100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les pratiques culturelles questionnées par l’Insee

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Une étude sur les pratiques culturelles à Mayotte vient d’être rendue publique ce vendredi 1er juillet à 11h. Réalisée en 2019, elle est le fruit d’un partenariat entre l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), la direction des affaires culturelles (DAC) et le Département des études, de la prospective, des statistiques et de la documentation (Deps-Doc) du ministère de la Culture. Elle met en évidence des pratiques culturelles différentes de celles de la métropole, mais non moins riches. Explications.

Si l’étude des pratiques culturelles a déjà été réalisée dans l’Hexagone, elle a été déclinée en 2019 pour la première fois dans les Outre-mer. Il s’agit donc d’une étude inédite pour Mayotte dont les résultats n’ont été dévoilés que vendredi dernier à cause d’un retard dû à la crise sanitaire. L’Institut national de la statistique et des études économiques a fait appel à un prestataire privé qui a envoyé des enquêteurs sur le terrain afin de présenter le long questionnaire élaboré avec ses partenaires.

pratiques-culturelles-questionnees-insee
Amandine Longuet, la chargée d’études Deps-Doc.

2.000 coordonnées GPS ont été tirés au sort et 1.200 personnes habitant ces lieux ont accepté d’y répondre. « Cette sélection aléatoire nous a permis d’avoir un échantillon riche. Toutefois, nous vérifions que le hasard n’ait pas tapé à chaque fois dans les mêmes catégories socio-culturelles, d’âge ou de sexe. Quand c’est le cas, nous rééquilibrons avec des poids », confie Loup Wolff, le directeur interrégional de la zone océan Indien de l’Insee qui précise que, cette fois-ci, aucun rééquilibrage n’a été nécessaire car « l’échantillon était très représentatif ».

55% seulement des personnes vivant à Mayotte maîtrisent le français

Le premier grand thème du questionnaire concernait les langues parlées sur le territoire. 81% des personnes vivant à Mayotte sont locuteur d’au moins l’une des deux langues régionales que sont le shimaore et le kiboushi, contre 94% pour les natifs de Mayotte. Fait plus étonnant, seules 55% des personnes vivant sur le territoire affirment maîtriser le français. Ce pourcentage se justifie par la forte proportion de personnes nées à l’étranger et n’ayant pas eu la chance d’être scolarisés dans de bonne condition même une fois établis sur l’île aux parfums. Ce taux grimpe jusqu’à 75% pour les Mahorais nés sur le territoire. Les 25% restants symbolisent la faible scolarisation des personnes nées avant les années 80.

54% des habitants de Mayotte déclarent lire des livres

54% des habitants de Mayotte précisent avoir lu au moins un livre au cours de l’année 2019. C’est moins qu’en métropole (70%), mais plus qu’à La Réunion (42%). Cela s’explique par un fort taux de lectures religieuses en alphabet arabe. « Les statistiques autour de l’illettrisme se font toujours pour l’alphabet latin, mais certains habitants de Mayotte savent davantage lire l’alphabet arabe appris dans les écoles coraniques », indique le directeur de l’Insee. L’étude démontre en effet qu’un lecteur sur deux lisait des livres religieux à Mayotte.

6% des habitants de Mayotte ont une pratique théâtrale et/ou de danse

Malgré l’absence de théâtre sur le territoire, 6% des Mahorais s’adonnent toutefois à cet art pris au sens large. Il peut s’agir de troupes de théâtre amateur, très actives, ou de théâtre populaire local (le halé halélé). La danse a également été mise dans cette catégorie et, comme les danses populaires sont très prisées sur l’île au lagon, cette pratique a augmenté le taux. Les agents de l’Insee ont qualifié ce dernier « d’élevé » quand on le compare à ceux des personnes pratiquant ces arts en métropole ou à La Réunion.

33% des habitants écoutent de la musique quotidiennement

Seules 33% des habitants de Mayotte écoutent de la musique au quotidien contre 65% en métropole. Les goûts sont tournés vers les musiques de l’océan Indien (53%), les musiques traditionnelles (56%), les chansons de variété française (43%) et les musiques du monde (43%). Par ailleurs, les enquêteurs ont constaté le même phénomène qu’en métropole : le temps d’écoute de musique diminue avec l’âge.

28% écoutent quotidiennement la radio et 54% la télé

Le taux d’écoute de la radio est de la télé est bien moindre qu’en métropole : 28% et 54% à Mayotte contre 60% et 78% dans l’hexagone. Le temps d’heures d’écoute par jour est également bien inférieur et davantage de personnes à Mayotte déclarent préférer s’informer via les réseaux sociaux. Les goûts des Mahorais en matière de télé portent davantage sur les films et les séries indiennes que sur les émissions d’information.

Pour en savoir plus, le lecteur peut consulter la publication n°33 en ligne sur le site de l’Insee.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des émeutes ont éclaté à Kawéni, ce mercredi

Des barrages enflammés ont compliqué le passage des véhicules par Kawéni, ce mercredi. En fin de matinée, une opération de la police aux frontières...

Inscription du « mawlida shenge » au patrimoine culturel immatériel, « une chance énorme »

Le 27 juin dernier, la direction générale des patrimoines et de l’architecture du ministère de la Culture a inscrit le « mawlida shenge » (une pratique...

L’intercommunalité de Petite-Terre incendiée, mercredi matin

Trois préfabriqués sont partis en fumée, tôt ce mercredi matin, sur le site principal de la communauté de communes de Petite-Terre. Situés près du...

Chiconi FM-TV arrive sur la TNT

Après neuf ans d’existence, l’association Chiconi FM monte d’un cran avec la création d’une chaîne de télévision émise sur la TNT. Elle se veut...

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...