Le parcours santé de Mahabou a coûté 40 000 €

Le parcours santé de Mahabou a coûté 40 000 €

Le Conseil départemental, la DJSCS (Direction de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale) et Mayco (absent de la cérémonie à cause du mouvement social qui frappe actuellement l'entreprise) ont inauguré hier le nouveau parcours santé de la pointe Mahabou. Un projet qui a coûté environ 40 000 €.

Des jeunes et des associations étaient les premiers à officiellement inaugurer le tout nouveau parcours santé du parc de la pointe Mahabou. Après les discours des officiels et la pose de la plaque inaugurale, une démonstration a été réalisée. L'occasion de montrer la diversité des agrés installés. Tractions, abdominaux ou étirements, de nombreux exercices peuvent être réalisés grâce aux modules installés. Ces derniers ont remplacé les précédents devenus vétustes et délabrés. Une initiative qui vise à encourager tout un chacun à faire du sport pour garder la forme. 

Le projet a coûté 40 000 €. 30 000 € ont servi à l'achat des modules et l'installation de panneaux. Entre 2 000 et 3 000 € ont été consacrés à l'installation des équipements. Le tout a été financé par l'embouteilleur Mayco dans le cadre d'une campagne de "healthwashing" qui consiste pour une entreprise privée à soutenir financièrement un projet inscrit dans la promotion du sport et de la santé. Le Département quant à lui a financé l'élagage, la rénovation du portail d'entrée et de quelques panneaux de signalisations ou informations à l'intérieur du parc à hauteur de 4 000 € environ.   

Un projet d'arboretum à Coconi

Cette opération est aussi l'occasion pour le département de donner une seconde vie au parc qui trop longtemps souffert d'une mauvaise réputation en termes d'insécurité. 2 à 3 agents de sécurité effectuent des rondes de 7h à 19h, heures d'ouverture du parc, en plus des visites régulières de la police municipale. Le recrutement d'emplois aidés a aussi aidé à endiguer le phénomène des chiens errants dans le parc. "Mais des progrès restent encore à faire dans ce domaine et au niveau de la proximité avec le public", expliquait Anil Akbaraly chef de service environnement au Conseil départemental à l'issue de la cérémonie. Un projet de page Facebook consacrée au parc est par ailleurs à l'étude. "Il pourrait faire office de livre d'or. Chaque usager pourrait laisser des remarques afin de nous aider à améliorer le service", explique Anil Akbaraly. 

En attendant, cette réalisation du parcours santé en appelle d'autres puisque le service environnement réfléchit pour 2018-2019 à la création d'un arboretum au Jardin botanique de Coconi (géré par le Département au même titre que Mahabou) avec la mise en place de microhabitats représentatifs de Mayotte comme la forêt sèche ou la forêt humide. Des projets d'airs de jeux sont également dans les cartons du Département. 

Les initiatives fleurissent lentement mais sûrement malgré des budgets restreints. État, collectivités et éventuellement entreprises privées comme dans ce cas précis, doivent poursuivre leur travail de coopération afin de développer des projets. 

 

Abonnement Mayotte Hebdo