100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Dix ans de victoires mahoraises

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

Saison terminée pour les sportifs mahorais

Les fédérations nationales tranchent les unes après les autres : les compétitions amateurs 2019/2020, jusque-là suspendues pour cause de Coronavirus sont définitivement interrompues. La saison est donc terminée pour le basket-ball, le handball, le rugby et le volley-ball mahorais. La Fédération française de football temporise encore…

 

Le handisport mahorais bientôt au programme des Jeux des Îles ?

Si aucun comité départemental de handisport n’existe à Mayotte, le Cros espère bien pouvoir développer la pratique d’ici 2023, date des prochains Jeux des Îles de l’océan Indien. Une première réunion de travail a eu lieu en ce sens mercredi, avec les associations et les institutions. Un seul mot d’ordre : l’inclusion.

Douze nouveaux trophées ont été décernés à l’occasion des 10 ans du Sportif de l’année, samedi soir. Réunis à la MJC de M’gombani, plus de 300 personnes ont assisté à la cérémonie, qui a notamment consacré le handballeur tsingonien Anli-Oireou Madi et la footballeuse de Bandrélé Bibi Sarah Boura.

Comme chaque année, le mystère est resté entier quant aux noms des lauréats : jusqu’à cette traditionnelle soirée de remise des trophées, samedi au cœur de la capitale.

À défaut de disposer d’une véritable salle de spectacle, la Société Mahoraise de Presse (Somapresse), organisatrice de l’événement avait fixé le lieu de rendez-vous à la MJC de M’gombani et sa capacité d’accueil de 300 places assises. 300 places peu à peu comblées par les sportifs, sportives, dirigeants, entraineurs, arbitres nommés, mais aussi par les partenaires institutionnels, partenaires privés de l’organisation et les nombreux invités.

Au fil de la soirée, ces partenaires ont levé le voile sur l’identité des lauréats dans les différentes catégories. Et à l’issue de la cérémonie, l’élection du Sportif de l’année 2018 a finalement sacré le handballeur et capitaine de l’ASC Tsingoni Anli-Oireou Madi.

« C’est un grand soulagement ! L’année dernière j’ai été nommé : j’imagine que mon C.V n’était pas suffisant alors j’ai dû déployer davantage d’efforts pour en arriver là cette année et j’en suis très fier », a-t-il réagi au micro de Youmna et Aurélien février, les animateurs de la soirée. L’autre catégorie phare a récompensé la jeune joueuse du Bandrélé Foot, Bibi Sarah Boura qui, submergé d’émotions n’a pu trouver les mots pour exprimer sa joie.

« C’était déjà une fierté pour nous qu’elle soit nommée : je n’en avais pas dormi en l’apprenant le premier soir… Je remercie tous ceux qui ont voté pour elle », s’est exprimée la grande sœur de l’attaquante.

« Un événement incontournable »

Habitués à récolter les trophées dans cette élection, le Basket Club de M’tsapéré a ramené deux nouveaux trophées chez lui : ceux de l’équipe masculine et de l’entraineur de l’année, attribué à Dhinouraïni El-Kader Ben, dit Mingo. Le trophée de la meilleure équipe féminine, lui, a été décerné aux handballeuses du Puedza Club de Bouéni.

Mariama Christin, pour ses différentes fonctions et actions à la Ligue mahoraise de football a été élue Dirigeante de l’année. Dhoimrati Salim Abdallah représentant le rugby et Ahmed Assane représentant le football ont été élus respectivement meilleure arbitre féminine et meilleur arbitre masculin de l’année 2018. Les trophées de Mahopolitaine et Mahopolitain sont revenus à la basketteuse Fayzat Djoumoi et au rugbyman Anzize Saïd Omar.

Le Centre Multisports de M’roalé est reparti avec le premier trophée de la catégorie Handisport. Un douzième trophée, le prix spécial du jury est revenu à Darouèche Dini, ex-joueur et dirigeant de tennis mahorais. Un trophée qui lui a été remis par le directeur de la Direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale État, Patrick Bonfils, membre du jury.

« Le prix spécial du jury, c’est avant tout la récompense d’un travail de longue haleine pour une personnalité du monde sportif. Le sport c’est la vie. Beaucoup de jeunes se lancent dans le sport pour pouvoir sortir, se socialiser, s’amuser, mais aussi pour être au haut niveau (…) Il y en a qui brillent sous les feux des projecteurs, mais derrière, il y a des petites mains qui font tout le travail : des trésoriers, des secrétaires, des présidents qui ne sont pas toujours mis à l’honneur… L’État est là pour les accompagner. »

Pour Madi Vita, président du Comité régional olympique et sportif, et également membre du jury, l’élection du Sportif de l’année doit subsister. « Le Cros apporte son soutien à l’élection depuis la première édition, et au fil des années, ce soutien est plus grand. C’est un événement incontournable pour le mouvement sportif mahorais, pour nos sportifs : on espère que ça va continuer. »

Toutes les réactions, tous les résultats et d’autres photos de la cérémonie à retrouver dans le prochain Mayotte Hebdo.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

« À Mayotte, les enseignants enseignent en saignant ! »

Jeudi 2 novembre, les professeurs du lycée Gustave Eiffel de Kahani se sont soulevés contre les épisodes de violences incessants que connaît l'établissement. Une...

Douze années de travail pour convaincre de l’importance de la filière de brique de terre compressée

L'association ART.Terre vient d'éditer un livre intitulé « Construire en terre mahoraise ». Un ouvrage né de la nécessité de rendre compte du caractère...

Opération séduction du préfet et du directeur de l’ARS pour inciter les Mahorais à faire la 3ème dose

Le nouveau directeur de l’agence régionale de santé de Mayotte, Olivier Brahic, et le préfet, Thierry Suquet, ont visité le centre de vaccination de...

Journée mondiale de lutte contre le Sida : la sensibilisation ne suffit pas à Mayotte

Le 1er décembre marque la journée mondiale de lutte contre le Sida. Les actions de sensibilisation se multiplient sur l’île, et les différentes associations...

Les petites mains de Mayotte travaillent pour l’avenir

Ce mercredi 1er décembre, l’agence française de développement (AFD) organisait à l’hôtel Sakouli une cérémonie dans le cadre du programme Mouv’Outremer. L’occasion de récompenser...