Le commandant du PSIG grièvement blessé à Dzoumogné

Le commandant du PSIG grièvement blessé à Dzoumogné

Nouvelle nuit de tensions à Dzoumogné. Le commandant du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Mamoudzou a été grièvement blessé par un jet de pierres lors d’une intervention dans le village du nord, lundi, vers 1h15 du matin. Frappé au visage, il a subi une double fracture de la mâchoire qui lui vaut 45 jours d’incapacité temporaire de travail (ITT) et d’être évacué ce jour à La Réunion pour une opération chirurgicale. Au moment du drame, la patrouille du PSIG de Mamoudzou était à la recherche d’un véhicule qui avait servi à deux individus pour prendre la fuite après une tentative de cambriolage d’un magasin alimentaire spécialisé dans les produits surgelés. “Le PSIG y est allé avec deux autres véhicules et sur le retour, la patrouille est tombée dans un traquenard et des individus ont commencé à les caillasser”, relate le général Philippe Leclercq, commandant de la gendarmerie nationale dans l’île.

Ce ne sont pas là pas les premières violences qui frappent le nord de l’île, ni le village de Dzoumogné. Face aux violences aux abords de leur lieu de travail, les employés du dispensaire exercent leur droit de retrait, depuis vendredi et l’intrusion d’une bande armée dans l’établissement médical. “Le secteur nous mobilise pas mal, et nous faisons en effet le constat d’une prise à partie par des bandes de jeunes qui agissent par désœuvrement ou provocation”, confirme le général Philippe Leclercq. Mais si ce genre de prises à partie peut donner l’impression que les individus cherchent à attirer les forces de l’ordre dans des guet-apens dans le but de les caillasser, le chef de la gendarmerie nationale se veut plus nuancé : “cela peut faire partie du mode opératoire adverse, mais nos unités sont éprouvées à ce type de pratiques et nous essayons d’éviter que des faits imaginaires puissent entraîner une embuscade. Et en réalité, le mode d’action n’est pas si élaboré, et relève davantage de la prise à partie d’opportunités”, souligne-t-il.

 

Abonnement Mayotte Hebdo