Sapeurs-pompiers : Prise de commandement du colonel Olivier Neis ; des discours, des hommages et des gestes barrières

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Ce mardi matin se déroulait sur le parvis de la place de République à Mamoudzou la cérémonie de prise de commandement du service départemental d’incendie et de secours par le colonel hors classe Olivier Neis. L’occasion pour lui de s’exprimer pour la première fois publiquement, entouré d’une centaine de sapeurs-pompiers, et de prendre part à une série d’hommages. Un retour en grâce pour celui qui a déjà exercé sur le territoire pendant huit ans.

Parvis de la place de la République. 9h. « Officiers, sous-officiers, gradés et sapeurs du corps départemental des sapeurs-pompiers de Mayotte, vous reconnaîtrez désormais comme chef le colonel hors classe Olivier Neis, ici présent, et vous lui obéirez en tout ce qu’il vous commandera pour le bien du service, dans l’observation des lois, l’exécution des règlements et le succès des missions qui vous sont confiées. » Un mois après sa prise de fonction, le nouveau directeur du SDIS a officiellement été intronisé ce mardi 6 mars au cours d’une cérémonie pour le moins tambourinante. Devant un parterre de personnalités, cette première manifestation en milieu public depuis plus d’un an a démontré l’importance de cette passation de pouvoir. Synonyme de renouveau après les déboires vécus durant de longs mois avec le colonel Fabrice Terrien, dont le nom n’aura pas été cité une seule fois.

Au cours d’un protocole respecté à la lettre, Olivier Neis a mené d’une main de maître une série de remises de médailles pour ancienneté, de lettres de félicitations et de décorations pour service rendu. Mais c’est vraisemblablement son discours qui a marqué ce rassemblement de son empreinte. À l’instar des mots « honneur » et « fierté » employés dès le début de son allocution. « Appliquons avec bravoure la devise qui coule dans nos veines : sauver au péril ! Pour ce faire, devant ce drapeau qui est porteur de valeurs républicaines nationales, par la liberté, l’égalité et la fraternité, mais aussi départementales, au travers de cette belle devise qui est Ra Hachiri, nous devons vous assurer de notre plein engagement au service de l’ordre, dans le respect des droits et des devoirs qui sont les nôtres », a-t-il martelé face à une centaine de ses collaborateurs, continuellement attentifs au maintien de la distanciation physique. « Je me porte garant de notre capacité à porter une réponse en tout temps, tout lieu. Soyez convaincus de notre capacité technique et matérielle, de notre volonté de servir, de notre fierté du travail accompli. »

« Votre responsabilité est grande »

Est ensuite venu le tour du préfet, Jean-François Colombet, de prendre la parole pour accueillir en bonne et due forme celui qui avait déjà exercé le poste de directeur adjoint à Mayotte de 2008 à 2016. « Vous avez fait le choix de revenir dans ce territoire. Votre grande connaissance est une chance pour le SDIS », s’est réjoui le délégué du gouvernement. Avant de lui évoquer les attentes placées en lui : « Mon colonel, votre responsabilité est grande. Celle de conduire ces hommes et ces femmes valeureux, courageux, formés, déterminés, sur le chemin toujours plus exigeant de la plus grande efficacité. »

Mais il a surtout profité de l’occasion pour adresser sa « gratitude » et sa « reconnaissance » aux soldats du feu. « En effectuant des tests de dépistage, en épaulant le CHM dans l’organisation des evasan, ou en participant en lien avec l’ARS à la campagne de vaccination, vous vous affirmez comme des acteurs indispensables de la gestion de la crise sanitaire. Vous êtes à votre place ! » Un message réconfortant à l’égard de celles et ceux qui mènent leur « action dans des conditions difficiles, que nul n’ignore ici ». En référence aux agressions et aux caillassages dont ils font régulièrement l’objet dans l’exercice de leur fonction. « Ces faits méprisables sont inacceptables. »

Alors pour définitivement mettre tout le monde dans le même rang et en ordre de marche, Jean-François Colombet a tenu à les féliciter sur un ton emphatique qui n’est pas sans rappeler le “projet” d’un certain Emmanuel Macron. « Sapeurs-pompiers, merci ! Merci de la qualité des services rendus à la population mahoraise. Vous pouvez être fiers de vous, vous qui êtes comme l’a dit le président de la République, l’un des plus beaux visages de la France. Officiers, sous-officiers, gradés, sapeurs-pompiers de Mayotte… relevez la tête ! Soyez fiers… de l’uniforme… que vous portez, vous le méritez ! » De quoi redonner du baume au cœur à l’ensemble d’une profession pas toujours considérée à sa juste valeur.

 

Retour sur la création du service départemental d’incendie et de secours

 

Que de chemin parcouru depuis l’apparition du service incendie en 1988. Tout s’accélère en 2007, lorsque Saïd Omar Oili, alors président du conseil général, décide de transformer le service territorial d’incendie et de secours en un service incendie et secours. Pour cela, il faut « passer par la création d’un corps transitoire, reprendre l’ensemble des formations et demander aux agents de passer des tests et examens » pour constituer « la base du corps départemental du service d’incendie de Mayotte en 2008 », a retracé Olivier Neis. Avant que celui-ci ne devienne officiellement un établissement public administratif à la fin de l’année 2011.

Entre 2008 et 2012, les sapeurs-pompiers voient leurs conditions de travail s’améliorer avec l’ouverture des casernes de Longoni, d’Acoua, de Kahani et de Chirongui. Les présidents successifs de la collectivité, Ahamed Attoumani Douchina et Daniel Zaïdani, oeuvrent pour l’acquisition et la régularisation des actes de propriété des terrains, la mise à disposition de moyens (humains et financiers), les programmes de formation, l’organisation des concours nationaux sur Mayotte et la préfiguration du SDIS, qui devient officiel le 31 juillet 2014. Depuis cette date, l’état-major se situe au centre Kinga et un nouveau bâtiment doit sortir de terre en Petite-Terre d’ici peu. Plus jeune SDIS de France, Mayotte n’a pour autant aucune raison de rougir de ses cousins métropolitains et ultramarins.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo N°951

Le journal des jeunes

À la Une

La nouvelle stratégie de la ville de Mamoudzou pour renforcer sa lutte contre l’insécurité

Ambdilwahedou Soumaïla, le maire de Mamoudzou, Yann Le Bris, le procureur de la République et les représentants de l’État ont officiellement installé le conseil...

Économie bleue à Mayotte : une stratégie et des ambitions à concrétiser pour éviter le coup d’épée dans l’eau

Ce mardi 13 avril se déroulait le comité de pilotage final de restitution de la stratégie de développement de l'économie bleue de Mayotte. Trois...

La Nuit du Doute : une soirée d’attente pour les musulmans de Mayotte

Les deux nuits précédant le ramadan à Mayotte sont toujours particulières. Le début du mois de jeûne étant indiqué par la lune, la date...

“On restera là jusqu’à ce qu’on voie nos noms sur le panneau” : les demandeurs d’asile manifestent devant le tribunal administratif de Mayotte

Alors qu’ils ont formé un recours devant la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) depuis de longs mois, des demandeurs d’asile originaires de plusieurs...

Hommage à Miki : élèves et parents demandent plus de sécurité aux abords du lycée du Nord

Élèves, parents, personnels éducatif et administratif, membres du rectorat mais aussi autorités civiles, politiques et religieuses étaient réunis ce lundi à la cité du...