100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Imbroglio sur le renvoi de passagers clandestins

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

La fin de semaine dernière a été agitée en mer. Cinq kwassas ont été interceptés en trois jours par la police aux frontières. L’intégralité des passagers, à une ou deux exceptions près, ont déjà été renvoyés vers leur pays d’origine. Une rumeur qui évoquait la présence d’un Syrien et d’Africains des Grands Lacs a été officiellement démentie.

La nouvelle est tombée ce lundi matin : cinq bateaux de fortune ont été interceptés ces trois derniers jours. Parmi ceux-ci, deux kwassas avec une trentaine de passagers en tout à leur bord interceptés vendredi en Petite-Terre ; une autre embarcation samedi vers Longoni transportant également une trentaine de personnes et une autre avec ses onze passagers ce même jour en Petite-Terre. Dimanche, enfin, treize étrangers ont été interpellés sur un bateau à l’ouest de Mayotte.

La rumeur de la présence d’un Syrien et d’Africains des Grands Lacs à bord des kwassas prend alors rapidement de l’ampleur. Une idée rapidement balayée par Julien Kerdoncuf, le sous-préfet en charge de la lutte contre l’immigration clandestine.« Tous les passagers étaient Comoriens », affirme-t-il. Cependant, selon nos informations, un Syrien aurait été aperçu en compagnie de deux autres compatriotes installés sur le territoire, à proximité de Solidarité Mayotte, une association qui accompagne les demandeurs d’asile (avant que leurs profils ne soient étudiés par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides). Toutefois, le secrétariat de la structure assure que cette personne ne s’est pas présentée jusqu’à présent.

Silence radio à la PAF

Sollicitée, la direction de la police aux frontières n’a pas pu se rendre disponible pour confirmer ou infirmer la présence de ces étrangers sur le territoire.

Un autre imbroglio vient s’ajouter à cette confusion. Une source de la police nationale dévoile avoir reçu l’ordre de remettre en liberté les personnes interpellées dimanche soir et de ne pas les envoyer au centre de rétention administrative, comme la procédure le prévoit normalement. Étrange, sachant que les Comoriens, ressortissants « d’un pays dit sûr« , voient leur procédure subir un traitement accéléré, « dans les cinq jours », rappelle le sous-préfet en charge de la lutte contre l’immigration clandestine. « Les personnes non éligibles à la protection internationale ont vocation à être éloignées vers leur pays d’origine », explique encore le sous-préfet. De ce fait, 99 % des passagers interpellés la semaine dernière, à une ou deux exceptions près, ont déjà été renvoyés, soit environ une centaine de personnes. « Ceux qui obtiennent une protection disposent d’un droit de circulation et rejoignent quasi systématiquement la métropole », conclut Julien Kerdoncuf. Un cas qui ne s’est « visiblement » pas présenté cette fois-ci.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Piste longue : la solution en remblai-digue privilégiée

La direction générale de l’aviation civile vient de publier une plaquette intitulée « Remblais ou pilotis » qui compare les solutions envisagées pour la construction de...

Un petit pas pour Mayotte, un grand pas pour le droit du travail

Mardi 18 janvier, les premiers conseillers prud'homaux de Mayotte ont prêté serment devant le président du tribunal, Laurent Ben Kemoun, et le procureur de...

Gendarme renversé : un individu en garde à vue, deux autres à l’hôpital

Lundi soir, vers 21h, lors d’un contrôle lié au couvre-feu à Chirongui, un véhicule a foncé sur un gendarme de 25 ans. Plaqué sur...

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...