Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

Le compte à rebours est lancé. Anli Fafi compte les jours jusqu’au 22 juin, date à laquelle il pourra ouvrir sa salle de sport. Voilà maintenant plus de trois mois qu’il ne peut accueillir le public. Il a donc eu le temps de repenser tout le système de la salle de sport en commençant par son agencement. “On a diminué le nombre de machines dans la salle pour libérer plus d’espace. Elles ne seront plus doublées ou triplées, il y aura seulement une machine pour chaque exercice”, explique Anli Fafi, le gérant de Maybody Form. Les adhérents devront prendre leur mal en patience et attendre leur tour. Ces derniers seront également contraints de changer leurs habitudes et peut-être même réorganiser leurs journées, car le nombre d’adhérents dans la salle sera limité à 10 personnes à la fois. Pour être certain d’avoir une place, le gérant de Maybody Form conseille d’éviter les heures de forte affluence et d’y aller pendant les heures creuses. “On fera le test durant la première semaine. Si ça ne fonctionne pas et qu’il y a beaucoup de monde pendant les heures de pointe alors on changera de méthode. Les adhérents devront prendre rendez-vous pour réserver une plage horaire d’une durée maximale d’une heure”, annonce Anli Fafi.

Du côté de la nouvelle salle de sport L’orange bleue qui ouvrira ses portes dans quelques semaines, le gérant a également dû revoir le fonctionnement de la salle. “Il y aura une entrée unique et une sortie unique. Ceux qui entrent et ceux qui sortent ne vont pas se croiser. On définira aussi un sens de circulation dans toute la salle”, annonce Julien Lalanne, le responsable.

La question du port du masque a été un casse-tête pour les gérants des salles de sport, car il est difficile d’en porter un pendant un effort physique. Les deux salles ont décidé de ne pas le rendre obligatoire pour des raisons de sécurité, mais il sera recommandé à ceux qui pourront le supporter.

Les gestes barrières obligeront les adhérents à respecter scrupuleusement les règles d’hygiène de base des salles de sport en général. “Les adhérents devront absolument changer de chaussures en arrivant à la salle. Ils seront également dans l’obligation de nettoyer les machines avant et après chaque utilisation”, indique le gérant de L’orange bleue. Même son de cloche chez Maybody Form. En temps normal, ces règles ne sont pas toujours observées, mais les gérants misent beaucoup sur la responsabilité des adhérents.

Coaching personnel avec distance

Les deux salles de sport proposent des séances personnelles avec un coach. Cependant, à la reprise tous devront apprendre à travailler autrement. Les coachs porteront des masques, ceux de L’orange bleue auront aussi une visière. Dans cette salle, les professionnels n’auront pas d’autre choix que d’être plus pédagogues. “Le coach n’aura pas le droit de corriger les postures en touchant la personne. Tout se fera par la parole pour respecter la distance d’un mètre”, précise Julien Lalanne. Chez Maybody Form, le nombre de personnes par cours particulier sera réduit.

“Nous sommes livrés à nous-mêmes”

Il est possible que vous ne rencontriez pas les mêmes règles dans toutes les salles de sport, car pour le moment, les professionnels n’ont reçu aucune directive. Un constat qui révolte Anli Fafi. “Nous n’avons aucune information. J’ai contacté la DRJSCS (direction régionale de la jeunesse, des sports, et de la cohésion sociale) pour en savoir plus, mais je n’ai pas eu de retour alors que nous sommes

censés ouvrir dans moins d’une semaine. Nous sommes livrés à nous-mêmes.” Par conséquent, chaque gérant, établit ses règles selon son bon vouloir. Le gérant de Maybody Form affirme demander conseil à ses collègues de métropole qui ont déjà ouvert leurs salles, en espérant pouvoir tirer profit de leur expérience.

Abonnement Mayotte Hebdo