 1% des déchets rentre dans le circuit du recyclage. Cela représente 512 tonnes par an. La plupart est envoyé en métropole, mais également en Chine, Corée ou en Australie. Cependant, les lois incitent de plus en plus à s’améliorer sur ce point. « On accompagnera le territoire mahorais dans cette transformation », promet le directeur régional.  « Pour Citeo, on nous demande de trier quatre ou cinq plastiques différents pour améliorer leur valorisation », fait-il déjà remarquer. Et la loi va s’avérer de plus en plus contraignante. Les deux hommes évoquent notamment 2026 et la fin des emballages plastiques. Concernant les déchets alimentaires, la métropole va devoir se conformer à l’obligation d’avoir un bac à compost dès 2024, ce qui ne sera pas encore le cas en outre-mer. « Mais un jour, ça viendra », prévient le directeur basé à La Réunion.

Combien il y a de bornes d’apports volontaires sur l’île ?

Il y en a presque 700 dorénavant. 160 ont été ajoutées sur la période 2021-2022. Et ça marche, les camions passent six jours sur sept pour les vider. « Ce n’est pas pareil partout. Elles sont moins utilisées dans le nord de Mayotte que dans le sud et à Mamoudzou », admet Sébastien Suchy. Preuve que le tri est plutôt bien fait localement, les deux directeurs ont constaté que le taux de refus y est deux fois moins élevé qu’à La Réunion par exemple. Parmi les déchets qui pourraient faire l’objet d’un effort, il reste ceux du bâtiment. « On en voit beaucoup le long des routes », observe Hervé Madiec.

Comment le groupe compte encore valoriser les déchets ?

A Dzoumogné, la récupération du gaz est déjà en marche. Les tuyaux disséminés dans la matière en décomposition permettent d’accumuler assez l’énergie afin d’alimenter une population de « 5.000 habitants », note Sébastien Suchy. Ce chiffre pourrait passer prochainement à 10.000. La biomasse est l’une des pistes sur laquelle Suez veut aller plus loin, même si l’humidité du milieu tropical rend les choses plus complexes.

Autre élément important, à Sainte-Suzanne (La Réunion), Suez vient de se doter d’une usine toute neuve qui doit « valoriser les déchets à hauteur de plus 70% ». En effet, près de 30% des déchets seront transformés en matières premières recyclées (carton, plastique, métaux ferreux et non ferreux) et en compost. 48% seront réduits à l’état de combustible pour alimenter une unité de production électrique. Cette première du genre intéresse déjà les autres départements ultramarins, dont Mayotte.

Des usines de dessalement construites par Suez ?

Le syndicat des Eaux de Mayotte souhaite, pour répondre au manque d’eau potable, construire de nouvelles usines de dessalement sur Grande-Terre. Les sites de Sada, Longoni et Ironi Bé sont privilégiés. Échaudé par les problèmes de production sur Petite-Terre de la Société mahoraise des eaux (SMAE), le syndicat local pourrait être intéressé par d’autres alternatives. En tout cas, Suez serait au rendez-vous. « On a un catalogue qui a déjà fait ses preuves », vante Hervé Madiec, tout en assurant que seule la maîtrise d’ouvrage intéresse Suez « pour l’instant ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Crise de l’eau : la non-conformité est levée pour Passamaïnty et Bouyouni ce mardi soir

Les contrôles sanitaires sur les unités de distribution d’eau potable de Bouyouni-est et Passamaïnty avaient conclu à une non-conformité de l’eau, il y a...

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....