test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le footballeur El Fardou Ben Nabouhane foule les pelouses européennes

À lire également

Miss Mayotte : “Je voudrais que les gens retiennent un côté positif de Mayotte”

Dernière ligne droite pour Eva Labourdere. Du haut de ses 20ans, la Mahoraise représentera son île demain soir, lors de l’élection de Miss France2020, retransmise en direct depuis le Dôme de Marseille. Une belle occasion de mettre le territoire sous le feu des projecteurs et peutêtre, de faire mieux qu’Esthel Née, 3ème dauphine de Miss France 2009, la meilleure place jamais gagnée par une femme de l’île à ce concours.

Safia Remery : Une femme mystérieuse devant la caméra

Son visage est connu du grand public. Safia Radjabou Remery a tourné dans des publicités mahoraises, mais on parle surtout d’elle pour ses rôles...

Isma Kidza, un photographe sous tous les plans

Des ses propres mots, Isma Kidza est un “fou de la photo”. Autodidacte qui s’affranchit des règles de la photographie, ce quadragénaire capte chaque...

Salama Youssouf, un parcours exemplaire pour la première notaire mahoraise

Son nom vous est peut-être inconnu mais Salama Youssouf est entrée dans l’histoire de Mayotte depuis peu. Elle est désormais la première notaire mahoraise...

On ne présente plus El Fardou Ben Nabouhane, le joueur de foot qui fait rayonner Mayotte à l’étranger. Première Ligue des Champions avec l’Olympiakos, attaquant vedette de l’Étoile Rouge de Belgrade, Capitaine de l’équipe des Comores lors de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2021… Le footballeur mahorais a su se faire une place au-delà nos frontières.

Du haut de ses trois ans, El Fardou Ben Nabouhane avait déjà commencé à dompter le ballon rond à Barakani, commune qui l’a vu naître. Puis c’est à Passamainty, dans son village maternel, qu’il a grandi. Une enfance durant laquelle le football a parfois pris la place de l’école coranique, admet El Fardou Ben Nabouhane, qui se souvient être arrivé plusieurs fois en retard en cours, le temps de finir un match avec ses amis. « C’était l’insouciance de l’enfance », se rappelle le joueur, qui rêvait déjà, alors, de jouer la Ligue des Champions. Et il voyait juste.

À dix ans, il s’envole pour La Réunion et rejoint la JS Saint-Pierroise. Là, il joue dans toutes les catégories, jusqu’à rejoindre l’équipe première du club à l’âge de 15 ans. Un an plus tard, un autre départ attend l’adolescent : à 16 ans, il est recruté par le Havre Athletic Club, avec lequel il signe son premier contrat en tant que joueur professionnel. L’aspirant champion évolue ensuite dans différents clubs de métropole.

« À ce moment-là de ma carrière, je voulais mieux »

Mais les opportunités qui l’intéressent ne sont pas sur les pelouses françaises. « Mon objectif était de rester professionnel, et on ne me proposait pas de meilleure opportunité que ce que j’avais déjà eu. À ce moment-là de ma carrière, je voulais mieux, et on m’a proposé un club en Grèce », explique le joueur de 34 ans, qui a alors un objectif en tête : intégrer le plus grand club grec, l’Olympiakos. Mais pour cela, il doit d’abord faire ses classes. C’est ainsi qu’il rejoint le club grec PAE Veria.

La vie du jeune homme change alors du tout au tout : nouveau pays, nouvelle langue. C’est d’ailleurs là-bas qu’il apprend l’essentiel de l’anglais qu’il connaît aujourd’hui. « Maintenant, je vois l’importance que cela a eu dans ma carrière », souligne rétrospectivement celui qui a depuis fouler les terrains de plusieurs pays.

Après deux bonnes saisons, El Fardou Ben Nabouhane se fait remarquer et signe enfin avec l’Olympiakos pour une durée de trois ans. Mais alors qu’il touche son rêve du bout des crampons, une grave blessure vient ternir le tableau. « Au moment où je signe, je me blesse et doit rester six mois sans jouer. » Un souvenir amer. À son retour de convalescence, il est prêté à l’APO Levadiakos pendant six mois, puis au Paniónios GSS pendant un an, ce qui lui permet de reprendre confiance en son jeu. « Là-bas, j’ai rencontré un coach qui a changé ma vie et ma carrière, Vladan Milojevic. » El Fardou Ben Nabouhane recroisera la route de Vladan Milojevic, mais en attendant, il effectue une très bonne saison avec Paniónios. Cette performance lui vaut de jouer enfin avec l’Olympiakos, qui ne sera pas déçu. Et pour cause : « Début de saison, je joue, je marque et on se qualifie pour la Ligue des Champions ! »

L’enfant en rêvait, l’adulte l’a fait. El Fardou Ben Nabouhane se souvient qu’il y a toujours cru, et que c’est cette confiance en lui qui l’a amené à ce moment précis. « Tout ce dont je rêvais était enfin là. C’est ce qui m’est venu à l’esprit en foulant la pelouse et en entendant la fameuse musique. Se dire qu’on est face aux joueurs qu’on regarde depuis toujours à la télévision, c’est incroyable. » Il en profite pour affirmer qu’avec travail, confiance en soi et persévérance, tout est possible, que ce soit dans le foot ou ailleurs.

S’adapter au froid pour poursuivre son but

Après cet accomplissement, son chemin a bifurqué vers la Serbie pendant cinq ans. C’est le coach Vladan Milojevic, devenu entre-temps entraîneur là-bas, qui lui propose de rejoindre l’Étoile rouge de Belgrade. « J’ai accepté sans hésiter car c’est quelqu’un que j’admire. » Si l’adaptation au climat froid est compliquée lorsqu’il arrive en plein hiver, le rêve du mahorais va jouer les prolongations : cette fois, la Ligue des Champions, il va la jouer comme titulaire à tous les matchs. Une qualification historique pour le club, qui n’avait pas participé à ce championnat depuis 20 ans. « On joue contre Paris, Liverpool, Naples, donc des gros clubs. Liverpool gagne cette année-là. Se dire qu’on a joué contre les vainqueurs, c’est juste énorme. En plus je suis un grand supporter de Liverpool, donc c’était incroyable de jouer ces matchs », décrit El Fardou Ben Nabouhane.

D’autres matchs d’envergure attendent le joueur. En 2021, il est capitaine de l’équipe des Comores lors de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) : « Le fait d’y être, c’était quelque chose d’extraordinaire. Sachant que c’était la première CAN du pays. »

En janvier dernier, le footballeur est parti rejoindre un climat plus clément, à Chypre, après avoir signé avec l’Apoel Nicosie. Malheureusement, il s’est gravement blessé en fin de saison et est actuellement en convalescence. Ce nouveau pays lui rappelle Mayotte, avec ses plages et son beau temps. Quand on lui demande s’il envisage un jour de revenir vivre sur son île natale, le joueur est partagé. D’un côté sa mère, toujours à Mayotte, ses proches, le ciel bleu, ses souvenirs d’enfance et la nourriture mahoraise, de l’autre, la Serbie, pays dans lequel il envisage de retourner à l’avenir, où il a fondé sa famille et dont il a obtenu la nationalité.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Crise de l’eau : la non-conformité est levée pour Passamaïnty et Bouyouni ce mardi soir

Les contrôles sanitaires sur les unités de distribution d’eau potable de Bouyouni-est et Passamaïnty avaient conclu à une non-conformité de l’eau, il y a...

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....