100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Pour Ackeem Ahmed, « le tourisme à Mayotte doit se vivre, se sentir, se toucher »

À lire également

L’Hôtel Hamaha : une histoire familiale, un environnement luxuriant et un potentiel infini

Débuté en 2000, le projet hôtelier construit à deux pas de la plage de Hamaha à Kawéni vient enfin d’ouvrir ses portes. Un établissement...

Hôtel Ibis à l’aéroport de Mayotte : six ans plus tard, et d’une pierre de posée !

La société Eden Island vient de poser la première pierre de l’hôtel de l’aéroport qui vient gonfler de 80 chambres les capacités d’hébergement de...

Récif Hélicoptères paré au décollage à Mayotte

Le premier opérateur d’hélicoptères de Mayotte a lancé hier, mardi 1er juin, son activité sur l’île aux parfums. Après trois années de travail, la...

(Agri)culture : Mayotte, une île où le jardin d’Eden à un goût de vanille

Pour mettre à l'honneur ses richesses et les faire découvrir au plus grand nombre, l'Office de tourisme du Centre Ouest organisait un éco-tour le...

Pour mettre à l’honneur ses richesses et les faire découvrir au plus grand nombre, l’Office du tourisme du Centre Ouest organisait un éco-tour le dimanche 22 novembre. Agriculture, tradition, littoral… Toute la semaine, Thomas Lévy vous plonge dans les trésors cachés de cette partie du territoire. Carnet de route d’un habitant séduit, qui termine son expédition par un entretien avec Ackeem Ahmed, le directeur de la structure touristique. 

Flash Infos : Vous avez cette volonté de construire un tourisme local et de rendre la population actrice de son développement. Quelles sont les raisons de cette stratégie ?

Ackeem Ahmed : Les gens voudront toujours aller voir ailleurs, c’est dans la nature de chacun de rechercher l’inconnu. Mais le plus important consiste à nous tourner vers ceux qui vivent dans le 101ème département et qui ont tendance à oublier les facettes de leur territoire, à cause principalement de leur train-train quotidien. C’est la raison pour laquelle ils doivent rester une cible privilégiée. Ces différents centres d’attraction doivent peu à peu étoffer leurs habitudes. Avant toute chose, ce sont les premiers ambassadeurs du territoire. Il y a tant à faire ici… Il suffit de le vivre simplement pour diffuser par la suite toutes ces merveilles.

FI : Durant cet éco-tour, vous avez également convié un certain nombre d’élus des communes membres de l’intercommunalité du Centre Ouest. Pourquoi avoir fait ce choix ?

A. A. : À l’instar de nombreux habitants, les élus ne connaissent peut-être pas aussi bien qu’ils le disent la beauté, les perspectives et les changements du monde agricole mahorais ou le splendide platier que recèle la plage de Mutsumbatsu. Le tourisme doit se vivre, se sentir, se toucher ! C’est ce que nous essayons d’apporter. En vivant ces moments sur le terrain aujourd’hui, ils s’engageront demain dans des action concrètes. Ce qui n’auraient pas été forcèment le cas s’ils étaient restés assis derrière leur bureau. Un simple exemple : nous ne pourrons pas structurer le tourisme à Mayotte sans un minimum de sécurité et de propreté sur les plages.

FI : Tout au long de la journée, nous avons croisé divers prestataires en lien avec l’agriculture, la restauration, la culture, le littoral. Quel est le message porté par l’Office du tourisme à travers toutes ces rencontres ?

A. A. : Beaucoup disent qu’il n’y a pas d’offre touristique à Mayotte : c’est faux ! Il y en a des dizaines, mais aucune offre cohérente n’a jusqu’à maintenant été construite. Cela pour une simple et bonne raison : les acteurs, par manque de coordination, marchaient isolés. D’où cette volonté de proposer un panel diversifié et attractif sur le territoire.

FI : Quelle place accordez-vous à la formation dans votre nouvelle stratégie touristique ?

A. A. : Une grande importance (rires) ! Non seulement les acteurs doivent se connecter entre eux, mais il en va aussi de la technicité, notamment concernant les enjeux autour de la filière de la vanille. Il faut nous conformer aux attentes du marché : cela passe par la qualité du service aux normes sanitaires et environnementales, en passant par le développement durable. C’est dans ce cadre que nous accompagnons les acteurs. Il n’y a que comme cela que nous pourrons un jour avoir la fierté de bénéficier d’un label de qualité.

FI : Depuis plus de 10 ans, la politique touristique de l’île aux parfums a été de participer à des salons en métropole. Qu’en pensez-vous ?

A. A. : Dans tous les cas, nous serons toujours obligés de nous tourner vers l’extérieur, ne serait-ce qu’en termes de pouvoir d’achat. Même si cela prendra un peu plus de temps. Pour remettre le train en marche, le tourisme à Mayotte doit se faire ensemble ! C’est avec l’ensemble de la population, des élus et des acteurs des mondes nautiques, de l’hôtellerie et de la restauration que nous forgerons le tourisme et que nous serons à même de proposer des offres touristiques complètes demain.

Mon bilan de cet éco-tour

« Je finis cette journée en faisant le point sur ce que je connais des communes du Centre Ouest. Et je réalise que ces pépites d’or égrainées tout au long de cette aventure sont loin d’être les seules. Sous cette angle, Ackeem Ahmed dit vrai : comme ceux qui prétendent que la culture culinaire locale se résume en cartons de mabawas, qui dit qu’il n’y a pas d’offres à Mayotte ?! En y pensant, je me remémore des parties de paintball avec les collègues, des escapades de Chicona à Soha, pour trouver le sentier vanille et déboucher à Tsingoni où m’attendaient encore d’autre plages magnifiques jusqu’à la cascade de Soulou. Des balades forestières autour de Combani, les criques de Jimawéni ou la mosquée de Sada et son îlot de sable blanc. Des journées de détente à planifier pour réaliser qu’au-delà de nos soucis quotidiens, le paradis se trouve peut-être à nos pieds. Restant terre à terre, il y a beaucoup à faire, mais qui a dit un jour qu’un long voyage commence par un premier pas ? Ce premier pas, nous qui sommes ici, est notre quotidien… Bien plus vaste que la carte routinière ! »

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...