test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Dembéni veut se libérer du joug des parcelles non déclarées

À lire également

“Oui à la piste longue à Mayotte, mais pas au détriment de l’environnement”

Le temps presse et le débat est loin d’être clos. L'allongement de la piste de l'aéro-port ne fait pas l’unanimité tant sur le fond...

Mayotte accueille son conseil d’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement

Mercredi s'est tenue l'assemblée générale constitutive du conseil d'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement de Mayotte. Celui-ci a pour objectif d'accompagner gratuitement les particuliers...

À l’hôtel La Résidence à Kawéni, l’enfer quotidien des pieds dans l’eau et la boue

Gérante de l'hôtel La Résidence à Kawéni depuis 18 ans, Sophie Bond s'en prend à l'immobilisme ambiant et aux manquements des autorités. En raison...

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

La commune lançait, ce mercredi, en grande pompe un plan de « régularisation foncière » des parcelles pour mettre fin à « de longues années d’occupation informelle ». De fait, la municipalité a l’intention de rattraper une série de dépenses réalisées « à tort » selon la Chambre régionale des comptes.

Le maire de Dembéni veut un plan Marshall de la régularisation foncière dans sa commune. Une mesure qui vise, selon Moudjibou Saïdi, à « résoudre de longues années d’occupation informelle en procurant une sécurité juridique aux résidents et en renforçant l’harmonie sociale et le développement local ». Une première cérémonie de signature de « régularisation de parcelles » s’est tenue, mercredi 20 décembre, dans la mairie de Dembéni.

Une solution durable dans l’objectif de mettre un terme à un imbroglio administratif ? « Simple exemple, j’ai 42 ans et la parcelle que j’occupe appartient à la mairie, comme 99% des sites fonciers, pourquoi ne pas permettre aux administrés de devenir des propriétaires ? », questionne le maire, non sans grossir le trait.

Un appel à la population a ainsi été lancé. Les administrés désirant devenir propriétaires de la parcelle qu’ils occupent sont invités à se manifester auprès du pôle foncier de Dembéni. Pour faire aboutir la démarche, le modus operandi est simple, comme le rappelle Alex Roffat, directeur des services techniques. « D’abord, il faut que le propriétaire fasse état de sa demande de régularisation. Dans ce cas-là, l’ensemble du dossier est pris en charge par le service foncier de la direction des services techniques et est instruit par un certain nombre d’éléments spécifiques à la parcelle et ses conditions de régularisation. S’ensuivent des délibérations au niveau du conseil municipal qui valide les actes de cession avec le prix analysé par le domaine et formalisé sous forme de documents. »

488.612 euros dépensés pour rien

Régulariser de manière très large les parcelles pourrait aussi assainir les finances de cette commune de 15.848 habitants [recensement de l’INSEE en 2017]. Car, entre 2018 et 2022, Dembéni a dépensé pas moins de 488.612 euros de taxe foncière en lieu et place de particuliers ayant construit sur ses terrains A tort ! Une bourde soulignée la Chambre régionale des comptes dans un rapport qui épingle la situation financière « alarmante » de la commune.

Si le maire annonce qu’il souhaite rapidement régulariser les parcelles, cette démarche avait déjà été entreprise lors des précédentes mandatures, notamment pour les onze écoles que compte Dembéni. En effet, le transfert des écoles, propriété du Syndicat mixte d’investissement pour l’aménagement de Mayotte (Smiam), à la collectivité est « retardé par les difficultés de régularisation foncière », d’après la CRC.

En 2022, la capacité d’autofinancement de Dembéni était négative à hauteur de 1,3 million d’euros. Les charges imputables au personnel en sont le premier facteur. Il s’agit du premier poste de dépenses de fonctionnement. En 2020 et 2021, la commune dépensait 7,5 millions d’euros pour les salaires de ses agents. Les charges de personnel représentaient même 58% des charges réelles de fonctionnement en 2021, « soit environ 470 euros par habitant », alarme la chambre régionale. Eviter de se mélanger les pinceaux au sujet du foncier pourrait être un début de solution afin de garder le cap.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...