Avec le Mistral, un vent rassurant souffle sur le sud océan Indien

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Le président de la République l’a annoncé ce mercredi soir, le porte-hélicoptère amphibie Mistral viendra en aide aux territoires de La Réunion et de Mayotte dans le cadre de l’opération “Résilience”, visant à lutter contre l’épidémie de Coronavirus face à laquelle les deux départements manquent d’armes pour lutter.

L’arrivée du Mistral dans le sud de l’océan Indien suffira-t-elle à calmer le vent de panique qui sévit sur les territoires de La Réunion et de Mayotte en même temps que le Coronavirus gagne du terrain ? C’est en tout cas ce qu’espère le président Emmanuel Macron qui a annoncé la mobilisation de ce gigantesque porte-hélicoptère – le deuxième plus gros bâtiment de la Marine nationale après le Charles de Gaulle – dans la zone sud de l’océan Indien afin de prêter assistance aux deux territoires. Le tout dans le cadre d’une opération “Résilience”, qui vise intégrer l’armée à l’effort national de lutte contre l’épidémie. Si les détails de cette opération doivent être précisés dans “quelques jours”, selon les mots du président, quelques éléments sont d’ores et déjà connus.

D’abord, selon différentes sources concordantes, le navire qui croise actuellement près des côtes seychelloises devrait arriver dans la zone au début de la semaine prochaine. À La Réunion, plus précisément, assure le journal Mer et Marine, “à l’issue d’une escale logistique de deux jours à Mahé, aux Seychelles”. Depuis le DOM voisin, il pourrait ainsi déployer ses moyens logistiques et sanitaires afin de venir en aide à la population mahoraise dans le cadre de décisions mutuelles entre les préfets de Mayotte et de La Réunion. Pour l’heure, rien n’indique que le porte-hélicoptère s’établira près de nos côtes.

Le Mistral pas encore paré pour lutter contre le Covid-19

Les prochains jours devront par ailleurs déterminer quels moyens et missions exacts le Mistral embarquera avec lui. Mais pour l’heure, le bâtiment ne semble pas encore équipé pour opérer une mission d’urgence sanitaire. Ainsi, bien que la Marine nationale indique que le navire compte en son sein un hôpital muni de 69 lits extensibles, le Mistral n’est pas parti de Toulon fin février avec le matériel adéquat pour faire face à l’épidémie. “Les installations hospitalières du Mistral sont pour le moment grées pour un déploiement classique et ne peuvent servir en l’état à l’accueil de patients atteints par le Covid-19. Selon la situation à La Réunion et Mayotte, elles pourront être adaptées en fonction des besoins et du matériel disponible sur place ou envoyé depuis la métropole par voie aérienne”, indiquent ainsi nos confrères de Mer et Marine, spécialistes du sujet.

Satisfaite de l’annonce présidentielle, fruit selon elle d’un travail de près d’un mois, la directrice de l’ARS Dominique Voynet considère qu’“affirmer que le porte-hélicoptère part vers Mayotte [lui] paraît audacieux”. “Ce que je sais en revanche c’est qu’en l’absence d’une épidémie active à Mayotte comme à La Réunion, même si nous avons beaucoup de cas, le président a aussi la préoccupation de rapatrier les Français coincés dans les pays de la zone depuis des semaines. J’imagine donc que la doctrine d’utilisation du Mistral va nous être précisée dans les jours qui viennent”, a encore fait valoir la directrice de l’ARS ce jeudi.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Bodo : un nouvel album 100% made in Mayotte

Roho qui signifie coeur est le titre du nouvel album de Bodo. Il sort ce vendredi 30 octobre et fera certainement parler de lui....

Mayotte : Trois mois de prison avec sursis pour des cigarettes de contrebande et un panneau solaire volé

En octobre dernier, 2.800 cartouches de cigarettes et six kilos de bangué étaient interceptés par les gendarmes de Mayotte. Des arrivées de marchandises qui...

Confinement acte 2 : Quelles « adaptations » pour le sport mahorais ?

Un grand point d’interrogation plane au-dessus des sportifs mahorais. Les différentes fédérations nationales vont chacune de leur communiqué depuis mercredi soir et la dernière...

La future couronne de Miss Excellence visible en avant-première à Mzuri Sana

Le concours de Miss Excellence Mayotte 2020 se tient ce samedi au plateau de Ouangani. Six candidates – Larissa Salime Be, Lysiana Bacar, Hafna...

Mayotte : La première sirène d’alerte inaugurée à Dembéni deux ans après les secousses

Les missions d’étude du volcan responsable des séismes de 2018 ont mis en évidence le risque de tsunami qui menace Mayotte. Pour s’en prémunir,...