100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Pétanque à Mayotte : des résultats en dent de scie aux championnats de France jeune, mais du crédit pour l’avenir

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

Saison terminée pour les sportifs mahorais

Les fédérations nationales tranchent les unes après les autres : les compétitions amateurs 2019/2020, jusque-là suspendues pour cause de Coronavirus sont définitivement interrompues. La saison est donc terminée pour le basket-ball, le handball, le rugby et le volley-ball mahorais. La Fédération française de football temporise encore…

 

Le handisport mahorais bientôt au programme des Jeux des Îles ?

Si aucun comité départemental de handisport n’existe à Mayotte, le Cros espère bien pouvoir développer la pratique d’ici 2023, date des prochains Jeux des Îles de l’océan Indien. Une première réunion de travail a eu lieu en ce sens mercredi, avec les associations et les institutions. Un seul mot d’ordre : l’inclusion.

Six jeunes joueurs de pétanque se sont rendus à Nevers la semaine dernière pour participer aux championnats de France jeunes. Si les résultats ne sont pas ceux escomptés, le comité départemental aspire à prendre les choses en main pour mieux préparer et encadrer ses représentants à l’avenir.

Ils s’appellent Kaiss Abasse, Omar Djanfar Abdallah, Kamil Kamardine, Arsane Madi, Raoul Boinali Salime et Bravo Nassim Soulaimana. Âgés de 9 à 16 ans, ils reviennent tout droit de Nevers où ils ont pris part, au centre Expo, le week-end dernier aux championnats de France jeunes de pétanque. « Ce n’était pas la première fois que nous y participions », rappelle Madi Fahar, le président du comité de pétanque à Mayotte. « En 2019, notre équipe juniors avait atteint les demi-finales. » Un parcours remarquable, aux antipodes de celui réalisé cette année… Avec un bilan comptable de quatre défaites en autant de rencontres, les trois gaillards de la catégorie rentrent avec un goût amer en bouche.

Une déception atténuée par la prestation, plus qu’honorable, de leurs camarades engagés chez les minimes et éliminés en 32ème de finale. « Ce cinquième match était serré, il y avait quelques ajustements à régler pour l’emporter. Mais les jeunes ont fait le contraire de ce que je leur ai demandé », sourit après coup, Rafiki Nidhoimi, l’un des deux éducateurs qui a fait partie du voyage. Tantôt impressionnés par le gabarit de leurs adversaires, tantôt émoussés par le rythme effréné de la journée de samedi, les six participants ne nourrissent aucun regret tant la marche semblait tout simplement trop haute à atteindre.

Préparer dès maintenant l’édition 2022

Rentrée au bercail ce mardi, la délégation ne veut retenir que le positif et surtout apprendre de ses erreurs pour franchir un cap. À l’instar du coach titulaire des brevets fédéraux 1 et 2. « J’ai reçu une grande claque », avoue-t-il. « Je me suis dit que je devais prendre les choses en main pour rectifier le tir. » À commencer par l’endurance. Car oui, si la pétanque est un sport fixe, celui-ci exige des aptitudes physiques au-dessus de la moyenne pour concourir dans de bonnes conditions. Malgré une préparation individualisée au cours des six semaines qui ont précédé la compétition, rien ne remplace l’enchaînement des tournois, tout naturellement « freinés » en raison de la crise sanitaire. « Je vais me pencher sur le planning de toutes les rencontres prévues par le comité pour les préparer dès maintenant aux championnats de France de 2022. »

Pour autant, tout n’est pas à jeter, comme le précise Madi Fahar, qui se montre moins virulent dans ses propos. « Cela reste une grande satisfaction si l’on se compare aux autres départements métropolitains qui ont des moyens considérables, à l’image de leurs boulodromes. Nous, nous nous entraînons comme nous pouvons, où nous pouvons… » En effet, le président préfère relativiser et voir le verre à moitié plein. « À chaque inscription, de nouveaux jeunes rejoignent nos différents clubs. Cela nous motive à sortir ces gamins de la rue ! » Cette année, la ligue mahoraise recense pas moins de 662 licenciés, toutes catégories confondues et espère même nouer un partenariat avec l’union nationale du sport scolaire (UNSS) pour proposer cette activité aux collégiens.

Rayonnement sur la scène régionale

Au-delà de ces derniers résultats mi-figue mi-raisin, la pétanque mahoraise a sans aucun doute de beaux jours devant elle. Puisqu’elle domine largement la scène régionale (Union des Comores, La Réunion et Madagascar). Preuve en est à l’occasion du tournoi grand prix de Mayotte, un rendez-vous incontournable depuis 1998. « Aucun n’a été remporté par des contingents extérieurs à l’exception de la première édition. Cela montre bien notre capacité à pouvoir bien faire », vante Rafiki Nidhoimi. Une prouesse à laquelle s’ajoute la victoire lors de la coupe des DOM-TOM en 2019 à Dijon par l’équipe séniors. Certes, la relève tarde encore à performer à l’échelle nationale, mais cela ne doit pas remettre en cause la dynamique enclenchée. « Pour l’avenir, je reste vraiment confiant par rapport à ces jeunes. »

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

« À Mayotte, les enseignants enseignent en saignant ! »

Jeudi 2 novembre, les professeurs du lycée Gustave Eiffel de Kahani se sont soulevés contre les épisodes de violences incessants que connaît l'établissement. Une...

Douze années de travail pour convaincre de l’importance de la filière de brique de terre compressée

L'association ART.Terre vient d'éditer un livre intitulé « Construire en terre mahoraise ». Un ouvrage né de la nécessité de rendre compte du caractère...

Opération séduction du préfet et du directeur de l’ARS pour inciter les Mahorais à faire la 3ème dose

Le nouveau directeur de l’agence régionale de santé de Mayotte, Olivier Brahic, et le préfet, Thierry Suquet, ont visité le centre de vaccination de...

Journée mondiale de lutte contre le Sida : la sensibilisation ne suffit pas à Mayotte

Le 1er décembre marque la journée mondiale de lutte contre le Sida. Les actions de sensibilisation se multiplient sur l’île, et les différentes associations...

Les petites mains de Mayotte travaillent pour l’avenir

Ce mercredi 1er décembre, l’agence française de développement (AFD) organisait à l’hôtel Sakouli une cérémonie dans le cadre du programme Mouv’Outremer. L’occasion de récompenser...