100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Athlétisme – Nasrane Bacar : « Je n’espérais pas moins qu’un podium »

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

Saison terminée pour les sportifs mahorais

Les fédérations nationales tranchent les unes après les autres : les compétitions amateurs 2019/2020, jusque-là suspendues pour cause de Coronavirus sont définitivement interrompues. La saison est donc terminée pour le basket-ball, le handball, le rugby et le volley-ball mahorais. La Fédération française de football temporise encore…

 

Le handisport mahorais bientôt au programme des Jeux des Îles ?

Si aucun comité départemental de handisport n’existe à Mayotte, le Cros espère bien pouvoir développer la pratique d’ici 2023, date des prochains Jeux des Îles de l’océan Indien. Une première réunion de travail a eu lieu en ce sens mercredi, avec les associations et les institutions. Un seul mot d’ordre : l’inclusion.

Nasrane Bacar s’affirme au sommet de l’athlétisme français. Dans sa distance de prédilection, le 60 mètres, la sprinteuse mahoraise de l’US Talence a remporté le titre de vice-championne de France Élite en salle : le troisième podium de sa carrière en Élite, après notamment son titre de championne de France en salle 2019.

Flash Infos : Nasrane Bacar, comme en 2020, vous faites médaille d’argent au championnat de France Élite indoor, derrière la Martiniquaise Cynthia Leduc. Quelle saveur vous procure ce statut de deuxième meilleure sprinteuse de France ?

Nasrane Bacar : Surtout beaucoup de soulagement, car avant cette compétition, je n’avais connu que des contre-performances sur les précédentes courses auxquelles j’avais participé. Je ne savais plus trop où j’en étais en termes de niveau. Donc très soulagée de voir que je peux rivaliser au niveau national.

FI : Quelle analyse faites-vous de votre course, après coup ?

N. B.  : J’étais très en forme ! Durant les séries, j’ai réalisé 7″37 à un petit centième de mon record personnel, et ce malgré les deux faux départs et mes grosses fautes techniques. Une nouvelle fois en finale, il y a eu deux faux départs. J’avais plus pour objectif d’être absolument sur le podium que de battre mon record.

FI : Selon vous, quel impact a eu votre participation au meeting de La Réunion, en décembre dernier sous les couleurs de Mayotte, sur votre performance de dimanche à Miramas ?

N. B. : Sincèrement aucune, ces deux échéances sont trop éloignées pour faire un quelconque rapprochement.

« À présent, je veux ma médaille en plein air sur 100 mètres »

FI : Cela fait trois ans successifs que vous montez sur le podium d’un championnat de France Élite. À qui avez-vous pensé lors du protocole de remise des médailles, en grimpant sur cette nouvelle marche ?

N. B. : On s’habitue vite ! Je suis heureuse, mais je n’espérais pas moins. À présent, je veux ma médaille en plein air sur 100 mètres.

athletisme-nasrane-bacar-podium-2
Nasrane Bacar (à droite) est depuis dimanche, vice-championne de France Élite en salle 2021. C’est la treizième médaille nationale de la Mahoraise, la troisième dans un championnat de France Élite.

FI : Qu’y a-t-il de différent, pour vous, pour votre coach, pour votre club, dans la façon d’aborder une grande compétition dans le contexte de la crise sanitaire ?

N. B. : À part qu’il faut effectuer un test covid avant chaque compétition, nous avons plutôt vécu la saison normalement.

FI : Le championnat de France Élite en salle 2021 passé, vers quel objectif vous tournez-vous à présent ?

N. B. : Sans trop vouloir m’avancer, je veux courir beaucoup plus vite sur 100 mètres, et la suite suivra naturellement.

FI : En parallèle de votre statut d’athlète, vous avez entamé une carrière de coach sportive. Comment se porte votre nouvelle activité ?

N. B. : Je suis coach depuis trois ans maintenant donc « entamé » n’est pas forcément le bon terme. Par contre, je suis en auto-entreprise depuis janvier 2020. La première phase de confinement m’a, je pense, ralenti dans ma progression. Mais au final, je rentre dans les objectifs que je m’étais fixée et tout va bien. Mais ce n’est pas fini !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des émeutes ont éclaté à Kawéni, ce mercredi

Des barrages enflammés ont compliqué le passage des véhicules par Kawéni, ce mercredi. En fin de matinée, une opération de la police aux frontières...

Inscription du « mawlida shenge » au patrimoine culturel immatériel, « une chance énorme »

Le 27 juin dernier, la direction générale des patrimoines et de l’architecture du ministère de la Culture a inscrit le « mawlida shenge » (une pratique...

L’intercommunalité de Petite-Terre incendiée, mercredi matin

Trois préfabriqués sont partis en fumée, tôt ce mercredi matin, sur le site principal de la communauté de communes de Petite-Terre. Situés près du...

Chiconi FM-TV arrive sur la TNT

Après neuf ans d’existence, l’association Chiconi FM monte d’un cran avec la création d’une chaîne de télévision émise sur la TNT. Elle se veut...

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...