Fonds européens : Groupement d’intérêt public, un essai à transformer pour le Département de Mayotte

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Après plusieurs stipulations et polémiques, le Département et l’État ont finalement signé la nouvelle convention du groupement d’intérêt public « L’Europe à Mayotte » pour la période 2021-2027. Contrairement à l’ancien programme où la préfecture avait l’entière autorité des fonds européens, celui-ci sera géré à parts égales entre les deux autorités, dans l’optique de faire émerger des jeunes cadres mahorais.

« C’est un pas historique et nous nous rendrons compte très vite de l’efficacité de ce que nous proposons. » Jean-François Colombet, préfet de Mayotte, ne tarit pas d’éloges concernant la nouvelle convention du groupement d’intérêt public (GIP). Ce pas historique est dû au changement tant attendu sur la gestion des fonds européens. Si durant le premier programme, de 2014 à 2020, l’État était la seule autorité de gestion, désormais, il partagera cette responsabilité avec le Département pour la période allant de 2021 à 2027, au rythme de trois ans pour chacun. « Cette nouvelle formule du GIP nous garantit une parité 50/50 avec l’État. Les décisions les plus importantes seront prises à la majorité des deux tiers. Et nous, nous veillerons à ce que la présidence soit bien alternée afin que nous l’assurions pour la période 2024-2027 », précise Soibahadine Ramadani, le président de la collectivité.

Ce partenariat est nécessaire puisqu’il s’agit en réalité d’une transition, ou plutôt d’un essai pour le Département. « L’objectif est de mieux préparer le conseil départemental à ce qui arrivera de façon inévitable à la fin du programme, c’est-à-dire le transfert de l’autorité de gestion comme cela s’est passé dans les régions en métropole », précise le préfet de l’île aux parfums. Et si certaines langues se sont déliées, pointant du doigt la présence de la préfecture dans ce nouveau programme, Jean-François Colombet assure que cette nouvelle formule « a séduit le gouvernement ». Elle serait la clé pour entraîner le Département à gérer de façon autonome les fonds européens.

 

Des cadres mahorais aux commandes du GIP

 

Le directeur de ce nouveau groupement d’intérêt public s’appelle Ali Soula, un Mahorais, magnat de la finance, qui travaille actuellement à Bercy. Il a été recruté pour ses compétences mais également pour son attache avec Mayotte. « Nous tenons absolument à ce qu’il y ait des jeunes cadres mahorais compétents qui viennent rejoindre ce GIP », lance le préfet. Et pour cause, si le territoire a formé des jeunes cadres mahorais, notamment à La Réunion, il est grand temps pour eux de servir leur île. « Nous les avions envoyés en immersion ailleurs, alors cette nouvelle formule de GIP va nous permettre de mettre à profit les compétences acquises », souligne le président du Département. Une cinquantaine d’agents composeront l’équipe du groupement d’intérêt public, dont une trentaine mis à disposition par l’État et le conseil départemental.

Les deux autorités veulent faire taire les polémiques et insistent sur la bonne entente entre elles. « C’est avec des relations apaisées et sures que nous pouvons faire avancer ce pays », rappelle Soibahadine Ramadani. Et Jean-François Colombet d’ajouter : « Le préfet autorité de gestion, il peut faire tout un tas de choses tout seul, mais ça n’a pas d’intérêt. Nous étions déjà très proches pour de nombreux projets, mais là nous allons les institutionnaliser. » Le budget annuel de ce nouveau programme est estimé à 6 millions d’euros. Il sera en partie financé par l’Union européenne d’une part et l’État et le Département à parts égales d’autre part.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo N°951

Le journal des jeunes

À la Une

La nouvelle stratégie de la ville de Mamoudzou pour renforcer sa lutte contre l’insécurité

Ambdilwahedou Soumaïla, le maire de Mamoudzou, Yann Le Bris, le procureur de la République et les représentants de l’État ont officiellement installé le conseil...

Économie bleue à Mayotte : une stratégie et des ambitions à concrétiser pour éviter le coup d’épée dans l’eau

Ce mardi 13 avril se déroulait le comité de pilotage final de restitution de la stratégie de développement de l'économie bleue de Mayotte. Trois...

La Nuit du Doute : une soirée d’attente pour les musulmans de Mayotte

Les deux nuits précédant le ramadan à Mayotte sont toujours particulières. Le début du mois de jeûne étant indiqué par la lune, la date...

“On restera là jusqu’à ce qu’on voie nos noms sur le panneau” : les demandeurs d’asile manifestent devant le tribunal administratif de Mayotte

Alors qu’ils ont formé un recours devant la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) depuis de longs mois, des demandeurs d’asile originaires de plusieurs...

Hommage à Miki : élèves et parents demandent plus de sécurité aux abords du lycée du Nord

Élèves, parents, personnels éducatif et administratif, membres du rectorat mais aussi autorités civiles, politiques et religieuses étaient réunis ce lundi à la cité du...