L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Acoua veut renaturer ses zones inondables pour protéger ses habitants

À lire également

“Oui à la piste longue à Mayotte, mais pas au détriment de l’environnement”

Le temps presse et le débat est loin d’être clos. L'allongement de la piste de l'aéro-port ne fait pas l’unanimité tant sur le fond...

Mayotte accueille son conseil d’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement

Mercredi s'est tenue l'assemblée générale constitutive du conseil d'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement de Mayotte. Celui-ci a pour objectif d'accompagner gratuitement les particuliers...

À l’hôtel La Résidence à Kawéni, l’enfer quotidien des pieds dans l’eau et la boue

Gérante de l'hôtel La Résidence à Kawéni depuis 18 ans, Sophie Bond s'en prend à l'immobilisme ambiant et aux manquements des autorités. En raison...

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

La commune d’Acoua et l’Établissement public foncier d’aménagement de Mayotte (Epfam) projettent la création prochaine de plus de 200 logements dans les Hauts d’Acoua afin de mettre à l’abri les résidents de la ravine, exposés aux inondations.

acouaveut-renaturer-ses-zones-inondables-pour-proteger-ses-habitants
Le maire d’Acoua aux côtés des représentants de l’Epfam lors de la signature de la convention.

 

 

 

 

 

 

Né en 2019, un projet commun d’aménagement de la commune d’Acoua prend forme, petit à petit. Hier, mercredi 29 novembre, l’Établissement public foncier d’aménagement de Mayotte (Epfam) a signé une convention opérationnelle avec Marib Hanaffi le maire d’Acoua, commune de 5192 âmes selon le dernier recensement de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). « Cela va nous permettre de lancer toutes les études de conceptions urbaines, environnementales et agricoles pour avoir une réflexion à 360 degrés sur ces sujets-là », félicite Vincent Duponchel, directeur de la stratégie et des opérations à l’Epfam.

L’objectif est de déplacer progressivement les habitations les plus exposées aux risques naturels vers les Hauts, mais aussi de reconnecter le chef-lieu avec M’tsangadoua au moyen de solutions de mobilités douces. Car « plus de 98% » du territoire d’Acoua est « concerné par des aléas naturels moyens à forts », souligne Vincent Duponchel. En effet, la population est « prise en étau » entre le lagon et des plateaux escarpés où plusieurs inondations ont marqué les esprits en 1984, en 2014 et, dans une moindre mesure, en 2021.

270 logements et un groupe scolaire dans les Hauts

Face à ces problématiques, et pour répondre aux besoins de développement de la commune, l’opérateur d’aménagement urbain a imaginé un guide de résilience urbaine. Dans les grandes lignes, l’Epfam compte mettre à l’abri les résidents des principales poches d’habitats vulnérables (situées aux abords de la ravine principale) en créant environ 270 logements dans les Hauts d’Acoua. Le tout sera suivi par la création d’un groupe scolaire de 16 classes et 1000 mètres carrés de commerces et services, sur une emprise foncière d’environ cinq hectares.

Autre avantage : « en renaturant la ravine qui relie les hauts d’Acoua à la plaine d’expansion des crues, au niveau du front de mer, où se situe le terrain de sport, le projet réalise une couture végétale des pentes vers le littoral en préservant les continuités écologiques (trames vertes et bleues) », explique l’Epfam dans son projet d’aménagement.

Car, parmi les enjeux écologiques du projet, on souligne que le lagon aussi a souffert de la bétonisation de la ravine dans les années 1990. « Tous les poissons ont disparu et la baignade n’est plus possible », constate Vincent Duponchel. Renaturer la ravine permettrait de redonner vie au littoral.

Le maire d’Acoua avait dans un premier temps demandé des « éclaircissements » sur ce projet. Il se dit aujourd’hui « satisfait » et estime que les travaux devraient débuter à la fin de l’année 2025, après concertation avec les riverains.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1078

Le journal des jeunes

À la Une

Retour autorisé des manzaraka et des pool parties

La préfecture de Mayotte continue de desserrer la vis grâce à une saison des pluies particulièrement abondante qui a permis de remplir à la...

Une plainte déposée dans l’affaire des conteneurs de Bandraboua

Mayotte Nature Environnement (MNE), une association pour l’environnement à Mayotte, annonce avoir porté plainte à cause des conteneurs, bacs de tri et déchets présents...

Barrages : Une réunion de « sortie de crise » aboutit à un consensus

C’est officiel. Les barrages des Forces vives sont levés afin d’accorder « le bénéfice du doute » au gouvernement, après l’annonce de nouvelles mesures attendues au...

« C’est important que la population sache vers quels élus se tourner »

Alors que les barrages se lèvent, plusieurs manifestants veulent pouvoir suivre le travail des élus devant répondre à leurs revendications. C’est pour cela qu’à...

Habitat informel : Le délai de flagrance porté à 96 heures contre 48 heures auparavant

Le projet de loi sur la rénovation de l’habitat dégradé a été voté à l’unanimité, ce mercredi soir, au Sénat. Il inclut un changement...