100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Publicités

100 millions d’euros pour « verdir » la communauté de communes de Petite-Terre

À lire également

Mayotte accueille son conseil d’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement

Mercredi s'est tenue l'assemblée générale constitutive du conseil d'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement de Mayotte. Celui-ci a pour objectif d'accompagner gratuitement les particuliers...

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

“Oui à la piste longue à Mayotte, mais pas au détriment de l’environnement”

Le temps presse et le débat est loin d’être clos. L'allongement de la piste de l'aéro-port ne fait pas l’unanimité tant sur le fond...

Fin des tours d’eau à Mayotte : la préfecture et le SMEAM poussent un ouf de soulagement

À partir de ce vendredi 15 janvier à 8h, les coupures d'eau hebdomadaires ne seront plus qu'un lointain souvenir. La pluviométrie favorable des trois...

Le président de la communauté de communes de Petite-Terre, Said Omar Oili, et le préfet, Thierry Suquet, ont signé ce jeudi 7 octobre le protocole d’engagement du contrat de relance et de transition écologique d’un montant de 100 millions d’euros. Composé de 49 actions dites « matures », ce programme s’inscrit pour les six prochaines années dans une logique de développement durable.

100 millions d’euros pour l’aménagement du territoire. Telle est l’essence même du contrat de relance et de transition écologique, dont le protocole d’engagement a été paraphé ce jeudi 7 octobre par le préfet, Thierry Suquet, et le président de la communauté de communes de Petite-Terre, Said Omar Oili. Une date à marquer d’une pierre blanche à entendre les deux protagonistes.

100-millions-euros-verdir-communaute-communes-petite-terreAu total, pas moins de 49 actions dites « matures » doivent se concrétiser d’ici 2026. Parmi les chantiers d’envergure : l’installation de l’éclairage public et du réseau de fibre optique, la revitalisation du quartier de La Vigie, la mise en place d’un système de vidéosurveillance, l’extension de la mairie de Dzaoudzi-Labattoir, la réalisation d’une halle à marée, la construction d’un quai de débarquement et d’une médiathèque, la création de l’éco-parc des Badamiers et d’un office de tourisme, l’aménagement du sentier des cratères, la réhabilitation de la piste d’accès à Moya, etc. D’autres projets, tels que la création de deux lignes de bus entre la gare maritime et l’aéroport ainsi que d’un pôle d’échange multimodal, viendront probablement se greffer au contrat dans les années à venir sous la forme d’avenants.

Trois axes stratégiques

Une démarche ambitieuse qui s’articule autour de trois axes stratégiques : offrir tous les services de base compatibles avec le statut d’un département français ; favoriser la création d’emploi au travers d’un développement économique raisonné et respectueux de l’environnement : garantir un cadre de vie harmonieux. « À son échelle, la communauté de communes de Petite-Terre est prête à relever ce défi et à mobiliser toute son énergie pour y parvenir », assure le maire de Dzaoudzi-Labattoir. « J’ai en tout cas la conviction profonde qu’avec le contrat de relance et de transition écologique, nous pourrons durablement transformer Petite-Terre pour en faire la pépite de Mayotte sur la période contractuelle de six ans qui s’ouvre. »

Une vision « stratégique » partagée par le délégué du gouvernement. Si les grandes orientations restent encore à finaliser d’ici la signature officielle prévue en décembre prochain, Thierry Suquet se réjouit de cette grande première dans le 101ème département. « Nous allons mettre en œuvre un programme qui a pour objectif de s’inscrire dans une logique de développement durable, avec des équipements compatibles avec la préservation de l’environnement et de la biodiversité, et qui traite du problème du réchauffement climatique et de l’érosion du littoral. »

Avec une telle manne financière, Said Omar Oili peut rêver grand : « Une opportunité et une chance pour rattraper notre retard. » De son côté, le préfet espère donner des idées aux autres collectivités ! « Je pense que l’exemple donné aujourd’hui par Petite-Terre sera suivi rapidement par d’autres [intercommunalités] avec qui nous avons déjà engagé le travail. » Ce n’est pas tous les jours qu’un tel chèque tombe du ciel…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°970

Le journal des jeunes

À la Une

Le retour des gilets jaunes dans le quartier de la Convalescence à Mamoudzou

Ce sont des femmes et des hommes exténués par la montée de la délinquance qui se sont réunis ce dimanche matin à la Convalescence....

22 projets pour 3 lauréats lors du 1er start-up week-end à Mayotte

Du 14 au 16 octobre avait lieu la deuxième édition du concours d’innovation de l’agence de développement et d'innovation de Mayotte (ADIM) ainsi que...

Constructions scolaires dans le 1er degré : cinq experts pour enclencher la remontada

Ce vendredi 15 octobre, la préfecture, le rectorat, l'association des maires et l'agence française de développement ont paraphé une convention quadripartite portant sur l'accompagnement...

Hommage à Samuel Paty : à Mayotte, une violence d’un autre type

Pour honorer la mémoire du professeur d’Histoire-Géographie tué le 16 octobre 2020 après avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo pendant un cours, les...

Le directeur général de LADOM en visite au RSMA pour la formation et l’emploi des jeunes de Mayotte

L’agence de l’Outre-mer pour la mobilité et le Service militaire adapté ont renouvelé un protocole d’accord le 14 septembre dernier. Pour l’occasion, le directeur...