100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Constructions scolaires dans le 1er degré : cinq experts pour enclencher la remontada

À lire également

Mayotte accueille son conseil d’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement

Mercredi s'est tenue l'assemblée générale constitutive du conseil d'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement de Mayotte. Celui-ci a pour objectif d'accompagner gratuitement les particuliers...

“Oui à la piste longue à Mayotte, mais pas au détriment de l’environnement”

Le temps presse et le débat est loin d’être clos. L'allongement de la piste de l'aéro-port ne fait pas l’unanimité tant sur le fond...

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

À l’hôtel La Résidence à Kawéni, l’enfer quotidien des pieds dans l’eau et la boue

Gérante de l'hôtel La Résidence à Kawéni depuis 18 ans, Sophie Bond s'en prend à l'immobilisme ambiant et aux manquements des autorités. En raison...

Ce vendredi 15 octobre, la préfecture, le rectorat, l’association des maires et l’agence française de développement ont paraphé une convention quadripartite portant sur l’accompagnement des communes dans la construction et la rénovation d’équipements scolaires du premier degré. Grâce à la mise à disposition d’ici la fin de l’année de cinq ingénieurs, les signataires espèrent franchir une nouvelle étape dans le but de remporter ce match mal engagé jusqu’à présent.

Face à la démographie galopante, Mayotte affûte sa tactique dans un match jusqu’alors à sens unique. Au bout duquel, le coup de sifflet final doit coïncider avec la scolarisation de tous les enfants dès l’école primaire, dont beaucoup trop regardent encore leurs camarades depuis le haut des tribunes. Un challenge de taille qui exige un travail d’équipe sans précédent. « Cette convention [quadripartite] fixe les règles du jeu collectif entre nous », image Charles Trottmann, le directeur du département trois océans de l’agence française de développement. C’est l’état d’esprit affiché lors de la signature ce vendredi 15 octobre du partenariat portant sur l’accompagnement des communes dans la construction et la rénovation d’équipements scolaires du premier degré.

constructions-scolaires-1er-degre-cinq-experts-enclencher-remontada

En capitaine modèle, le recteur Gilles Halbout remobilise d’entrée ses coéquipiers. « Nos préoccupations sont tournées vers les rentrées prochaines, avec 3.000 élèves supplémentaires à scolariser chaque année. » Une opposition déséquilibrée tant le déficit physique à combler – 500 nouvelles classes à sortir de terre au cours des cinq prochaines années et autant à réhabiliter – semble pour le moment insurmontable. « Nous manquons d’ingenierie pour répondre aux problèmes de masse auxquels nous sommes confrontés », résume en conférence de presse Thierry Suquet, le préfet du 101ème département. Qui voit en ce dispositif « une étape supplémentaire » pour réussir une remontada éducative.

Un appui d’ingénierie spécifique aux maires

Doivent entrer en jeu d’ici fin 2021, pour deux ans et demi, cinq experts recrutés par l’AFD. Un projet évalué à 1.5 million d’euros qui consiste à apporter « un appui d’ingenierie spécifique aux maires », dévoile Charles Trottmann. Mais aussi à faire sauter le « verrou » ressenti du côté des services techniques des collectivités. « Nos techniciens ont d’autres bâtiments en gestion, donc cela peut retarder certains projets », concède pour sa défense Madi Madi Souf, le président de l’association des maires. Indépendamment de cet accompagnement, l’idée est donc de les former et de les faire monter en compétences.

En ce sens, le responsable de l’académie loue les vertus de cette convention, qui va « nous donner un nouveau souffle » et « avoir un effet transformant rapide et visible ». Pas question pour autant de laisser les pouvoirs publics sur le banc des remplaçants. « L’enjeu de la décision politique et de la maîtrise d’ouvrage peut être séparé. Nous sommes dans l’addition, personne n’est perdant dans ce schéma-là », affirme le délégué du gouvernement, convaincu que ce réajustement tactique va contrecarrer les mauvaises surprises rencontrées à la veille de chaque rentrée scolaire. « Nous sommes tous concernés, il est important que nous soyons tous autour de la table et que nous nous concertions régulièrement pour prioriser les besoins », prévient Gilles Halbout. Histoire de ne pas finir hors-jeu…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...