100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Vatel

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

À lire également

Mayotte accueille son conseil d’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement

Mercredi s'est tenue l'assemblée générale constitutive du conseil d'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement de Mayotte. Celui-ci a pour objectif d'accompagner gratuitement les particuliers...

“Oui à la piste longue à Mayotte, mais pas au détriment de l’environnement”

Le temps presse et le débat est loin d’être clos. L'allongement de la piste de l'aéro-port ne fait pas l’unanimité tant sur le fond...

À l’hôtel La Résidence à Kawéni, l’enfer quotidien des pieds dans l’eau et la boue

Gérante de l'hôtel La Résidence à Kawéni depuis 18 ans, Sophie Bond s'en prend à l'immobilisme ambiant et aux manquements des autorités. En raison...

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

Commandé sous l’ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les travaux doivent démarrer à la fin de l’année 2023 pour une durée de deux ans et demi. L’objectif de ce chantier estimé à plus de 30 millions d’euros est de réunir les services généraux de la collectivité tandis que les compétences départementales seront délocalisées à Coconi.

« Sa silouhette repérable de loin est comme une collection de coquillages accrochée au sommet d’un rocher. » Il faut dire que les images de la future cité adminitrative régionale laissent rêveur et mettent sur un piédestal le site du conseil départemental. « Le projet a l’ambition de devenir l’emblème de l’île, symbole d’une dynamique économique et du savoir-faire local », dévoile l’Atelier du Pont, en charge de cette commande de l’ancien exécutif, qui remonte à 2018 lorsque la collectivité a commissionné un assitant maître d’ouvrage pour réaliser les études de faisabilité et la programmation.

Si les travaux doivent seulement démarrer à la fin de l’année 2023, le rendu final fait déjà saliver, avec « des lieux vivants et agréables tout au long de la journée offrant un espace spectaculaire sans altérer la beauté du relief ». Chaque futur bâtiment disposera d’un patio ouvert et d’une toiture à quatre pans qui favoriseront la ventilation naturelle et qui permettront d’accentuer l’effet de surpression avec l’extérieur, tout en bénéficiant de l’évapotranspiration des végétaux qui s’y trouvent ! « Nous souhaitons aborder ce projet de manière globale autour d’une architecture tropicale, de matériaux locaux (basalte, brique de terre crue, béton, bois et bambou) et de techniques de production adaptées, un véritable écosystème pérenne. »

600 postes de travail

La future surface de 11.770 mètres carrés doit notamment réunir 600 postes de travail : les élus, le cabinet de l’exécutif, la communication et les services généraux tels que les ressources humaines, la comptabilité et les finances. « En raison du contexte actuel d’augmentation des coûts, nous serons probablement sur un budget un peu plus important », admet Saidat Subra, la cheffe de projet pour le compte du Département. Initialement évalué à 30 millions d’euros, le montant devrait donc être légèrement revu à la hausse…

En attendant les premiers coups de pioche, la collectivité se remue les méninges pour minimiser l’impact sur le quotidien. « Nous sommes sur un chantier qui cumule un grand nombre de complexités puisqu’il se situe en plein centre-ville, un secteur très circulant. » Et ce n’est pas tout ! L’autre particularité, et non des moindres : certains agents resteront sur place durant l’intégralité de cette opération tiroir, qui doit durer deux ans et demi. « En termes d’affichage, ce serait étrange de retirer l’Élysée de Paris. C’est pareil pour nous. »

Par ailleurs, une autre spécificité rentre en ligne de compte avec la délocalisation des services techniques départementaux de Kawéni à Coconi. Là encore, cet autre projet estimé à 32.5 millions d’euros est ambitieux. « Nous devons signer avec le maître d’oeuvre – les architectes et les bureaux d’études – d’ici la fin du premier semestre », précise Saidat Subra. Pour une livraison prévue fin 2026, début 2027 ! Un double objectif structurant qui marquera l’entrée du territoire dans une nouvelle ère institutionnelle.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1000

Le journal des jeunes

À la Une

Toutes les informations à connaître sur vos candidats aux élections législatives

Le ministère de l’Intérieur a publié ce mardi 24 mai la liste des candidats officiels enregistrés en préfecture pour le 1er tour des élections...

La Cimade annule sa procédure judiciaire entamée contre le Collectif des Citoyens

Le procès à l’encontre de trois membres du Collectif des Citoyens poursuivi par la Cimade, qui devait avoir lieu ce mardi 24 mai, a...

Une boutique pédagogique pour former les futurs professionnels de la vente à Sada

Premier dispositif de cette envergure à Mayotte, la boutique pédagogique du lycée de Sada a ouvert ses portes salle B210, ce mardi 24 mai...

Débat télévisé : une question de légitimité …

Dans le cadre des élections législatives 2022, la télévision publique organise ses traditionnels débats permettant aux différents candidats en lice de défendre leurs programmes...

Diabète : « Si une personne est petite et en surpoids, il y a déjà un facteur de risques. »

Ce mardi 24 mai se déroulait une matinée de sensibilisation sur la thématique du diabète. Organisée par le centre communal d’action sociale de la...
/* CODE DE SUIVI LINKEDIN----------------------------------------*/