Publicités

Solidarité : Des élèves mettent du baume au cœur des professionnels de santé

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Le centre hospitalier de Mayotte a pu bénéficier d’une bouffée d’oxygène ce jeudi matin. Les élèves en classe de première Accueil au lycée des Lumières ont apporté le petit-déjeuner aux personnels soignants en guise de remerciement pour leur dévouement durant la crise sani-taire.

Vêtues d’un salouva identique, les 22 élèves en classe de première Accueil au lycée des Lumières font leur entrée au CHM au rythme des chants traditionnels. Dans leurs bras, des cartons de nour-riture : jus, compotes, gâteaux etc. Tous les ingrédients nécessaires pour composer un bon petit-déjeuner. Une action qui sonne comme une évidence pour cette classe de première, à l’origine du projet. “Si nous sommes là aujourd’hui, c’est pour vous montrer à quel point nous sommes recon-naissants pour tout ce que vous avez fait durant la crise sanitaire. Vous avez soigné des vies au prix des vôtres et nous ne pouvons que vous remercier pour ça”, explique Bezouky Innarah, l’une des élèves, aux principaux concernés.

Après quelques mots du recteur, Gilles Halbout, venu les féliciter de vive voix, et du directeur des affaires médicales du CHM, Guy Allouard, la distribution des 162 collations aux personnels soi-gnants peut débuter. “Nous pensions que nous n’aurions pas droit d’aller partout, mais c’est une bonne chose si elles peuvent remettre elles-mêmes les caisses”, se réjouit Véronique Thiebaut, l’enseignante référante qui coordonne l’évènement. Pas moins de dix services, de la maternité au laboratoire en passant par la pédiatrie, reçoivent cette visite inattendue. Le corps enseignant, qui accompagne les lycéennes, se met volontairement en retrait afin de les laisser mener la danse. Et le constat est sans équivoque : elles se débrouillent comme des professionnelles.

“Le lycée n’apprend pas qu’à lire et à écrire”

Pensé et suggéré par les élèves, ce projet a pour unique but d’apporter une attention à ceux qui se sont retrouvés en première ligne durant de longs mois. “Cette action entre complètement dans leur cursus. Les valeurs que nous faisons passer au lycée sont le respect et la solidarité au sein des classes mais aussi à l’extérieur”, détaille Véronique Thiebaut. Et la leçon semble être assimilée. “Le lycée n’apprend pas qu’à lire et à écrire, notre lycée nous a inculqué des valeurs comme la solidarité et la fraternité et c’est ce qu’e nous partageons aujourd’hui avec vous”, précise, non sans un brin d’émotion, Bezouky Innarah.

Et c’est avec joie que l’hôpital accepte ce partage. En raison d’une deuxième vague particulière-ment rude, les soignants se sentent exténués et commencent à peine à retrouver un rythme plus ou moins normal. “Accueillir ces élèves permet de baisser la pression. Le quotidien de l’hôpital est assez lourd, stressant, et cela permet de voir autre chose. Leur présence prouve que la crise est en train de passer, maintenant nous allons pouvoir souffler. Ils sont le rayon de soleil dont nous avions besoin”, sourit Guy Allouard, le directeur des affaires médicales au CHM.

Impliquées dans l’organisation de cet évènement du début à la fin, les jeunes filles se montrent “très responsables et autonomes”, souligne leur professeure. En plus des petits-déjeuners, des mots de remerciements complètent chacune des caisses. Rien n’a été laissé au hasard. “Nous nous sommes données à fond. Pour nous, c’est un honneur de les servir. Je suis sûre que notre geste les a touchés”, assure Fayka, une autre étudiante. Si les sourires affichés sur les visages des soignants est un indice, alors on peut assurer sans prendre de risque qu’ils ont été marqués par cet élan de générosité.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...