Publicités

Le sport comme voie d’insertion pour les jeunes mahorais

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

Saison terminée pour les sportifs mahorais

Les fédérations nationales tranchent les unes après les autres : les compétitions amateurs 2019/2020, jusque-là suspendues pour cause de Coronavirus sont définitivement interrompues. La saison est donc terminée pour le basket-ball, le handball, le rugby et le volley-ball mahorais. La Fédération française de football temporise encore…

 

Le handisport mahorais bientôt au programme des Jeux des Îles ?

Si aucun comité départemental de handisport n’existe à Mayotte, le Cros espère bien pouvoir développer la pratique d’ici 2023, date des prochains Jeux des Îles de l’océan Indien. Une première réunion de travail a eu lieu en ce sens mercredi, avec les associations et les institutions. Un seul mot d’ordre : l’inclusion.

Le sport peut changer une vie”. À Mayotte, de nombreux jeunes décrocheurs ou sans activité professionnelle peinent à trouver un emploi. Grâce au projet Street Workout, l’activité physique et sportive pourrait bien être la clé de leur intégration au monde professionnel.

Intéresser”, “fédérer” et “dynamiser les jeunes inactifs”. C’est l’objectif du projet Street Workout à Mayotte, porté par le comité régional olympique et sportif. Une discipline originaire de Suède qui se définit par des exercices physiques en plein air et qui ne nécessitent que le poids de son propre corps pour se muscler.

Le SWO est un projet né il y a trois ans, qui correspond à un besoin du territoire de Mayotte et celui pour les jeunes sans activité de reprendre pied”, confie le directeur et coordonnateur inter-régional Outre-mer du CROS, Philippe Lemoine. “Nous avons travaillé en lien avec l’agence nationale du sport, la direction régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sports, le conseil départemental et l’Europe afin d’obtenir des financements et pouvoir commencer les cours de SWO.

Depuis décembre 2020, les cours de SWO accueillent chaque semaine une quinzaine de jeunes dans quatre quartiers de Grande-Terre. Afin de promouvoir cette activité auprès des 16-25 ans, les membres du CROS s’appuient sur les mairies et les médiateurs de quartiers où se déroulent les ateliers. “Le nombre de participants est très variable, tout l’enjeu est de les inciter à venir régulièrement”.

 

Une formation pré-qualifiante cet été

 

Le CROS propose aux jeunes inactifs de ces quartiers dits “prioritaires” de suivre des cours de SWO mais aussi, jusqu’au 2 juillet 2021, d’intégrer une formation pré-qualifiante aux métiers du sport pour 24 d’entre eux. Les plus passionnés et les plus assidus pourront enfin intégrer la formation qualifiante CQP-ALS (certificat de qualification professionnelle – animateur de loisir et sportif) du 5 juillet au 5 novembre 2021. Cette formation accueillera 16 jeunes qui pourront prétendre, une fois leur certification obtenue, à un emploi dans les mairies de Tsingoni, Dembéni, Koungou et Mamoudzou afin d’encadrer à leur tour les cours de SWO et former de nouveaux jeunes.

À ce jour, le SWO compte deux coachs sportifs et un coordinateur salariés qui encadrent 13 jeunes sérieux et intéressés par une professionnalisation dans le milieu du sport. L’objectif du CROS aujourd’hui est de pérenniser cette action dans les villes partenaires, puis par la suite d’accompagner de nouvelles communes qui souhaiteraient se lancer et développer à leur tour cette activité. “Nous voulons expérimenter cette action pendant deux ans pour pouvoir donner aux communes la possibilité de se l’approprier. Par ailleurs, la formation est ouverte à tous les jeunes qui le souhaitent, mais pour pouvoir accéder à la formation qualifiante CQP-ALS, ils doivent impérativement avoir des papiers en règle sur le territoire de Mayotte.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...